Sekongo Félicien : « la Côte d’Ivoire est dans un libéralisme sauvage ».

par Rodemi Yao
0 Commentaire

Le président du parti politique Mouvement pour la promotion des Valeurs nouvelles en Côte d’Ivoire (MVCI) sans tourner dos à la cuillère a affirmé que le pays se trouverait dans un libéralisme sauvage, qualifiant ainsi les dirigeants actuels d’usufruitier.

C’était samedi 25 Mai 2019, au cours d’une rencontre d’installation du fédérale communal du parti à Bouaké, dans un restaurant de la place. A dix-sept mois du présidentielle de 2020, le parti MVCI se lance dans la course pour la conquête d’électorat dans le centre du pays avec comme cheval de bataille la promotion des valeurs démocratiques que ces différentes formations politiques actuelle ont bafouées. C’est pourquoi, constitué en tant que société civile en 2014, les membres de ce parti ont jugé bon de se constituer en parti politique en 2017, pour restaurer les valeurs telles que la démocratie, la citoyenneté, l’Etat de droit, la cohésion sociale, les libertés individuelles et collectives et faire implanter une nation en Côte d’Ivoire.
Faisant une analyse de la gestion du pouvoir par le président actuel, Sékongo Félicien a souligne que le pays est plongé dans un libéralisme sauvage et d’une escroquerie morale : « Ce qui est constaté de voir, est que des ivoiriens triment dans une clique s’enrichirent, s’en bourgeoisies au détriment de certains peuples de Côte d’Ivoire. Il y a eu des promesses qui ont été faites mais jamais exécutées, nous sommes rendus compte que tout ceci était de la chimère, de la flatterie et de l’escroquerie morale. Alors la définition que nous trouvons à la politique du ‘’camarade Ouattara’’ parce que je suis président d’un parti est du libéralisme sauvage, il n’y a pas de politique sociale » a-t-il déploré le collaborateur de l’ex-président de l’assemblée nationale Guillaume Soro.
Devant ces militants, il a tenu à préciser que ce parti n’est pas celui de Guillaume Soro mais plutôt une communauté de vision entre lui et Guillaume Soro. A la vérité, ce parti qui se veut indépendant ne manque pas d’apporter tout son soutien à l’ex-président de l’assemblée nationale pour la conquête du pouvoir en 2020. 
« Guillaume Soro à la différence des usufruitiers que nous observons aujourd’hui sur l’échiquier politique, rencontre l’adhésion d’une grande majorité des peuples de Côte d’Ivoire compte tenu de la volonté de ce peuple de changer la donne en Côte d’Ivoire. Soro cristallise un certain nombre d’intérêts qui s’attaches à ceux des ivoiriens. Donc en 2020, Soro est notre candidat et nous allons le soutenir pour conquérir ce pouvoir. » a souligné Sékongo Félicien.
« Nos ainés se sont battus hier pour l’indépendance de la Côte d’Ivoire. Après eux dans les années 90 d’autres ainées se sont battues pour l’émancipation politique du pays notamment le multipartisme. Il est de notre devoir de bouter hors les gouvernants aujourd’hui qui caporales tout, détruisent tous les fondamentaux d’une république pour que la Côte d’Ivoire soit unie, réconciliée et développée économiquement afin que les ivoiriens arrivent à se soigner et qu’ils soient en parfaite sécurité. » A-t-il suggéré aux militants et aux différents fédéraux.
Le fédérale communal de Bouaké a été installé, avec une seule mission : conquérir des militants et de l’électorat et bouter hors le régime en place. Cette lourde tâche est confiée à Ouattara Katcha Ali. Ce dernier compte sur la bonne collaboration de ces militants pour réussir l’implantation du MVCI à Bouaké: « C’est une tâche qui ne sera pas facile parce qu’installer un grand parti avec une grande vision comme le MVCI mais je saurai accorder mon temps avec l’aide de mes camarades pour une implantation vraie du parti à Bouaké » a exhorté.
Selon lui, il est temps de permettre à la Côte d’Ivoire, après la crise qu’elle a connu de connaitre une réconciliation vraie : « Il ne faudrait plus que les politiques instrumentalisent les populations pour l’atteinte de leurs objectifs mesquins ou égoïstes.  C’est pourquoi nous jeunes sommes mis en rang de bataille pour sauver la côte d’ivoire, parce que certaines personnes disent que la cote d’ivoire est émergente, mais je pense que c’est utopique aujourd’hui nous sommes loin de l’émergence. C’est une réalité mais que devrions-nous faire ? on doit se lever, booster les choses et implanter le MVCI parce que ce parti n’appartient pas à une quelconque région ou ethnie mais plutôt un parti qui a des idéo. » a déclaré le fédérale communal de Bouaké, Ouattara Katcha Ali.

> Lire aussi  Grève de enseignants : les élèves de Bouaké sont contraints de rentrer chez eux

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.