Accueil Côte d'Ivoire Présidentielle 2020 : Soro révèle les raisons de sa candidature

Présidentielle 2020 : Soro révèle les raisons de sa candidature

Election en Côte d’Ivoire – Sollicité par ses partisans depuis des mois, Guillaume Soro a finalement mis un terme au suspense en annonçant sa candidature depuis l’Espagne, où il révèle avoir échappé à une tentative d’interpellation qui aurait été orchestrée, à en croire ses partisans depuis Abidjan. Après l’Espagne, le candidat déclaré à la présidentielle de 2020 s’est rendu à Paris où il s’est nouveau attaqué à son ancienne famille politique. Et depuis quelques jours, l’ancien chef du parlement ivoirien se trouve au Royaume-Uni où il a encore fait de nouvelles révélations.

Le grand déballage de Guillaume Soro suit toujours son cours, avec son lot de révélations mais aussi d’interrogations. L’ancien chef du parlement ivoirien, en disgrâce avec le pouvoir actuel, a décidé de se porter candidat à la prochaine élection présidentielle en Côte d’Ivoire. A moins d’un revirement inattendu, l’ancien chef du parlement figure au nombre des candidats que devra battre le RHDP s’il souhaite encore prolonger son mandat en Côte d’Ivoire, une victoire qui ne fait aucun doute à en croire certains partisans du régime actuel.  Actuellement à Londres, l’ancien chef du parlement ivoirien est revenu sur les raisons de sa candidature à la prochaine élection en Côte d’Ivoire. au cours de son intervention, Guillaume Soro a également pris la communauté internationale à témoin sur le danger qui plane sur le prochain scrutin présidentiel, en raison de la réforme de la CEI qu’une partie de l’opposition ivoirienne continue toujours de contester.

Candidat à la présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire, Guillaume Soro sillonne depuis plus d’un mois l’étranger où il échange avec des partisans sur sa vision politique, mais aussi sur les raisons de sa candidature. De nombreuses polémiques sont nées au lendemain de l’annonce en grande pompe de la candidature de l’ancien chef du parlement ivoirien à la prochaine présidentielle en Côte d’Ivoire. Pour certains sympathisants du RHDP, l’ancien président de l’Assemblée Nationale aurait décidé de quitter sa famille politique en raison de ses ambitions politiques personnelles, à savoir le fauteuil présidentiel. Depuis Londres où il a animé une importante conférence de presse en face des journalistes, l’ancien chef du parlement ivoirien a donné les véritables raisons de sa candidature à la présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire : «Je suis candidat à l’élection présidentielle de 2020 pour mettre fin aux pressions migratoires sauvages qui partent chaque année de mon pays la Côte d’Ivoire, pour trouver des solutions originales au fléau du chômage, pour stopper la dévastation écologique en cours dans mon pays, pour moderniser notre système éducatif et professionnel,  pour transformer l’agriculture ivoirienne en un secteur optimalement performant, pour aider à l’émergence des champions économiques ivoiriens et de multinationales ivoiriennes à travers l’Afrique et le monde, pour héberger dans mon pays les capitaux les plus innovants et y enraciner une économie vivante de la connaissance ; Oui, je suis candidat à l’élection présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire parce que je crois que mon pays mérite de tourner la page critique et agitée des héritiers et opposants de l’ordre politique ancien, qui a fait son temps, et parce que je sais que l’heure de faire la politique autrement, en impliquant activement le peuple des citoyens a sonné», a confié l’ancien chef du parlement ivoirien. Parmi les raisons évoquées entre autres, la restauration de l’Etat de droit et une justice équitable.

> Lire aussi  Présidentielle 2020 : l’alliance Fpi-Pdci manque totalement de cohérence (Bruno Koné)

2020, Soro prévient la Communauté Internationale

A l’instar de certains opposants au régime actuel, Guillaume Soro a jugé insuffisante la réforme de la commission électorale indépendante entreprise par Ouattara :« Oui, mon pays, la Côte d’Ivoire risque à nouveau de brûler parce que le Président Ouattara, au mépris de l’histoire institutionnelle de notre nation, a décidé de s’octroyer le contrôle absolu de la Commission Electorale, dans laquelle il a essentiellement et unilatéralement nommé des membres et des obligés de son parti et de son régime ! Faisant fi d’une condamnation de la Cour Africaine des droits de l’Homme et des Peuples en date du 18 novembre 2016».

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.