in

Le Tio : langue parlée au Gabon

Le Gabon est un pays d’Afrique centrale d’une superficie de 267.667 Km² sur laquelle vit une population évaluée à 1.725.290 habitants.

Langue Tio du Gabon

Cette petite démographique est l’héritage d’une cinquantaine de langues nationales parmi lesquelles le Tio aussi appelée Téké.
Le Tio est un dialecte numériquement minoritaire au Gabon, mais hautement influente grâce à son histoire et à sa place dans l’univers politique et social. Il ne nous reste plus qu’à voir de plus près les origines de cette langue et ses caractéristiques distinctives.

Des origines et de l’importance de la langue Tio

En fait de minorité, la langue Fang l’est en effet car dans les années 2000 l’on ne comptait que 54.000 locuteurs de celle-ci sur toute l’étendue du territoire nationale. Ce chiffre ne représente que 3,12% de la démographie totale du Gabon. Cependant le Tiko ou si vous voulez le Téké occupe une place de choix dans l’univers linguistique de ce pays car il jouit d’une influence certaine. En effet, le Tio est la langue maternelle de la dynastie Bongo, père et fils, qui règne sur le pays depuis la fin du règne du premier Président Léon Mba. Le peuple Tio, qui pratique cette langue, est établi dans le Haut-Ogooué, province qui attira l’attention de la communauté internationale lors des élections présidentielles de l’année dernière. Le Tio est aussi pratiqué en République du Congo et en République démocratique du Congo où son importance est plus grande. Selon un mythe répandu parmi les Tio, ceux-ci seraient des descendants des Nguunu comme le seraient la plus part des populations du sud Congo. Au XVe siècle ils sont l’un des tout premiers peuples à commercer avec les portugais grâce aux importants gisements de cuivre qu’on trouve sur leur terre. Chassés par d’autres peuples, ils investissent l’actuelle région du Congo où on les trouve et fondent leur propre royaume Tio. Entre le XVIe et le XVIIe siècle ils auraient ardemment participé au commerce triangulaire et collaboré avec l’empire colonial avec lequel ils obtiennent un traité de protectorat.

Expressions et manifestations de la langue

A partir de cette écriture simplifiée et crée ex nihilo l’on peut écrire la plus part des mots ou plus justement sons d’origine Tio dont voici certains :
Bonjour : Ambulu
Une femme : O’kâri
Un homme : O’balaghà
Demain : Mbari
Manger : Ka dja
Demain : Okirí
Chanter : Ka yuma
Natte : Kakala
L’argent : Adollô
1 : Mô
5 : Tâni
10 : Kumi

Etudes linguistiques du Fang

Le Téké ou Tio est une langue bantoue apparentée aux langues comme l’Ibali, le Kongo, le Yaka ou le Suku. Le Tio compte une douzaine de sous dialectes qui sont autant de tribus qui constitue le groupe. Ce groupe linguistique n’aurait pas eu d’alphabet propre car aucun de ses idiomes n’a jamais été écrit. Les Colons, pour écrire en langue Tio, auraient recouru à leur propre univers linguistique. C’est ainsi que les missions Américains qui ont côtoyé les Tios au XIXe siècle ont dû employer l’alphabet anglais et leurs confrères français venus quelques années après ont logiquement utilisé l’alphabet français pour transcrire le Tio. Cependant ceux-ci auraient inventé des phonèmes pour mieux exprimer les sons typiquement africains. De ce fait une certaine écriture de la langue Tio a pu être dégagée et utilisée par tous ses locuteurs.

La langue Tikar au cœur du territoire camerounais

La langue Bambara où l’identité malienne