Covid-19 : le confinement d’Abidjan reporté à dimanche

Confinement d’Abidjan – Considéré comme le foyer de l’épidémie à Coronavirus, la capitale économique ivoirienne avait été fermée aux voyageurs pour empêcher une propagation du virus aux autres villes de l’intérieur. La décision entrée en vigueur le jeudi 26 mars a été reportée de quelques jours, jusqu’au dimanche 29 mars prochain selon une information transmise par le ministère de la sécurité. Evidemment, ce report fait grincer des dents, puisqu’il favorisera sans doute la sortie de certains abidjanais pour l’intérieur du pays.

La Côte d’Ivoire compte a ce jour 96 cas de Covid-19 qui sont principalement recensés dans la capitale économique ivoirienne. Pour éviter la propagation de l’épidémie à d’autres villes de l’intérieur, la ville d’Abidjan avait été placée en isolement le jeudi 26 mars 2020, une décision qui a d’ailleurs été saluée par de nombreux ivoiriens. A la surprise générale, cette décision a été reportée au dimanche 29 mars à minuit par le ministère de la sécurité. Les voyageurs qui n’ont pas eu le temps de sortir de la capitale économique disposent donc d’un délai de quelques jours le faire, avant la fermeture définitive de la capitale économique ivoirienne, en raison de la maladie à Coronavirus. Ce report a suscité de nombreuses réactions d’indignation, puisqu’il permettra encore à certains résidents de sortir de la ville pour aller à l’intérieur, ce qui multiplie les risques de propagation de l’épidémie sur le territoire national. Le journaliste ivoirien Tiémoko Assalé Antoine a été l’un des principaux hommes de médias a dénoncer ouvertement ce report de la fermeture des entrées de la capitale économique ivoirienne, une décision entrée en vigueur le jeudi 26 mars avant d’être reportée au dimanche prochain à minuit. Le journaliste critique André Silver Konan a lui aussi réagi à ce changement de cap des autorités ivoiriennes dans la gestion de cette crise sanitaire.

Abidjan reste pour l’instant le principal foyer de l’épidémie Covid-19 en Côte d’Ivoire. Mais la donne pourrait changer dans les jours à venir suite à une décision prise par le ministère de la sécurité ce jeudi. Après avoir ordonné la fermeture des entrées d’Abidjan pour endiguer l’épidémie, le ministère de la sécurité a décidé de reporter au dimanche 29 mars à minuit le blocus de la capitale économique ivoirienne. Comme il fallait s’y attendre, ce report a fait beaucoup de bruits, surtout que le nombre de malade du Covid-19 en Côte d’Ivoire a encore augmenté. Le Coronavirus touche à ce jour 96 personnes sur le territoire ivoirien. Pour le journaliste Tiémoko Assalé Antoine, ce report expose le reste du territoire national à d’éventuels contaminations : «Ce tango creusera notre tombe.  En Italie, la tergiversation sur les mesures de confinement et l’indifférence des autorités devant les fuites des populations des zones contaminées vers les zones non contaminées ont provoqué la catastrophe.  En Côte d’Ivoire, on ne semble pas avoir tiré suffisamment de leçons du fiasco de L’INJS. On annonce le blocus d’Abidjan, épicentre de la maladie, pour ce jeudi 26 mars, à 00 heure. Depuis cette annonce, on a assisté à un flux incessant de personnes fuyant Abidjan pour l’intérieur du pays. Il suffisait de se mettre à la sortie de Yopougon-Gesso, pour se rendre compte de l’exode vers l’intérieur du pays.  En lieu et place de l’application de la mesure annoncée, on a appris au journal de 20 heures que 72 heures ont été de nouveau offertes à ceux qui veulent fuir Abidjan, de le faire, sans qu’il n’y ait aucun dispositif aux sorties de la ville pour tester tous ceux qui vont sortir d’ici au 29 mars à minuit».

Expliquer le report de l’isolement

«À force de danser ce genre de tango, on finira par décrocher la médaille du pays le plus atteint de l’Afrique. Arrêtons l’amusement. Restez chez vous. Restons chez nous. Expliquons les décisions que nous prenons. Expliquons pourquoi nous differons leur application. Le flou, les hésitations et le tango creuseront notre tombe.», a conclu le maire de la commune de Tiassalé.

Vous pouvez aussi aimer