Accueil Côte d'Ivoire Le GPS dément l’enlèvement des pro-Soro à la MACA

Le GPS dément l’enlèvement des pro-Soro à la MACA

Enlèvement des partisans de Soro – Selon le camp Soro, une quinzaine de militants proches de l’ex-chef du parlement ivoiriens seraient actuellement placés en détention à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan. Il y’a de cela quelques heures, le chargé de communication de Guillaume Soro annonçait dans un communiqué trois proches de l’ex-Pan avaient été enlevés dans la nuit du 7 au 8 janvier par des hommes de la Frap.

La supposée affaire d’enlèvement de certains pro-Soro à la MACA risque d’avoir d’énormes répercussions sur la notoriété de Guillaume Soro. Dans la journée du mercredi, le chargé de communication de l’ancien chef du parlement ivoirien déclarait dans un communiqué officiel que trois proches de l’ex-Pan avaient été enlevés par des agents de la Frap, dans la nuit du mardi au mercredi 8 janvier 2020. Selon le communiqué signé par Moussa Touré, les proches de Soro enlevés ont été conduit vers une destination inconnue de tous. Parmi les personnes interpellées, l’ancien ministre des sports Alain Lobognon, mais aussi l’ancien chef de protocole de Guillaume Soro, le dénommé Soul to Soul qui avait déjà été interpellé une première fois après la découverte d’armes de guerre à sa résidence située dans la ville de Bouaké. Il y’a de cela quelques heures, le camp Soro, plus précisément la délégation européenne du GPS, a indiqué dans un communiqué que les partisans concernés avaient plutôt échappés à une tentative d’enlèvement, et n’ont donc pas été enlevés nuitamment de la Maca, comme indiqué par Moussa Touré, son chargé de communication.

> Lire aussi  Immigration Macron : qu’est-ce que cela change pour les ivoiriens qui viennent en France

La crédibilité de Guillaume Soro risque de prendre un grand coup après ce démenti du GPS sur l’enlèvement de trois partisans qui auraient été nuitamment extraits de la Maca pour une destination inconnue. Dans un communiqué dévoilé dans la matinée de ce mercredi, Moussa Touré, chargé de communication de l’ancien chef du parlement ivoirien, indiquait dans un communiqué officiel que trois proches de l’ex-Pan ont été enlevés à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan : «Dans la nuit du mardi 07 au mercredi 08 janvier 2020, un escadron d’éléments de la FRAP (Force de Recherche et d’Assistance de la Police) s’est rendu à la Maison d’Arrêt de Correction d’Abidjan (MACA) pour extraire de leurs cellules MM. Alain Lobognon, Koné Kamaraté Souleymane dit Soul To Soul et Babou Traoré, qui y étaient détenus depuis le 24 décembre 2019.  Ces trois personnalités ont été enlevées et conduites vers une destination inconnue. Leurs avocats ainsi que leurs familles n’ont aucunement été informées de cette situation qui laisse craindre pour la vie des détenus.», rappelait Moussa Touré. Mais dans les heures qui ont suivi, plus précisément dans la soirée, un second communiqué, signé cette fois le GPS, apporte un démenti à cette information, arguant plutôt que les partisans concernés avaient plutôt échappé à une tentative d’enlèvement : «Ce 8 janvier 2020, nous en savons un peu plus sur les événements qui se sont déroulés la nuit dernière à la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca) où sont détenus depuis le 25 décembre 2019, quinze de nos camarades de GÉNÉRATIONS ET PEUPLES SOLIDAIRES (GPS), parmi lesquels figurent 5 Députés couverts par l’immunité parlementaire et trois présidents de partis politiques d’Opposition, légalement constitués.  Selon les informations recueillies auprès des conseils des détenus arbitraires, le Député Alain Lobognon, Koné Kamaraté Souleymane dit Soul To Soul et Traoré Babou ont échappé à une tentative d’extraction qui les ciblait».

Une tentative déjouée 

«En effet, appelés, dans la nuit du 7 au 8 janvier 2020, peu avant 23h à rejoindre le bureau du régisseur, ils devaient suivre des agents de la FRAP et du CCDO pour une destination inconnue, sur consignes verbales du Directeur des Affaires Pénitentiaires (DAP), le juge Coulibaly. Leurs réclamations insistantes de parler à leurs avocats et à leurs familles, leur demande de voir un ordre écrit du DAP délivré au régisseur, ainsi que la demande de connaître leur destination finale, n’ont pu permettre à l’opération nocturne de connaître meilleur sort.», indique la délégation européenne du GPS.

> Lire aussi  Emploi : 56000 postes à pourvoir en tant que récolteur dans le domaine de la filière hévéa

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.