in

Affaire Lelandais : encore combien d’homicides sur toute la France ?

Déjà épinglé pour les meurtres de Maëlys et du caporal Arthur Noyer, Nordahl Lelandais est aussi soupçonné dans plus d’une dizaine d’affaires de disparitions irrésolues.

Homicides Affaire Lelandais

A quand la fin du chapitre Nordahl Lelandais ? Les enquêteurs qui travaillent sur le dossier ne sauraient à cette heure donner une réponse à cette question, car la liste des affaires dans lesquelles Nordahl pourrait être impliqué ne cesse de se rallonger au fil des jours qui passent. Si les gendarmes ont déjà réussi à l’inculper pour deux meurtres, l’ancien militaire de 35 ans est aujourd’hui soupçonné dans plus d’une dizaine d’affaires de disparitions. Pour accélérer les procédures de recherche et fournir des réponses aux familles de personnes disparues, une cellule spéciale dénommée Ariane a été mise en place, dans le but de retracer le parcours de l’ex maître-chien et procéder à des recoupements avec les affaires en cours.

 

Nordahl Lelandais, tueur en série pour certains, écrit sans peut-être le vouloir une nouvelle page de la criminologie française. Né le 18 février 1983 dans la commune de Boulogne-Billancourt, cet ancien militaire de 35 ans a déjà été inculpé pour deux meurtres. Le 14 février dernier, après la découverte de traces de sang dans son véhicule, Nordahl Lelandais avoue le meurtre de Maëlys de Araujo, une fillette âgée de 9 ans disparue en août 2017 au cours d’une soirée de mariage. L’ancien militaire de 35 ans est également passé aux aveux dans l’affaire du caporal Arthur Noyer qui remonte à quelques mois avant la disparition de la fillette de 9 ans. Le caporal Arthur Noyer qui appartenait au 13e bataillon de chasseurs alpins de la commune de Chambéry, avait lui disparu dans la nuit du 11 au 12 avril aux alentours d’une discothèque. Si à l’époque rien ne permettait de lier Nordahl Lelandais à ce meurtre, avec la disparition de la fillette de neuf ans, l’ancien militaire s’est très vite retrouvé dans le collimateur de la justice. Après plusieurs mois d’enquêtes et de révélations, l’ancien militaire qui clamait haut et fort son innocence, a fini par reconnaître qu’il était l’auteur de ces deux meurtres, évoquant au passage deux morts accidentelles. Si chronologiquement l’affaire Maëlys a été la première énigme résolue par les enquêteurs, officiellement le premier meurtre imputable à l’ancien militaire de 35 ans est celui du caporal Arthur Noyer. Mais les enquêteurs ne seraient pas non plus surpris de découvrir que l’assassinat du chasseur alpin de 23 ans n’est pas le premier meurtre commis par l’ex maître-chien de 35 ans. Malgré ses deux aveux, les enquêteurs continuent toujours d’éplucher la liste de l’ancien militaire notamment dans le cadre de plusieurs affaires de disparitions restées irrésolues qui remontent même avant les dossiers de la fillette de neuf ans et du chasseur alpin.

30 novembre 2017, première mise en examen de Lelandais

Nordah Lelandais a été mis en examen pour la toute première fois le 30 novembre dernier dans l’affaire Maëlys. La fillette de neuf ans avait disparue dans la nuit du 27 août 2017 au cours d’une soirée de mariage dans la salle des fêtes de Pont-de-Beauvoisin. Selon les informations révélées par les enquêteurs, l’heure de la disparition de Maëlys remonte aux alentours de 3h. Après plusieurs recherches infructueuses, les parents de la fillette annoncent sa disparition aux invités du mariage vers 3h57. Malgré la mobilisation des 200 convives ayant fait le déplacement pour assister au mariage, les recherches ne donneront rien. La gendarmerie sera saisie plus tard par les parents de la fillette pour une enquête dont les premières pistes conduiront vers Nordahl Lelandais. L’ancien militaire de 35 ans nie toute implication dans cette disparition alors que les caméras de surveillance de la salle des fêtes révèlent qu’il avait effectué plusieurs des allers-retours à bord de sa voiture. Mais l’ancien militaire se défend en affirmant que ces déplacements répondaient à un souci de livrer certains clients qui réclamaient de la drogue. En scrutant les caméras vidéos surveillance, les enquêteurs découvrent qu’une fine silhouette tenait compagnie à l’ancien militaire à bord de son véhicule au cours de l’un de ses nombreux déplacements. La mère de la fillette disparue identifie la silhouette comme Maëlys, mais l’ancien militaire maintient toujours sa ligne de défense. Le 30 novembre 2017, Nordahl est mis en examen dans l’enlèvement de la fillette de neuf ans après la découverte de traces d’ADN de Maëlys dans sa voiture.

20 décembre, seconde mise en examen de Nordahl

Parallèlement à l’affaire Maëlys certains indices révèlent aux enquêteurs une possible implication de Lelandais dans la disparition du caporal Arthur Noyer. Le chasseur alpin de 23 ans n’avait plus donné signe de vie depuis la nuit du 11 au 12 avril 2017 à la sortie d’une boîte de nuit à Chambéry. Les enquêteurs découvrent qu’au cours de la nuit de disparition du caporal, les téléphones de Nordahl et du chasseur alpin bornent au même endroit, ce qui est loin d’être une coïncidence. Dans l’analyse du bornage téléphonique, les enquêteurs s’aperçoivent également que l’ancien militaire relie une distance de 6km entre 3h01 et 3h06, ce qui laisse supposer un moyen de déplacement rapide. Au mois de septembre, un randonneur découvre les restes d’un crâne à 16 km de Chambéry, un crâne qui sera identifié comme celui du caporal Arthur Noyer le 18 décembre 2017. Deux plus tard, à savoir le 20 décembre 2017, l’ancien militaire de 35 ans est mis en examen dans l’affaire du caporal Arthur Noyer, environ un mois après sa mise en examen dans l’enquête sur la disparition de Maëlys.

14 février 2018, les premiers aveux du suspect

Accablé par les preuves matérielles, Nordahl Lelandais passera aux aveux pour la toute première fois le 14 février 2018. Trahi par les caméras de surveillance, par la découverte de traces d’ADN de la fillette dans sa voiture, l’ancien militaire sera forcé d’avouer le meurtre de Maëlys après la découverte de traces de sang appartenant à la fillette de neuf ans dans le coffre de sa voiture, une Audi A3. Après avoir été entendu par les juges suite à la découverte de cette nouvelle preuve matérielle, l’ancien militaire de 35 ans conduit les enquêteurs sur le lieu où il se serait débarrassé du corps de la fillette. Après quelques fouilles, les restes de Maëlys sont découverts dans un massif. S’il a avoué le meurtre de la fillette de neuf ans le 14 février, Nordahl Lelandais a en revanche refusé de donner de plus amples détails sur les circonstances du meurtre. Mais 48h après ses premières confessions, l’ancien militaire de 35 ans est admis dans le centre psychiatrique du Vinatier pour des problèmes de dépressions. Le 19 mars 2018, l’ancien militaire de 35 ans est extrait de sa cellule de l’hôpital du Vinatier pour s’expliquer sur les circonstances de la mort de la fillette. Mais ce n’est que le 6 avril que le Parquet dévoilera le contenu des explications fournies par Nordahl. Dans ses explications, l’ancien militaire de 35 ans fait savoir aux juges d’instruction que la mort de Maëlys était due à un accident. Après avoir convaincu la fillette de monter à bord de son véhicule, Lelandais propose à la fillette de l’emmener voir ses chiens. Mais une fois à bord du véhicule, la fillette manifeste son désir de revenir rejoindre ses parents par des pleurs. Pour la calmer, Nordahl explique avoir donné une gifle à Maëlys, une violente gifle qui d’après ses explications serait à l’origine de la mort de la fillette.

29 mars 2018, Lelandais avoue le meurtre du caporal Noyer

Dans la foulée des révélations de l’ancien militaire sur la mort de la fillette, les parents du caporal Arthur Noyer, pressent à travers les médias Nordahl Lelandais de dire ce qu’il sait sur la disparition de leur fils. Mis en examen en décembre 2017 dans cette affaire, l’ancien militaire avait également clamé son innocence haut et fort, jusqu’à ce que des preuves matérielles irréfutables viennent établir sa culpabilité. Alors qu’il niait avoir croisé la route du chasseur alpin de 23 ans, le bornage téléphonique révèle que les téléphones de la victime et du suspect présumé ont borné au même endroit. Au mois d’août, les enquêteurs effectuent des perquisitions au domicile du suspect. L’ordinateur de Lelandais saisi par les enquêteurs révèle des indices encore plus troublants. Les gendarmes s’aperçoivent que l’ancien militaire de 35 ans avait effectué des recherches sur la manière de faire disparaître un corps. Coincé par les bornages téléphoniques, Nordahl avoue pour la toute première fois avoir pris en stop le chasseur alpin mais nie en revanche toute implication dans sa mort. Ce n’est que le 29 mars que l’ancien militaire de 35 ans passera aux aveux concernant la disparition du caporal Arthur Noyer. Comme dans cas dans l’affaire Maëlys, l’ancien maître-chien évoque une mort accidentelle. Dans les explications fournies le 06 avril 2018 aux juges d’instruction, Lelandais affirme que le caporal aurait été tué au cours d’une bagarre qu’ils auraient eu tous les deux, une bagarre durant laquelle le chasseur alpin fera une chute accidentelle qui entraînera aussitôt sa mort, du moins selon les explications fournies par le suspect. Malgré ces deux affaires résolues, l’ancien militaire de 35 ans reste toujours dans le collimateur de la justice française. Nordahl Lelandais est actuellement soupçonné dans plus d’une dizaine d’affaires de disparitions rouvertes par la justice.

Dossiers en attente: encore des morts dans le placard ?

900 DOSSIERS RÉ-EXAMINÉS: Pour les parents des disparus du Fort de Tamié, la piste Lelandais devrait être examinée sur plusieurs disparitions de plus près suspecté d’homicides eu égard des derniers rebondissements des affaires Maëlys et Arthur Noyer. Jean-Christophe Morin, âgée de 23 ans, avait disparu après qu’il se soit rendu dans le festival de musique électronique de Tamié. Depuis le signalement de sa disparition, aucune trace de lui mis à part son sac à dos qui a trouvé après quelques recherches. Ahmed Hamadou, âgé lui de 45 ans, avait disparu en se rendant au même festival que Jean-Christophe Morin, mais une année sépare les deux disparitions. Pour les parents d’Ahmed Hamadou, l’ancien militaire aurait très bien pu croiser le chemin du disparu, étant donné que ce dernier faisait régulièrement les stops. Récemment, des vidéos du festival de musique électronique de Tamié ont présenté une silhouette identique à celle de l’ancien militaire de 35 ans. Pour passer des coïncidences aux faits, un appel a été lancé à toute personne détenant encore des vidéos du festival confirmer ou infirmer cette thèse selon laquelle Lelandais était présent au festival. La justice examine également de près la piste du meurtrier de Maëlys dans la disparition d’Adrien Fiorello et plus de de neuf cent dossiers sont réouvert afin d’êtres examinés, un étudiant qui n’a plus donné signe de vie depuis le 06 octobre 2010. Alors qu’il était censé se rendre au cours, le téléphone d’Adrien Fiorello a borné pour la toute dernière fois dans la commune de Chambéry aux alentours de 17h37. A cette époque, Nordahl Lelandais se trouvait encore à Chambéry, raison pour laquelle les parents de l’étudiant disparu il y’a plus de 8 ans n’écartent pas la piste de l’ancien militaire de 35 ans. Lucie Roux, qui a mystérieusement disparu depuis 2012, pourrait elle aussi avoir croisé la route du meurtrier de la fillette de neuf et du caporal Arthur Noyer. Selon une information fournie par Le Dauphiné Libéré, une connaissance d’une ancienne patiente qui était internée à l’hôpital de Bassens, a révélé que la disparue Lucie Roux avait à plusieurs reprises, pris un petit déjeuner avec Nordahl Lelandais. Cette ancienne patiente serait même disposée à faire part de son témoignage à la justice pour faire avancer l’enquête sur cette disparition.

Dix buteurs Français

Dix meilleurs buteurs français de la coupe du monde

Calendrier équipe de France par match

Calendrier des Matchs de la coupe du monde pour l’équipe de France