Meeting au stade : l’opposition ivoirienne dénonce des tentatives d’intimidation

Meeting de l’opposition – Les opposants ivoiriens ont envoyé un signal fort le week-end dernier au pouvoir en place à travers l’organisation d’un giga meeting au stade Félix Houphouët Boigny. Ont pris part à ce rassemblement les plus grosses têtes de l’opposition, notamment Henri Konan, Pascal Affi N’Guessan ou encore le président du Lider Mamadou Koulibaly, par ailleurs maire de la commune d’Azaguié. Dressant le bilan de cette manifestation contre le pouvoir, l’opposition ivoirienne a fait état de plusieurs tentatives d’intimidation.

L’opposition ivoirienne a réussi son pari au stade Félix Houphouët Boigny le week-end dernier. Selon les organisateurs de la manifestation, ce sont environ 100 000 ivoiriens qui se sont réunis au Félicia pour envoyer un signal fort à Ouattara Alassane, candidat du RHDP parti unifié. Ce rassemblement a, selon le communiqué conjoint de l’opposition ivoirienne, été émaillé par des tentatives d’intimidation. Plusieurs opposants auraient été ainsi empêchés de rejoindre le stade Felix Houphouët Boigny samedi dernier, expliquent les leaders de l’opposition dans un communiqué conjoint. L’opposition fait également mention de plusieurs cars qui auraient été caillassés durant la journée du samedi 10 octobre dernier. Dans le communiqué conjoint, l’opposition ivoirienne révèle que des individus armés de gourdins, auraient tenté d’agresser les partisans ayant effectué le déplacement au stade du Felicia. L’opposition ivoirienne a invité ses militants à rester mobiliser pour les mots d’ordres à venir.

L’opposition ivoirienne a-t-elle été victime de tentative d’intimidation durant son giga meeting du week-end dernier ? C’est en tout cas ce que laissent entendre les opposants au régime RHDP dans un communiqué conjoint relatif au giga rassemblement au stade Felicia : «De nombreuses entraves, en vue d’empêcher l’arrivée de nos militants, de nos sympathisants et des populations au Stade Félix HOUPHOUËT- BOIGNY ont été perpétrées par le régime du RHDP, en complicité avec certains éléments des forces de l’ordre. Ainsi :    – Des barrages ont été érigés juste pour créer des difficultés d’accès au stade ;  – Le cortège du Président Henri KONAN BÉDIÉ a été bloqué ;  – Des transporteurs, qui devaient convoyer des participants, ont été instrumentalisés pour se désister au dernier moment ;  – Des cars transportant les militants ont été empêchés d’arriver sur le site de la manifestation. C’est le cas, entre autres, de ceux en provenance de Yopougon, attaqués et stoppés à Siporex, d’Attécoubé, arrêtés au niveau de la Carena, d’Aboisso, de Bonoua et de Bassam, arrêtés à Bassam ;  – Les cars qui ont pu arriver d’Adjamé, d’Abobo, d’une manière générale du nord et du nord-est d’Abidjan, ont été stoppés au niveau de Fraternité matin, pour créer des difficultés supplémentaires aux militants qui ont dû se rendre à pied au stade;  – Plusieurs cars transportant des militants ont été caillassés ;  – Des individus armés de gourdins et de machettes ont intimidé, provoqué et agressé des participants à mains nues, sous le regard complice de certains éléments des forces de l’ordre ;  – Enfin, des véhicules de police avec du matériel de combat ont été déployés sur le plateau dans le but évident d’intimider les militants.», lisons-nous dans le communiqué final de l’opposition ivoirienne.

Plus de 100 000 manifestants présents

«Malgré ces entraves, plus de 100 000 militants, sympathisants, sympathisantes et populations éprises de paix et de justice se sont rendus au Stade Félix HOUPHOUET- BOIGNY sans participer à aucun acte violent ou vandalisme, comme en témoignent les images et les vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux.  Devant ces Ivoiriens exceptionnellement mobilisés et enthousiastes, malgré ces entraves, les orateurs ont tour à tour galvanisé les démocrates et les populations épris de paix, de liberté et de démocratie qui disent non à un 3e mandat d’Alassane OUATTARA et exigent des élections paisibles et transparentes.  SEM Henri KONAN BÉDIÉ…a saisi l’occasion de cette rencontre pour demander solennellement l’implication du Secrétaire Général de l’ONU, SEM Antonio GUTERRES, dans le dossier ivoirien pour la mise en place d’un organe électoral capable d’organiser des élections crédibles, avant l’élection présidentielle», rapporte l’opposition ivoirienne.

Vous pouvez aussi aimer