Les révélations de Doumbia Major sur la candidature de Marcel Tanoh

Présidentielle en Côte d’Ivoire – Au mois de mars, le RHDP parti unifié désignait son candidat à la prochaine élection présidentielle en Côte d’Ivoire. Premier ministre du gouvernement depuis plus de deux ans, Amadou Gon Coulibaly a été désigné pour succéder à Ouattara Alassane, le président sortant qui a décidé de ne pas briguer un troisième mandat en octobre prochain. Peu de temps après la présentation de Gon Coulibaly, Marcel Amon Tanoh, l’un des plus fidèles lieutenant de Ouattara Alassane, annonce sa démission, une démission perçue par certains comme le signe d’une éventuelle candidature à la présidentielle d’octobre 2020.

Les nouvelles révélations de Doumbia Major, au sujet d’une éventuelle candidature de Marcel Amon Tanoh, alimentent depuis quelques jours la polémique. Après sa démission du gouvernement en mars dernier, l’ancien ministre des affaires étrangères se voit prêter des ambitions politiques en octobre 2020, des informations que le principal concerné ne dément pas pour l’heure. Officiellement l’ex-proche de Ouattara Alassane n’a pas encore dévoilé son agenda politique, encore moins annoncé un revirement de cap en faveur d’un parti d’opposition ivoirienne. Pour le président du congrès panafricain pour le renouveau, la candidature de Marcel Amon Tanoh manque de crédibilité, dans la mesure où l’ancien chef de la diplomatie ivoirienne ne saurait se dissocier du bilan du parti présidentiel.

«Chères sœurs, chers frères,  En tant qu’homme publique ayant assumé de nombreuses responsabilités au service de mon pays, je me dois de m’adresser à vous directement, pour vous informer de ma démission du gouvernement.  Je tiens à remercier le Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA, pour l’honneur qu’il m’a fait en me confiant des responsabilités au plus haut niveau de l’Etat, en qualité de Ministre Directeur de Cabinet, puis Ministre des Affaires Etrangères. J’ai travaillé à ses côtés en toute loyauté, en prenant toujours soin de lui faire part de mon honnête opinion en toutes circonstances.  Chères sœurs, chers frères,  A maintes occasions vous m’avez manifesté votre sympathie et votre soutien ; je vous en remercie du fond du cœur. Seuls la grandeur de la Côte d’Ivoire, la justice, la démocratie et le bonheur des ivoiriens ont constamment motivé mon engagement politique. Comme je l’ai toujours fait, je continuerai à mener ce combat avec vous.  Que DIEU vous bénisse.», révélait Marcel Amon Tanoh en mars dernier, quelques jours après la désignation d’Amadou Gon Coulibaly comme le candidat du RHDP à la prochaine présidentielle. Officiellement, cette démission n’est aucunement liée à la désignation du premier ministre comme candidat RHDP en octobre prochain, quoique cette décision alimente encore les débats au sein de l’UDPCI, parti membre du RHDP. Pour sa part, Guillaume Soro mettait en garde l’ancien chef de la diplomatie ivoirienne après sa démission du gouvernement : «Aujourd’hui, te voilà dans l’arène politique, cher Marcel ! Je préfère te prévenir que la calomnie, la méchanceté te frapperont comme je l’ai été et le suis encore ! Mais pour être passé à la trappe avant toi, je ne puis que formuler ici même des vœux sincères de réussite. Il te faudra du courage, je sais que tu en as. Il te faudra de la résilience, je n’en doute point !».

Une candidature non crédible selon Major

«Ce qui fait que la candidature d’un monsieur comme Amon Tanoh n’est pas crédible, c’est qu’il est mal placé pour critiquer le bilan du RHDP dont il est entièrement solidaire et comptable.  Si tu n’as pas osé critiquer pour que ça change, au moment où tu étais dedans, si tu estimes que c’est mauvais, c’est que tu es entièrement complice du mal fait au peuple, dont tu espères te servir contre tes adversaires qui sont en réalité tes partenaires et complices d’hier.  Dès lors tu es disqualifié, pour te positionner comme une alternative.  Un homme qui n’a pas eu le courage de critiquer au moment où il avait les mains et la bouche huileuses, n’est pas mieux que celui qu’il critique en disant que ce dernier est en train de manger ou qu’il a mangé.», révèle Doumbia Major.

Vous pouvez aussi aimer