Décès de Wattao : les derniers instants du colonel ivoirien

Mort de Ouattara Issiaka – Affaibli par la maladie, le colonel Wattao a finalement tiré sa révérence dans la nuit du dimanche au lundi dernier à New-York, où il s’était récemment rendu d’urgence pour y suivre des soins. Connu l’un des mécènes de la culture ivoirienne, le commandant Ouattara Issiaka a côtoyé presque toutes les icones de la scène culturelle ivoirienne. Le comédien Gohou Michel figure parmi les dernières personnalités de l’univers culturel ivoirien à avoir échangé avec le colonel Ouattara Issiaka, juste avant son départ pour les USA.

Le décès du commandant Wattao a suscité une onde de choc au sein de la grande muette en Côte d’Ivoire. Outre les nombreuses réactions au sein de l’armée ivoirienne, de nombreuses personnalités de l’univers culturel ivoirien ont rendu hommage à l’ancien comzone, bien connu dans le milieu de la musique ivoirienne, pour sa générosité à l’endroit des artistes. Gohou Michel, l’un des comédiens les plus populaires en Côte d’Ivoire, a eu l’occasion de rencontrer le colonel Ouattara Issiaka, juste avant son départ pour les Etats-Unis. De passage sur les antennes de Vibe Radion le comédien ivoirien est revenu sur le contenu de son dernier entretien avec l’ancien comzone décédé il y’a quelques jours aux Etats-Unis, des suites d’une longue maladie qui l’avait tenu à l’écart des écrans.

Michel Gohou et Digbeu Cravate figurent parmi les dernières personnes à avoir rencontré le commandant Wattao juste avant son décès. Annoncé plusieurs fois pour mort, l’ancien comzone avait maintes fois apporté des démentis concernant sa prétendue mort. Mais cette fois, le décès du colonel Ouattara Issiaka a été confirmé non seulement par sa famille, ses proches, mais aussi l’Etat-Major de Côte d’Ivoire, dans la journée du lundi dernier. Lors d’un passage sur les antennes de Vibe Radio, le comédien Gohou Michel a livré quelques informations sur les derniers instants du commandant Wattao, avec qui il a pris un déjeuner, peu de temps avant qu’il ne décolle pour les Etats-Unis : «Le jour de son départ du pays, on était ensemble chez lui à domicile en Zone 4. Après Digbeu Cravate nous a rejoint. On a déjeuné avec le Colonel chez lui à la maison. On l’a même aidé à faire ses affaires et vérifié avec lui tous ses papiers du voyage…Franchement, notre ami était affligé par la maladie. On était soucieux de son état de santé. Digbeu Cravate et moi, avant de le quitter ce jour-là vers 14h30, nous avions tenu à lui dire ceci avec insistance: ‘‘Après le traitement, il faut surtout te reposer un bon moment là-bas avant de revenir au pays’’. Le Colonel nous a répondu en disant : ‘‘C’est exact, il me faut du repos. Je vous garantit que je ne serai pas de retour au pays avant deux mois. Je vais profiter pour me reposer au moins deux bons mois hors du pays avant de revenir», rapporte le comédien ivoirien sur la station de radio.

> Lire aussi  Coronavirus : Doumbia Major interpelle le gouvernement sur le port de masques

Le plus connu des ex-forces Nouvelles

«On l’avait dit fini, condamné au silence et à la disgrâce alors qu’il avait été l’un des maîtres du Nord. Mais le controversé Issiaka Ouattara n’est pas homme à se laisser oublier. Nommé fin janvier à la tête de la Garde républicaine, il est redevenu l’un des piliers de l’armée.  Il est sans doute le chef militaire le plus connu des ex-Forces nouvelles. À la tête de la zone Vavoua-Séguéla, il a été pendant près d’une décennie l’un des maîtres du Nord. Un comzone que sa carrure imposante (1,90 m), ses fières dents du bonheur et ses multiples frasques ont rapidement fait connaître hors de l’ancienne rébellion. Longtemps, Issiaka Ouattara – dit Wattao – a même fait le bonheur des médias. Il était partout : en interview dans la presse locale, dans un long reportage diffusé à la télévision française, à la une du magazine people ivoirien Life avec son husky», révélait Guillaume Soro dans son hommage à Wattao.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.