Accueil Côte d'IvoireBouaké Noix de Cajou : le gouvernement et la Coopcavica volent aux secours des producteurs

Noix de Cajou : le gouvernement et la Coopcavica volent aux secours des producteurs

Noix de cajou à Bouaké


Côte d’Ivoire – Le gouvernement ivoirien dans le souci de permettre aux paysans de jouir pleinement des fruits de leurs efforts a fixé pour l’année 2019, le prix du kilogramme de la noix de Cajou à 375 Fcfa.

Depuis cette année, rappelons-le, cette filière connait des difficultés sur le marché international. Cette situation a vu naître des acheteurs véreux qui achetaient  le kilogramme de noix de Cajou à 50 fr dans plusieurs localités du pays dont la région du Béré, première zone productrice de noix de cajou en Côte d’Ivoire.
Dans le souci de valoriser la filière et de stabiliser le prix fixé dans toutes les zones productrices, un arrêté a été pris par le gouvernement pour stopper toute exploitation de la noix jusqu’au 10 Mai 2019.
Le gouvernement ivoirien a donc décidé d’apporter un financement aux coopératives certifiées dont la Coopérative avec conseil d’administration du vivrier et du Cajou(Coopcavica) pour l’achat de la noix de Cajou de près 200.000 tonnes. Pour la bonne marche de ce projet, l’accent est mis sur la qualité du produit. La Coopcavica dirigé par Traoré Amadou a initié dans la région du béré et du Gbêkê une campagne de sensibilisation à l’endroit des producteurs sur l’amélioration de la qualité de la noix de Cajou et surtout la stabilité du prix bord champ dans ses zones d’activités. 
Après l’étape de Bouaké, c’est la localité de Dianra qui a accueilli cette délégation de sensibilisation, jeudi 3 Mai 2019 en présence du commandant Guillaume Pokou sous-préfet de Dianra.
Il a au cours de cette rencontre livrée a l’assemblée le message du président de la république Alassane Ouattara, celui d’évacuer les produits en possession des producteurs: « le président vous demande de faire en sorte de fournir un produit de qualité. C’est-à-dire des produits bien séchés et bien triés. Ne céder pas au chantage des acheteurs véreux qui veulent vous appauvrir » a t-il conseillé.
Cette étape de sensibilisation a démarré dans le village de Dianra pour finir à Kounahiri en passant par la ville de Mankono. Les responsables de Coopcavica procèdent également à l’achat de produits des paysans lors des tournées de sensibilisation. Cette campagne va  s’ étendre  sur sept (07) localités du pays avec pour message clé « dire aux producteurs d’avoir des noix de Cajou de bonne qualité pour faciliter son achat ».

> Lire aussi  Un récidiviste tente d'échapper en vain à un lynchage public

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.