Présidentielle 2020 : Jean-Louis Billon explique le fonctionnement de l’alliance PDCI – FPI

ELECTION EN CÔTE D’IVOIRE – Le front populaire ivoirien tendance Laurent Gbagbo et le Pdci Rda ne cachent plus leur désir de s’unir pour faire barrière au Rhdp lors de la prochaine présidentielle ivoirienne. Si l’idée d’une plateforme stratégique est de plus en plus évoquée, nombreux sont ceux qui se demandent comment fonctionnera l’alliance entre les deux partis politiques ivoiriens ?

Adversaires politiques hier, le PDCI et le FPI consolident de plus en plus leurs liens avant la prochaine présidentielle en Côte d’Ivoire, prévue pour octobre 2020. Si idéologiquement les deux formations politiques sont opposées à la base, les partisans de Laurent Gbagbo et d’Henri Konan Bédié ont un objectif en commun, celui d’empêcher le RHDP d’avoir un troisième mandat en Côte d’Ivoire. Pour fédérer une véritable opposition face au parti unifié, Henri Konan Bédié a proposé l’idée d’une plateforme stratégique qui réunirait toutes les forces vives de l’opposition ivoirienne. Mais on sait très peu de choses sur le mode de fonctionnement de cette alliance. Secrétaire exécutif du parti chargé de la communication, l’ancien ministre Jean-Louis Billon est revenu sur le mode de fonctionnement de cette nouvelle coalition qui est en train de prendre forme en Côte d’Ivoire.

L’alliance entre le FPI et le PDCI en 2020 est un scénario qui se renforce de jour en jour. Soucieux d’empêcher le régime actuel d’avoir un troisième mandat, les deux partis politiques n’excluent pas de se fédérer pour faire barrage au candidat du parti unifié lors de la prochaine présidentielle en Côte d’Ivoire. C’est à la lumière de cette cause commune que le président du PDCI RDA, Henri Konan Bédié, a annoncé la mise en place d’une plateforme de l’opposition. L’idée est donc de fédérer tous les opposants autour d’une seule et même cause lors de la prochaine échéance électorale ivoirienne. Mais avec des programmes de campagne qui seront forcément différents, une telle alliance a-t-elle des chances de voir le jour ? La priorité du moment pour ces deux partis étant d’arracher le pouvoir au régime actuel, certaines divergences seront mises de côté pour atteindre cet objectif. Mais cela ne résout pas la question de savoir comment fonctionnera cette alliance FPI-PDCI en 2020, si elle voyait le jour ? L’ancien ministre du commerce a donné les grandes lignes de cette nouvelle coalition politique : «Nous nouons des alliances et le FPI est un parti de l’opposition tout comme le PDCI-RDA qui a décidé d’y être. Donc, tous les partis d’opposition sont contre le parti au pouvoir à savoir le RHDP. Nous avons entre nous une bienveillante attention ; le terme pactiser est fort. Nous sommes, le PDCI-RDA et le FPI, naturellement, traditionnellement, historiquement des adversaires politiques ; nous ne sommes pas des ennemis. Nous avons à cœur le bien-être des Ivoiriens et de ceux qui vivent en Côte d’Ivoire et la grandeur de notre pays».

A chacun son candidat en 2020

«A la présidentielle de 2020, nos deux partis auront chacun un candidat et si jamais, c’est le PDCI-RDA qui arrive au second tour et comme ce sera certainement le cas, le FPI, s’il n’y est pas, nous donnera ses voix et inversement, le PDCI-RDA lui donnera ses suffrages. Dans le cas où, et c’est fort possible, le PDCI-RDA et le FPI se retrouvent au second tour après avoir éliminé le RHDP et son imposture dès le premier tour, il s’agira, pour les Ivoiriens, de décider de leur choix en fonction du meilleur candidat et du meilleur programme». Cette alliance rappelle trait pour trait celle qui unissait le RDR et le parti d’Henri Konan Bédié avant la présidentielle d’octobre 2010, élection qui a conduit à la chute de Laurent Gbagbo. Pour être plus précis, le PDCI et le FPI entendent signer une alliance de circonstance pour 2020.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.