Présidentielle 2020 : Said Penda doute de la victoire de Soro

Victoire de Guillaume Soro – Ancien président de l’Assemblée Nationale, le président du GPS a officialisé depuis quelques mois sa volonté d’être candidat à la prochaine élection présidentielle en Côte d’Ivoire, une élection prévue pour le mois d’octobre 2020. En attendant d’être véritablement situé sur sa candidature, compromise à ce jour par ses ennuis judiciaires, l’ancien chef du parlement est persuadé de sa capacité à remporter cette élection, face à la grosse coalition du RHDP mise en place par Ouattara Alassane. Pour l’ancien premier ministre, c’est justement parce sa victoire semble évidente à cette élection que le régime actuel tenterait de l’écarter de la course au fauteuil présidentiel à travers ce qu’il considère comme un acharnement judiciaire à son encontre.

La victoire de Guillaume Soro à la présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire était l’un des sujets récemment abordés par le journaliste Said Penda. A plusieurs reprises, l’ancien premier ministre ivoirien indiquait que ses chances de remporter cette élection étaient évidentes, raisons pour laquelle le pouvoir actuel manoeuvrerait pour l’empêcher de se présenter à cette élection. L’ancien chef du parlement ivoirien s’appuie justement sur les poursuites dont il fait l’objet depuis son retour avorté en Côte d’Ivoire le 23 décembre dernier. Après le déroutement de son avion vers le Ghana, l’ancien chef du parlement se verra notifier un mandat d’arrêt international pour plusieurs accusations dont une tentative de déstabilisation du régime actuel. Pour le journaliste Saïd Penda, la victoire de Guillaume Soro à la présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire reste purement illusoire. L’homme de médias s’appuie sur la faible représentativité du camp Soro dans les différentes chambres parlementaires du pays. S’il compte quelques députés au parlement ivoirien, l’ancien chef du parlement ne compte à ce jour aucun président de région dans son camp.

«Gbagbo était mieux ! Franchement, le criminel de guerre gbagbo était mieux ! Lui au moins fondait ses illusions sur des sondages bidons fabriqués par des instituts français qu’il avait embauché ; un conseil constitutionnel présidé par le « frère » et camarade de parti ; une frange de la jeunesse fanatisée ; une armée et des forces de sécurité qui, le cas échéant, lui permettraient de confisquer le pouvoir. L’autre n’a rien et ne représente rien politiquement, mais il clame urbi et orbi avoir déjà été élu président de la république de Côte d’Ivoire.», a indiqué le journaliste Said Penda. A l’approche de la présidentielle de 2020, Guillaume Soro ne cesse de clamer qu’il remporterait cette élection, face au RHDP de Ouattara Alassane mis en place il y’a plus d’un an. Si plusieurs mouvements politiques sont acquis à sa cause, une victoire de Guillaume Soro à la présidentielle ne saurait être possible sans le soutien des autres formations politiques de l’opposition ivoirienne, notamment le PDCI et le FPI. Fragilisé par de nombreux départs pour le RHDP, le Pdci a par la même occasion visiblement perdu une partie de son électorat. En ce qui concerne un éventuel soutien politique du front populaire ivoirien à Soro, soutien qui semble d’ailleurs très peu probable, il ne saurait être effectif, quand bien même il verrait le jour, eu égard des dissensions actuelles qui fragilisent aussi cette formation politique.

Faible représentativité de Soro au parlement

«Voilà un politicien dont les soutiens à l’Assemblée Nationale ne représentent même pas 10% des députés ; un homme qui, sur 50 candidats présentés lors des dernières élections municipales et régionales n’a réussi à faire élire que 3 d’entre eux ; une « personnalité » qui ne contrôle ni la mairie, ni le conseil régionale de sa localité ; et qui, sans avoir publié les résultats d’aucun sondage, déclare être le favori de la prochaine présidentielle ivoirienne. Nous sommes encore dans une cour de récréation. De l’enfantillage.  Ce qui est vrai, est vrai !», a souligné le journaliste ivoirien Said Penda. Pour l’heure, une candidature de Guillaume Soro semble actuellement hypothétique, d’autant plus que l’ancien chef du parlement ivoirien fait l’objet d’un mandat d’arrêt international émis par les juridictions ivoiriennes.  

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.