Accueil Défense Arme nucléaire : Erdogan veut une interdiction pour tous

Arme nucléaire : Erdogan veut une interdiction pour tous

Développement de l’arme nucléaire – Officiellement, neuf pays de la planète sont dotés de cette technologie de destruction massive, si l’on ne prend pas en compte les pays qui hébergent des têtes nucléaires. Pour Recep Tayyip Erdogan, cette injustice doit prendre fin. A l’occasion de son discours à la 74e assemblée des Nations Unies, le président turc a vivement dénoncé cette impossibilité pour certains pays de se doter de cette technologie. Pour le dirigeant turc, cette technologie doit être accessible à tous les Etats du monde, où soit interdite à tous. La Turquie a signé depuis près de quatre décennies le traité de non-prolifération des armes nucléaires.

A l’occasion de la 74e Assemblée des Nations Unies à New-York, Recep Tayyip Erdogan a tenu un discours ferme sur la question des armes nucléaires. Depuis quelques années, son pays cherche à se procureur cette ultime technologie militaire, mais les pressions de la communauté internationale empêchent la Turquie d’atteindre cet objectif. Si l’on ne compte pas les pays hébergeant les têtes nucléaires, à ce jour ce sont neuf pays au monde qui possèdent cette technologie. Et parmi les pays dotés de cette arme, Israël, un pays avec lequel Ankara entretient des relations plutôt tendues, en raison de la crise palestinienne. Pour le dirigeant turc, il n’y aurait aucune raison que l’Etat juif soit doté de cette technologie, alors que son pays en est privé. Lors de son allocution à l’Assemblée des Nations Unies, le président turc a donc souhaité que l’arme nucléaire soit accessible à tous, ou interdite à tous les pays, y compris les USA qui détiennent environ 7000 ogives.

Le nucléaire était au cœur de l’allocution tenue par Recep Tayyip Erdogan lors de la 74e assemblée des Nations Unies à New-York. Malgré son statut de puissance militaire sous-régionale, la Turquie reste privée de cette technologie, alors que son voisin israélien est équipé de l’arme nucléaire. Dans son discours, le dirigeant turc a souhaité une prolifération de cette technologie à tous : «Aujourd’hui, nous faisons face à un problème d’injustice. Ceux qui possèdent l’arme nucléaire l’utilisent comme moyen de pression, menaçant ceux qui ne l’ont pas. Il faut soit l’interdire à tout le monde, soit la rendre accessible à tout le monde». De source officiels, seulement neuf pays possèdent l’arme nucléaire au monde à ce jour, si le calcul ne tient pas compte des pays qui hébergent des têtes nucléaires. Au cours d’un déplacement dans à Sivas dans l’Est du pays, le président turc dénonçait cette injustice qui permettait à certains pays d’acquérir cette technologie, et d’autres pas : «Certains pays possèdent des missiles avec des têtes nucléaires, mais je ne devrais pas en avoir. Je n’accepte pas cela…Israël se trouve tout près de nous. Est-ce qu’il possède une arme nucléaire? Oui. Et il menace de l’employer». Après avoir signé en 1980 le traité de non-prolifération de l’arme nucléaire, la Turquie envisage sous Erdogan de se doter de cette technologie nucléaire, un projet qui suscite déjà diverses réactions en France.

> Lire aussi  Poutine lance le sous-marin militaire « Belgorod »

Nucléaire pour tous, les vérités d’un député français

«L’ensemble des pays se sont mis d’accord à un moment pour limiter la prolifération des armes nucléaires et essayer de faire en sorte qu’il n’y ait pas d’autres pays qui aient l’arme nucléaire. Chaque pays qui a l’arme nucléaire en plus, c’est toujours un risque en plus…On ne peut pas à la fois bloquer l’Iran et autoriser la Turquie, et comme chacun le sait, qui ne sont pas les meilleurs amis au monde. Dans cette région qui est quand même déjà très sensible, je pense que la course aux armements est un danger pour tout le monde.», a confié l’eurodéputé français Thierry Mariani. L’Iran qui développe un programme nucléaire depuis quelques années, est soupçonné de vouloir l’enrichir à des fins militaires par Israël, des affirmations qui ont valu au pays plusieurs sanctions économiques. Malgré la réduction du nombre d’armes nucléaires au monde, certains pays possèdent toujours un nombre important d’ogives, en l’occurrence les Etats-Unis et la Russie.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.