Présidentielle 2020 : «Bédié est le candidat naturel du PDCI» (Yves Esso)

Scrutin présidentiel en Côte d’Ivoire – A l’instar du RHDP, le Parti d’Henri Konan Bédié sera appelé d’ici peu à désigner son candidat à la prochaine élection présidentielle ivoirienne. S’il n’a pas encore officialisé sa candidature, Henri Konan Bédié est de plus en plus plébiscité par les responsables du PDCI pour le scrutin présidentiel à venir. Jean Yves Esso, l’ex-dirigeant reste le candidat naturel du parti.

La bataille pour la présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire aura lieu sans Ouattara Alassane, l’actuel dirigeant ivoirien. Au terme de ses deux mandats, le président ivoirien a décidé de se retirer de la prochaine course au fauteuil présidentiel, désignant par la même occasion Amadou Gon Coulibaly comme son successeur naturel. Si cette question semble être plus ou moins réglée au RHDP, le PDCI n’a toujours pas désigné son candidat à la prochaine élection présidentielle. Parmi les potentielles candidatures, celle de l’ancien dirigeant Henri Konan Bédié. Agé de 86 ans, le président du PDCI n’écarte aucune hypothèse concernant ses ambitions politiques. Déjà plébiscité par plusieurs cadres et militants du parti, l’ancien dirigeant ivoirien vient de recevoir un soutien de taille pour sa candidature. Inspecteur du parti, Jean Yves Esso s’est prononcé sur la candidature d’Henri Konan Bédié en 2020. Pour le cadre Pdci, l’ancien dirigeant ivoirien reste jusqu’à preuve du contraire, le candidat naturel de la formation politique de l’opposition.

«Le PDCI-RDA ne manque pas de hauts cadres ayant les épaules bien solides pour diriger notre belle Cote d’Ivoire après cette longue traversée du désert qu’elle a subi. Il serait d’ailleurs même bien imprudent de tenter de les citer ici au risque de frustrer ceux qui pourraient éventuellement être oubliés dans le listing, tant les possibilités sont énormes dans ce parti historique. Le PDCI-RDA a des problèmes de riches avec une pléthore de candidats potentiels tous autant impressionnants les uns que les autres, tant par leurs profils que par leurs charismes…«le candidat naturel du PDCI-RDA est le président du parti, le président Henri KONAN BEDIE. Malgré cet état de fait le PDCI-RDA organise des primaires démocratiques pour que les militants choisissent eux-mêmes leur candidat officiel, contrairement à la succession monarchique à laquelle nous avons assisté en mars 2020 ailleurs.», révèle Jean Yves Esso, inspecteur au PDCI RDA. Avant lui, de nombreux militants se sont prononcés sur la candidature d’Henri Konan Bédié à la prochaine élection présidentielle, d’autant plus que son ancien allié, le président sortant, s’est retiré de la course au fauteuil présidentiel. Agé de 86 ans, le président du PDCI RDA reste évasif sur sa candidature et met toutes les options possibles sur la table. Bien souvent critiqué pour son âge avancé, Henri Konan Bédié ne considère guère cela comme un handicap à son éventuelle candidature, arguant que des dirigeants plus vieux que lui sont encore en exercice dans le monde. Pour Jean Yves Esso, l’âge de Bédié constitue plutôt un atout majeur à sa candidature à la prochaine élection présidentielle.

60 années d’expérience politique

«Les 60 ans de vie publique du président actuel du PDCI-RDA devraient imposer le plus grand respect plutôt que l’agacement. Ils ne seraient pas de trop pour réconcilier cette Côte d’ivoire, trop longtemps traumatisée par l’un des plus long coup d’Etat au monde, sinon le plus long, perpétré en septembre 2002 et terminé en avril 2011 avec l’aide de qui nous savons. Le président HKB est encore en pleine possession de ses moyens pour se présenter à la candidature de la candidature à l’instar de ce qui se passe dans la plus grande démocratie mondiale où l’on voit dans le profil des candidats encore en lice pour la primaire démocrate (Bernie Sanders, Jo Biden, Michael Bloomberg) que le plus jeune a 78 ans! La sagesse et la mesure habitent les rides que l’âge a divinement et patiemment construites…La vieillesse bien maîtrisée et subtilement utilisée peut être l’âge de l’espérance pour une nation», lance Jean Yves Esso.

Vous pouvez aussi aimer