Nouveau code électoral : Doumbia Major fait des précisions

Présidentielle de 2020 – Après les négociations sur la réforme de la commission électorale indépendante, le gouvernement ivoirien a lancé depuis quelques jours les discussions sur la mise en place du nouveau code électoral. L’opposition ivoirienne dans son ensemble a été invitée à prendre part aux discussions sur cette nouvelle réforme. Mais certains opposants avaient élevé une vive protestation contre certaines exigences du pouvoir en place, notamment la revalorisation de la caution à la présidentielle autour de 100 millions de francs Cfa. Si un accord a été trouvé sur la question, la barre des 100 millions annoncés ne sera pas franchie dans le nouveau code électoral ivoirien. Présent dans les discussions, le président du CPR, Doumbia Major, a fait le point des accords et divergences avec le pouvoir en place sur cette nouvelle réforme.

Le nouveau code électoral en Côte d’Ivoire devrait être connu d’ici peu par les ivoiriens. Les discussions ont démarré fin janvier ente le parti au pouvoir et les partis de l’opposition ivoirienne. Comme il fallait s’y attendre, le camp au pouvoir et les opposants affichent leurs divergences sur certains sujets dans le nouveau code électoral. Faisant le point des discussions avec le parti unifié RHDP, Doumbia Major a révélé ce jeudi que l’ensemble des partis politiques présents aux discussions avait trouvé des accords sur plusieurs questions essentielles, notamment sur l’épineux sujet de la prochaine caution à verser pour les candidats à la présidentielle ivoirienne. On se souvient encore de cette visite du président ivoirien dans la ville de Katiola il y’a environ un mois, une visite au cours de laquelle le président ivoirien se montrait favorable à une revalorisation de la caution à la présidentielle en Côte d’Ivoire. Si les partis ont acté majoritairement cette revalorisation, elle ne franchira pas la barre des 100 millions, voire plus, évoquée par certains médias de la place.

Les discussions sur le nouveau code électoral avancent à grands pas, même si l’on doit encore noter quelques points de divergences entre opposition et parti au pouvoir. Président du congrès panafricain pour le renouveau (parti d’opposition), Doumbia Major est revenu sur les avancées, mais aussi quelques points de divergences entre le parti au pouvoir et les opposants, au sujet de la réforme du code électoral en Côte d’Ivoire. L’une des informations capitales à retenir, la caution à la présidentielle ivoirienne de 2020 n’atteindra pas les 100 millions de francs Cfa, comme annoncé par certains médias : «le ministre d’État Hamed Bakayoko a fait l’arbitrage du dialogue politique et le gouvernement et l’opposition sont convenus d’un rehaussement de la caution, dans une fourchette comprise entre 20 millions et 50 millions. C’est cela la proposition consensuelle arrêtée. Au niveau du parrainage, nous sommes tombés d’accord sur le parrainage citoyen, en lieu et place du parrainage des élus. Le gouvernement est allé contre la proposition du RHDP et a adopté la proposition consensuelle pour éviter de pénaliser ceux qui n’étaient pas allés aux élections dernières. Le gouvernement a accepté le principe du rabaissement du pourcentage pour le remboursement de la caution à 5% au lieu de 10%. Sur le découpage électoral, il y a eu convergence sur la question et la CEI doit prendre attache avec les partis pour définir avec eux les critères de découpage.», rapporte ce jeudi Doumbia Major, le président du congrès panafricain pour le Renouveau.

Les points de divergences avec le pouvoir

«Le point de divergence c’est que le FPI et le PDCI veulent qu’on écrive « libération des prisonniers politiques » dans le document, qui a rapport avec l’écriture du code électoral. Nous avons dit qu’il faut écrire plutôt « criminels politiques » et « criminels de guerre ». Ils veulent qu’on écrive arrêt des poursuites pour délits d’opinion, nous avons dit que ceux dont ils parlent sont poursuivis pour tentative de coup d’État et qu’on ne peut pas écrire ça dans un rapport de travail sur le code électoral.», indique Doumbia Major. La prochaine élection présidentielle en Côte d’Ivoire aura lieu le 31 octobre 2020.

Vous pouvez aussi aimer