Grève des enseignants : Le comité des élève et étudiants de Côte d’ivoire (CEECI) accuse le gouvernement

par Rodemi Yao
0 Commentaire


A Bouaké Le nouveau secrétaire général national du CEECI Traoré Karamoko dit national TK, élu le samedi 23 février dernier a sa propre succession l’université Alassane Ouattara de Bouaké (campus 1) était face la presse pour dénoncer les attitudes du gouvernement face à la crise dans le système éducatif

Le comité des élèves et étudiants de Côte d’Ivoire( CEECI ), lors d’un point de presse le jeudi 28 Février dernier, au campus 1 de l’université Alassane Ouattara de Bouaké, accuse le gouvernement d’être a l’origine des actes de violences et de barbaries constatés ces derniers temps dans la ville de Bouaké. Pour le secrétaire national Traoré Karamoko dit “national TK” la sourde d’oreille du gouvernement envenime de plus en plus la situation des enseignants:” les enseignants réclament des conditions de plus en plus améliorées face à un gouvernement qui semble déborder sinon, qui ne réagit presque pas”a déclaré Traoré Karamoko.
Toutes ces manifestations se sont soldées par l’arrestation du porte-parole de la CENEC le professeur Johnson Zamina Bi depuis quelques jours. Ce dernier a été transféré à la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA). Ce défèrement a conduit à une marche des professeurs sur le campus de cocody pour exprimer leur mécontentement face aux agissements du gouvernement ivoirien, qui au lieu de prêter attention aux cris des grévistes ne fait qu’empirer la situation en condamnant certains. Le CEECI, condamne avec la plus grande fermeté ces actes atroces de la part des autorités étatique:”Nous ne pouvons exister en tant que structure estudiantine et scolaire sans condamner de vive voix cette situation ternissant gravement l’image de notre école et plaide pour que le professeur Johnson, porte-parole de la CENEC soit libéré et reconduit dans l’exercice de ses fonctions “, a lancé, par ailleurs,  il invite les deux parties à créer un cadre d’échange en vue de trouver une solution a cette crise qui n’honore pas la Côte d’Ivoire:《nous demandons à nos autorités et nos chers maîtres de créer de façon urgente une tribune d’échanges, sans bras de fer, afin que ces crises désastreuses connaissent une résolution définitive.》 A suggéré le national TK.Rappelons que depuis quelque temps la situation des enseignants grévistes a pris autre une tournure avec l’arrestation de certains grévistes et des motos incendiées.

> Je regarde  Lycée municipal Djibo Sounkalo : Un élève poignardé meurt de ses blessures

Vous pouvez aussi aimer

>