Fin du franc Cfa : un journaliste attribue le mérite à Ouattara

Remplacement du Franc Cfa – La zone UEMOA a décidé de tourner le dos à la zone monétaire franc créée il y’a plus d’une soixantaine d’années. En France, l’adoption du projet de loi marquant la fin de la monnaie coloniale est un pas historique dans ce processus de transition monétaire vers l’ECO. En décembre dernier, le président Emmanuel Macron, lors d’un déplacement en Côte d’Ivoire, annonçait la fin des réserves de change au Trésor français.

La France vient d’acter la fin du franc Cfa par l’adoption d’un projet de loi à l’Assemblée cette semaine. Annoncé depuis belle lurette, la monnaie coloniale devrait être retirée de la circulation au niveau de l’Afrique d’ici quelques mois, si l’on se fie à l’annonce du président Ouattara qui déclarait que l’ECO serait mis en circulation probablement cette année. Le journaliste Said Penda a récemment vanté les efforts louables accomplis par le président ivoirien pour avoir réussi là où tant d’autres ont échoué avant lui. L’homme de médias attribue même le mérite de la mort du franc Cfa à l’actuel président ivoirien. Pourtant, il y’a un peu plus d’un an, lors d’une visite d’Etat en France, le dirigeant ivoirien vantait les mérites du Franc Cfa, arguant que c’était une bonne monnaie. Si l’Afrique de l’ouest a décidé de tourner le dos au Cfa, on ne peut en dire autant de l’Afrique centrale pour l’instant. Le passage à la nouvelle monnaie ECO ne concerne pour l’heure que les huit états membres de la zone UEMOA.

En février 2019, au cours d’une visite d’Etat en France, Ouattara Alassane déclarait au sujet du franc Cfa : «Je voulais vous dire une chose, le FCFA est une monnaie solide gérée par la BCEAO et uniquement par les Africains. C’est une monnaie qui est en circulation non seulement dans les 8 Etats membres de l’UEMOA mais dans toute l’Afrique de l’Ouest y compris la Mauritanie, le Ghana, le Nigeria, la Sierra Leone, le Liberia, la Gambie… qui sont des Etats non membres de l’UEMOA. Dans tous ces pays, les populations acceptent et utilisent le franc CFA. Si cette monnaie était autant décriée pourquoi voulez-vous que des pays qui ne sont pas membres du franc CFA que populations iraient chercher des francs CFA ?». Après avoir vanté les mérites de la devise monétaire, le président ivoirien annonçait pourtant en décembre dernier la mise en circulation d’une nouvelle devise dans la zone UEMOA. L’ECO devrait remplacer progressivement le franc Cfa dans la zone monétaire ouest africaine. Il y’a quelques jours, la France adoptait un projet de loi annonçant la fin du franc Cfa, une décision historique qui était attendue depuis des années. Pour le journaliste Said Penda, cette victoire est la consécration d’une longue lutte que le président Ouattara a démarré depuis 2011.

L’émergence de l’ECO

«Tout commence dès qu’Alassane Ouattara arrive au pouvoir en 2011. Conscient de ce que ce sont les Africains eux-mêmes qui signeront l’acte de décès du cfa et contrairement à ceux qui s’égosillaient à demander à la France de libérer monétairement ses anciennes possessions coloniales, il choisit la stratégie du camouflage. Tout en continuant à faire diversion en vantant les mérites du cfa, il engage les Etats de la CEDEAO (pays cfa + les autres) dans la création d’une nouvelle monnaie commune qui signerait de facto la mort du cfa… Une fois cette étape franchie, il fait insidieusement adopter par un sommet de la CEDEAO trois décisions fondamentales qui marquent un tournant irréversible: l’annonce du nom de la monnaie (Eco), l’échéance de sa création effective (2020) et, plus important encore, la déclaration des chefs d’Etats indiquant que ceux des pays qui remplissent les critères de convergence économiques et monétaires peuvent passer à la nouvelle monnaie dès 2020…L’Afrique de l’Ouest, sans tambour ni trompette, s’est donc définitivement débarrassée d’un des derniers vestiges coloniaux de la France, sous la houlette du très stratège Ouattara», révèle le journaliste camerounais.

Vous pouvez aussi aimer