Accueil Faits Divers Affaire Lelandais : le témoignage clé d’une experte psychiatrique

Affaire Lelandais : le témoignage clé d’une experte psychiatrique

Affaire Lelandais : le témoignage clé d’une experte psychiatrique

Portrait de Nordahl Lelandais – On en sait désormais un peu plus sur le portrait psychologique de l’homme accusé du meurtre de la petite Maëlys et du caporal Arthur Noyer, et cela grâce à un rapport psychiatrique de 73 pages. La presse écrite a réussi à se procurer quelques extraits de ce rapport qui en dit long sur la personnalité de l’ancien militaire de 35 ans. Et le moins que l’on puisse, c’est que l’expertise médicale ne plaide guère en faveur de l’ex maître-chien.

Nordahl Lelandais serait-il un manipulateur qui tenterait de masquer ses crimes avec ses supposés troubles de personnalités ? Au bout de 2h heures d’entretien avec le mis en examen dans les meurtres de Maëlys et du caporal Arthur Noyer, l’experte psychiatrique a produit un édifiant document de 73 pages sur la personnalité de l’ancien militaire de 35 ans. S’il a reconnu son implication dans les deux meurtres, l’ex militaire reste toujours attaché à l’hypothèse de la mort accidentelle, dans ces disparitions. Si la majorité des preuves sont déjà contre lui, le rapport psychiatrique qui vient d’être dévoilé risque encore d’enfoncer sa défense qui chercher à lui éviter une réclusion à perpétuité, puisque les parents de la fillette de neuf ans tuée il y’a deux ans ont demandé par la voie de leur conseil, une requalification des charges contre Lelandais, allant de l’homicide au viol sur mineur précédé d’assassinat.

Deux ans après l’affaire Lelandais, nombres de personnes cherchent encore à cerner la véritable personnalité de l’ancien militaire de 35 ans. Renvoyé de l’armée pour indiscipline, l’ex maitre-chien était par moment présenté comme un tueur en série. Au cours de son échange avec l’experte psychiatrique, échange qui a duré deux heures, Nordahl Lelandais aurait confié, au sujet du meurtre de la fillette de neuf ans : «c’était pas moi le conducteur! J’étais zombie! Comme si c’était une entité qui s’emparait de moi. Comme dans un jeu vidéo…c’est un monstre qui l’a tuée! C’est pas une personne. J’ai paniqué comme si j’étais envoûté d’un démon, d’un diable. J’ai eu l’impression que Maëlys voulait m’agresser, qu’elle me voulait du mal», précise le rapport de 73 pages. Selon l’experte chargée de l’évaluation psychologique de Nordahl, «la notion même de faute lui paraît incompréhensible». Dans son rapport, l’experte précise que l’ancien militaire «a tenté de maintenir son emprise sur l’examinateur tout comme il a exercé une emprise et un contrôle sur chacune de ses victimes». Plus intéressant encore l’experte révèle que Nordahl Lelandais s’identifierait par moment à ses animaux de compagnie : «La similitude avec le comportement d’un animal qui ramène sa proie morte au domicile de ses maîtres est sidérante». Dans son rapport, l’experte met à la mal la défense de l’ancien militaire, puisqu’elle décèle en lui ‘‘une mythomanie constante’’ et une capacité à manipuler. Cette capacité à pouvoir manipuler les autres expliquerait entre autre comment l’ancien militaire a procédé pour attirer de la fillette de neuf ans sans même attirer l’attention des dizaines d’invités présents à une soirée de mariage.

> Lire aussi  Affaire Maëlys : un nouveau témoignage enfonce Lelandais

Vers une requalification des charges contre Lelandais

Poursuivi pour meurtre dans les affaires Maëlys et Noyer, l’ancien militaire de 35 ans risque gros avec ce nouveau rapport psychiatrique. La justice qui a validé le rapport psychiatrique de 73 pages donne du fil à retordre à la défense de l’ancien militaire. Mais le conseil de Lelandais entend déplacer la bataille sur un autre terrain, après la diffusion dans la presse du rapport psychiatrique : «les conséquences à tirer du fait que certains médias se sont crus autorisés à publier, en totale connaissance de cause, de larges extraits de ce rapport d’expertise, le jour même où la chambre de l’instruction devait se prononcer sur sa validité». De leurs côtés, les parents de la fillette de neuf ans ont demandé une requalification des charges pesant contre l’ex maitre-chien. Si cette demande est validée par la justice, alors l’ancien militaire pourrait être poursuivi pour viol et assassinat, et pourrait encourir de ce fait la perpétuité sans aménagement de sa peine.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.