Accueil Côte d'Ivoire Blé Goudé dénonce une instrumentalisation de la justice ivoirienne

Blé Goudé dénonce une instrumentalisation de la justice ivoirienne

Condamnation de Charles Blé Goudé – Alors qu’il est attente de la décision finale de la chambre d’appel concernant son acquittement, l’ancien leader des jeunes patriotes a écopé d’une peine de 20 ans de prison ferme en Côte d’Ivoire, à l’issue de son procès qui s’est déroulé au Tribunal criminel d’Abidjan, fin décembre dernier. En attendant sa riposte judiciaire, le président du Cojep a partagé avec ses partisans sur les réseaux sociaux, le rendu de la décision de condamnation prononcé par le juge Cissoko Amouroulaye Ibrahim, histoire de permettre à chacun de se faire propre opinion sur les motifs de sa condamnation.

Charles Blé Goudé a dénoncé ce mercredi une instrumentalisation de la justice ivoirienne, suite à sa condamnation à une peine de 20 ans de réclusion. Jugé pour des faits en rapports avec la crise post-électorale ivoirienne de 2011, l’ancien leader des jeunes patriotes a été condamné par contumace au Tribunal Criminel d’Abidjan le 29 décembre dernier. Comme il fallait s’y attendre, le président du Cojep prépare déjà la riposte à cette peine que vient de lui infliger la justice ivoirienne, alors que son acquittement a été prononcée par deux des trois juges de la chambre de première instance de la Cour Pénale Internationale. D’ici quelques jours, le président du Cojep et l’ancien dirigeant ivoirien se retrouveront probablement à la Haye où se tiendront de nouvelles audiences de leur procès en appel. Rappelons que le procureur de la Cour Pénale Internationale a décidé de faire appel de l’acquittement prononcé le 15 janvier 2019 par la majorité des juges de la première instance.

> Lire aussi  Présidentielle 2020 : Gnamien Konan appelle à manifester contre la CEI

«Le lundi 30 décembre 2019, j’ai appris par voie de presse avec une consternation que la justice de mon pays m’a condamné par contumace pour des faits de complicité de meurtre, de complicité de coups et blessures volontaires, de complicité de violences et de voies de fait.  Bref, des faits pour lesquels j’ai été jugé et acquitté par la cour pénale internationale. Avant de recevoir la décision pour connaître les motivations des juges sur le fond, j’avais exprimé ma surprise quant à la base textuelle qui pouvait justifier mon jugement par des autorités judiciaires qui m’ont elles mêmes remis à la Cour Pénale Internationale par un arrêt en date du 21 Mars 2014 et qui n’est ignoré par personne.», rapporte Charles Blé Goudé ce mercredi, suite à sa condamnation à 20 ans de prison ferme en Côte d’Ivoire. Son procès qui s’est tenu en son absence à Abidjan avait été dénoncé par ses partisans. Selon ces derniers, le régime tenterait de mettre un terme à la carrière politique de Charles Blé Goudé, une carrière politique qui vient de prendre un tournant majeur avec sa réélection à la tête de son parti, le Cojep. L’ancien président des jeunes patriotes a partagé sur la toile la décision de condamnation qui lui a été notifiée par le tribunal, annonçant au passage la riposte judiciaire : «La justice est rendue au nom du peuple. Vous êtes les acteurs privilégiés de l’information. En attendant ma reaction et celle de mes avocats, je vous donne la primeur de cette décision pour qu’elle soit appréciée sans la moindre passion. Vous constaterez par vous-même l’état de la justice ivoirienne et l’ usage qu’ en font ses acteurs qui ont prêté serment afin que les citoyens ne soient pas les victimes de l’arbitraire».

Une justice instrumentalisée?

«Pour ma part, je note avec beaucoup d’humour que le juge a mentionné dans sa décision qu’à l’ouverture de l’audience du 30 décembre 2019, il m’a appelé à la barre et que je ne me suis pas présenté. Et comme si cette attente théâtrale ne suffisait pas, le commissaire de justice monsieur CISSÈ YAO JULES a mentionné dans son exploit ses diligences…Je vous prie de lire cette décision afin que chacun se rende compte de l’ instrumentalisation de l’ appareil judiciaire par nos dirigeants. Je vous souhaite une bonne réception.», a indiqué le président du Cojep. Cette condamnation menace de toute évidence son retour au pays.

> Lire aussi  Enseignement général secondaire : un enseignant propose une réforme

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.