in

Côte d’Ivoire : la CIE engage une lutte contre les fraudeurs d’électricité

Focus sur le marché de la distribution anarchique d’électricité en Côte d’Ivoire, une fraude qui représentait un manque à gagner de 30 milliards FCFA pour la CIE l’an passé.

La quiétude des fraudeurs d’électricité est perturbée depuis quelques jours, voire même des mois suite à des contrôles massifs de la CEI. La compagnie ivoirienne d’électricité, épaulée par la gendarmerie et souvent la police, a mis la main dans ce fait divers sur plusieurs distributeurs clandestins de courant. Mais le combat est loin d’être gagné par la société de distribution de courant.

Face à la fraude à l’électricité en Côte d’Ivoire, la CIE a décidé de recourir aux gros moyens. Avec l’appui de la police, la compagnie ivoirienne d’électricité parcours de jour comme de nuit les rues de la capitale Abidjan à la recherche de fraudeurs d’électricité, des individus qui fournissent illégalement du courant à certains ménages moyennant une rémunération mensuelle comprise entre 2000 francs et 5000 francs CFA. Si ces distributeurs de courants ont toujours prospéré dans l’illégalité sans être inquiétés, ils sont désormais depuis quelques mois dans le collimateur de la compagnie ivoirienne d’électricité, la CIE. Pour démanteler ces réseaux de distribution anarchique de courant dans la capitale ivoirienne, la société distributrice de courant a accentué ses fréquences de contrôle. Plutôt que de passer une ou deux fois dans la semaine, les employés de la compagnie ivoirienne d’électricité effectuent régulièrement des rondes dans les quartiers d’Abidjan où prospèrent ces réseaux de distribution anarchique d’électricité. La CIE a ainsi mis la main sur plusieurs distributeurs anarchiques de courant dans la capitale ivoirienne, mais ces arrestations ne constituent qu’une goutte d’eau dans la vase, tant les trafiquants ne manquent pas d’ingéniosité pour détourner l’attention des agents de la CIE pendant les contrôles de routine. Bénéficiant souvent d’une complicité interne, ces fraudeurs de courant échappaient souvent aux mailles des filets de la CIE grâce à leurs complices qui les prévenaient en cas de contrôle. Mais la compagnie ivoirienne d’électricité opte désormais pour une autre méthode, celle des contrôles effectués durant la nuit aux heures tardives, évitant ainsi d’éveiller les soupçons de ces fraudeurs. Mais la lutte est loin d’être gagnée même si à ce jour de nombreux revendeurs clandestins de courant croupissent derrière les barreaux.

A quand la fin de la fraude à l’électricité ?

C’est sans doute la question qui vaut un million car malgré les contrôles accentués, le chemin semble encore long pour gagner la lutte contre les fraudeurs d’électricité en Côte d’Ivoire. Pour inciter la population à se désolidariser de cette pratique illégale, la CIE a initié l’année dernière un programme de distribution de compteurs à cartes, moins couteux que les compteurs ordinaires qui sont souvent hors de prix pour la classe moyenne. Mais ces nouveaux compteurs dans certains quartiers d’Abidjan se font encore attendre, au grand mécontentement des populations qui ont pourtant souscrit au contrat d’abonnement proposé par la CIE. Certains utilisateurs d’électricité sont aussi encore réticents à l’usage de ces nouveaux compteurs rechargeables, autant de raisons qui laissent penser que la lutte contre la fraude à l’électricité ne fait que commencer, car certains habitants préfèrent de loin l’électricité fournie anarchiquement que le courant de la CIE.

Afrique du Sud : le président Zuma demande au procureur d’arrêter les poursuites

RDC : le parti de Joseph Kabila candidat à la présidentielle de 2018