Des motos des enseignants grevistes incendiées, une autorité politique indexée (Ouattara Zana)

par Rodemi Yao
0 Commentaire


Une marche pacifique des enseignants avortées par des quidams, des blessés et des engins à 4 roues incendiés

Il est 07 heures ce lundi 25 Février 2019, lorsque des enseignants grévistes  ont décidé d’entamer une marche pacifique pour exprimer leur ras-le-bol. Force est de constater que cette marche dite pacifique s’ est transformée en drame. Selon les témoins, un véhicule de type 4X4 fonce droit sur ces grévistes. Usant de leur vigilance et promptitude, ces fonctionnaires d’État ont dû abandonner leurs engins avant de se retrouver dans les broussailles. Quatre blessés dont un cas grave évacué au Centre hospitalier universitaire (CHU), 11 motos entièrement calcinées et quatre autres emportées, ont été enregistrés suite à une attaque perpétrée par des hommes encagoulés, ce lundi, à Bouaké, contre un groupe d’enseignants grévistes de la plateforme des syndicats signataires du mot de grève. Ces quidams lourdement armées selon le témoin, usent de l’essence avec une boîte d’allumette pour incendier les motos de ces derniers.

Plusieurs motos en flamme

Indigné, Ouattara Zana, enseignant-gréviste, pointe du doigt une autorité de la ville de Bouaké. Il serait selon lui le commanditaire de cet acte de barbarie.

 « Jusque-là, nous n’avons pas appris que des enseignants sont allés attaquer chez tel , qui est suspecté et beaucoup cité par plusieurs collègues, ni chez d’autres hommes politiques. »

 a t-il déclaré. 

Il appelle les autorités et l’opinion internationale en témoin de cet agissement de la part d’un député de la nation et de surcroît membre fondateur du mouvement “génération 94” et du mouvement “ex-force nouvelle”, des mouvements proches du Parti unifié le Rassemblement des Houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP).

> Je regarde  Noix de Cajou : le gouvernement et la Coopcavica volent aux secours des producteurs

« Le message que nous voulons lancer en tant qu’enseignant c’est que nous sommes conscients comme eux, nous sommes aussi des parents d’élèves. Qu’ils cherchent à préserver l’image des enseignants de Côte d’Ivoire car notre pays ne mérite pas cela. Donc ces individus qui sont venus faire cet acte et surtout au nom du régime étatique en place, qu’on les apprivoise, parce que les enseignants ne sont pas de vandales. »

 A lancé Ouattara Zana. 

Pour rappelle ces enseignants ont entamé une grève illimitée depuis le 22 janvier 2019.

Vous pouvez aussi aimer

>