Accueil Côte d'Ivoire Troisième mandat : Gnamien Konan appelle Ouattara à renoncer

Troisième mandat : Gnamien Konan appelle Ouattara à renoncer

Présidentielle en Côte d’Ivoire – Le président ivoirien a une nouvelle relancé la polémique sur sa candidature au prochain scrutin présidentiel. A moins d’un an de la fin de son second mandat constitutionnel, le chef d’Etat continue d’affirmer haut et fort qu’il est encore éligible pour un troisième mandat dans son pays, des déclarations qui continuent de faire réagir l’opposition ivoirienne. Zoom sur la réaction de Gnamien Konan, l’ex allié de Ouattara au RHDP.

La question du troisième mandat de Ouattara Alassane s’invite au cœur de l’actualité politique ivoirienne, à moins d’un an de la prochaine présidentielle. Se basant sur l’adoption de la nouvelle constitution en Côte d’Ivoire il y’a trois ans de cela, le président ivoirien affirme depuis plusieurs mois qu’il serait éligible à la prochaine élection dans son pays. Au cours d’une récente visite d’Etat dans la région du Hambol, le président Ouattara a encore affirmé qu’il était éligible dans la prochaine course pour le fauteuil présidentiel. Cette fois, le président ivoirien est allé encore plus loin en signifiant clairement qu’il n’hésiterait pas à se présenter si les gens de son âge décident à leur tour de se lancer dans la course. Agé de 85 ans, Henri Konan Bédié en aura 86 lors de la prochaine élection présidentielle dans son pays. Malgré le poids de l’âge l’ancien dirigeant ivoirien n’écarte aucune option de la table pour 2020. Réagissant à l’hypothétique candidature de Ouattara Alassane, Gnamien Konan, porte-parole de la coalition mise en place par Henri Konan Bédié, a invité Ouattara Alassane au respect de sa propre parole.

En Côte d’Ivoire, l’intérêt des figures politiques emblématiques pour la présidentielle de 2020 n’est plus un secret, y compris le président actuel qui n’écarte pas la possibilité d’aller briguer un troisième mandat présidentiel. Au mois de février, le président ivoirien confiait dans un entretien à RFI que les avis juridiques qu’il a pu consultés confirment bel et bien pour lui la possibilité de faire un autre mandat en Côte d’Ivoire. Pour Gnamien Konan, le temps serait venu pour Ouattara d’honorer une parole, disons un engagement pris il y’a quelques années, notamment lorsqu’il était interrogé sur ses ambitions présidentielles pour 2020 : «En visite d’état dans le Hambol, le samedi 30 novembre, le Président Ouattara a définitivement tombé le masque qui dissimulait du reste très mal le visage hideux du 3ème mandat anticonstitutionnel, politiquement amoral, anachronique et de tous les dangers. Notre sous-région ne manque pourtant pas de bonnes pratiques d’alternance politique, le Ghana et le Niger par exemple, qui ne demandent qu’à être copiées… demandons au Président Ouattara de respecter, pour une fois, la constitution et sa propre parole en renonçant à se porter candidat pour un 3ème mandat. Une telle décision ne fera que du bien à la Côte d’Ivoire, aux Ivoiriens et à lui-même. Pour L@ NOUVELLE CÔTE D’IVOIRE, il lui appartient, en sa qualité de Président de la République, de donner l’exemple, pas aux autres», lisons-nous dans un communiqué officiel de son parti La Nouvelle Côte d’Ivoire. Le parti de Gnamien Konan a aussi pris à témoin «la communauté internationale sur la situation du pays. Lui demandons de conseiller utilement le Président Ouattara au respect de sa propre constitution, pour prévenir les crises et le chaos tant redoutés».

L’appel de Tiémoko à Ouattara 

«La réalité est que le seul homme qui peut empêcher le président Ouattara de se présenter en 2020, c’est le président Ouattara lui-même. Par sa décision personnelle de ne pas y aller. Quant à ceux qui rêvent à une insurrection populaire dans un pays où le treillis ne fait plus le militaire, où les milliers de victimes des crises précédentes n’ont encore rien reçu en termes de dédommagement et où les derniers milliers de morts sont morts pour rien, on ne peut que leur souhaiter bon vent. Par conséquent, je trouve parfaitement inutile ce débat mais je n’empêche personne de s’y installer chaque jour, chacun est libre de s’exprimer et de penser, comme il l’entend», a déclaré il y’a plusieurs semaines le journaliste Tiémoko Assalé Antoine.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.