Treichville : un nouvelle immeuble s’effondre et fait 7 morts

Alors que les Ivoiriens croyaient avoir tourné la page de ce type de tragédie, un nouvel immeuble en construction s’est effondré dans la nuit du samedi 26 au dimanche 27 février 2022.

Cet accident a fait 22 victimes, dont 7 décès, d’après les chiffres du Groupement des Sapeurs-pompiers militaires (GSPM). Bruno Koné, le ministre en charge de la Construction et de l’Urbanisme, a annoncé des dispositions pour faire la lumière sur les circonstances du drame en vue de situer les responsabilités.

Déploiement d’importants moyens matériels et logistiques

Dans la nuit du samedi 26 au dimanche 27 février 2022, aux environs de 1 heure, un immeuble R+7 en construction non loin du Palais de la Culture (Avenue 3, rue 16) dans la Commune de Treichville (Abidjan), s’est effondré sur plusieurs personnes vivant dans des maisons contiguës. Selon un bilan du Groupement des Sapeurs-pompiers militaires (GSPM), le drame a fait 22 victimes, dont 7 décès. Rapidement alerté par les habitants du quartier, les sapeurs-pompiers sont arrivés sur les lieux avec d’importants moyens matériels et logistiques, dont huit engins, une équipe cynotechnique et 40 hommes. Ils ont écarté les gravats pour retirer les survivants coincés sous les décombres.

Les soldats du feu ont été aidés dans leur mission par des éléments du Groupement mobile d’intervention, de la Compagnie républicaine de sécurité (Crs), du Centre de coordination des opérations décisionnelles (Ccdo), de la gendarmerie nationale et de la police municipale. A la fin de l’opération, les survivants sans lésions ont été remis à leurs familles respectives, tandis que les blessés ont été évacués au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Treichville.

Des ministres au chevet des victimes

Des autorités se sont également rendus sur les lieux du drame pour s’enquérir de l’état des victimes et présenter leurs condoléances aux familles endeuillées. Ce sont notamment le maire de Treichville François Amichia, la députée de la commune Ami Toungara, la ministre-gouverneure Raymonde Goudou, la ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la pauvreté Myss Belmonde Dogo et le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Vagondo Diomandé. Ce dernier a annoncé des enquêtes pour établir les faits et les responsabilités. Il a assuré que les auteurs de cette catastrophe ne resteront pas impunis. « On ne se rend compte de la qualité de ces habitations que lorsque ce genres de drames interviennent », a-t-il interpellé. Il a appelé ses collègues du gouvernement, en charge des questions d’habitat, à mettre la pression sur les opérateurs pour qu’ils respectent les normes et qu’ils prennent les avis techniques auprès de leur ministère de tutelle.

Des sanctions prévues par le code pénal

Le principal concerné, en l’occurrence le ministre de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, Bruno Nabagné Koné, a effectué un déplacement sur le chantier, à la suite de ses collègues, en vue de faire la lumière sur les circonstances du drame et prendre des décisions. Il a promis aux familles éplorées et aux blessés que justice sera faite. « Nous avons un code pénal. Un homicide volontaire est sanctionné par nos lois. Les fauteurs ne font pas exception à cette règle. Donc, ils seront sanctionnés. Je le demande ardemment. Que toutes les personnes qui sont en faute au niveau de la Construction et ailleurs également soient effectivement punies », a déclaré Bruno Koné. Le ministre a aussi invité les promoteurs immobiliers à se faire désormais accompagner par les experts, particulièrement les ingénieurs conseil, les architectes ou un Bureau de contrôle. Par ailleurs, Bruno Nabagné Koné a appelé les maîtres d’ouvrage à plus de responsabilités.

Echec de la campagne « Zéro effondrement d’immeubles en Côte d’Ivoire »

Ce drame agace d’autant le ministre qu’il croyait avoir tourné la page de ce genre d’accidents après le lancement, en mars 2021, de la campagne dénommée « Zéro effondrement d’immeubles en Côte d’Ivoire ». Celle-ci a été initiée au terme de plusieurs visites sur des sites problématiques, après une série d’effondrements de bâtiments à Abidjan, notamment à Abobo, Abatta (Bingerville), Cocody et Yopougon. En mars 2021, un immeuble en construction dans le village d’Anono (Cocody) s’était affaissé sur plusieurs personnes faisant au moins 10 morts et 12 blessés. Après enquête, il s’est avéré que le propriétaire de l’immeuble ne disposait pas de permis de construire comme 90% des promoteurs ivoiriens. Notons que les personnes dont les maisons ont été détruites dans l’effondrement de l’immeuble à Treichville ont été relogées autre part en attendant de retrouver leurs habitations. Quant au bâtiment en question, il sera soumis à une expertise pour s’assurer de sa solidité et de sa sécurité pour un retour des retours.

Voir la photo de l’effondrement et d’autres détails sur : https://www.koaci.com/

Commentaire

0 Commentaire

Vous pouvez aussi aimer