Accueil Faits Divers Abidjan : deux gendarmes bientôt jugés pour escroquerie

Abidjan : deux gendarmes bientôt jugés pour escroquerie

Tribunal Militaire d’Abidjan – Il y’a quelques semaines, le commissaire du gouvernement, le contre-amiral Ange Kessi, invitait les ivoiriens et toutes personnes victimes d’abus des forces de l’ordre, à saisir immédiatement son instance pour que justice soit faite. Si certains sont encore réticents à cette idée, probablement par peur, d’autres par contre, n’ayant plus d’autres recours, se dirigent vers le Procureur militaire. C’est cette démarche qu’a récemment suivie une dame dont l’anonymat a été préservée pour l’instant par le tribunal militaire.

Le procureur militaire adopte de plus en plus la fermeté à l’égard des hommes en tenus impliqués dans les délits, que ce soit pour le racket ou pour d’autres motifs. Il y’a quelques jours, le Procureur militaire annonçait l’interpellation de certains éléments du CCDO qui, usant de leur position, ont tenté d’intimider un homme âgé avant de soutirer une certaine somme d’argent au frère de ce dernier, contre sa libération. Et dans quelques jours, deux gendarmes risquent de se retrouver devant le contre-amiral Ange Kessi pour escroquerie. Désemparée et lassée par les faux rendez-vous, la victime, une dame, a décidé de saisir le tribunal militaire, pour escroquerie portant sur la somme d’un million de francs Cfa, lors de l’achat d’un véhicule devant servir pour le transport en commun.

La lutte contre l’impunité reste la devise première du contre-amiral Ange Kessi, peu importe le statut du militaire ou de l’agent des forces de l’ordre. Il y’a plus d’une dizaine de jours, le Procureur militaire invitait la population, du moins les réticents, à braver leur peur pour saisir son instance contre toute forme d’abus commise par un élément des forces de l’ordre. C’est visiblement le conseil suivi par une dame complètement désemparée, après avoir été arnaquée de la somme d’un million de francs Cfa lors de l’achat d’un véhicule qui était destiné au domaine du transport en commun à Abidjan : «Dame Ouattara K.C, une opératrice économique croyait pas si mal faire en se confiant à ces deux hommes de loi. Dame OKC voulait diversifier ses activités en se lançant dans le transport. Elle en parle à sa copine O qui pourrait bien l’aider à faire ces démarches. Celle-ci connait des gendarmes qui prétendent être en relation avec une filière de vente de voitures d’occasion. Ainsi, elle établit une relation d’affaire entre sa copine et ces gendarmes qui répondent aux initiales de HNB et ZED, tous deux dans une des brigades du district d’Abidjan. Quelques semaines plus tard, au début du mois d’avril 2019, ces deux gendarmes font savoir qu’ils sont en possession d’un véhicule qui ferait son affaire. Après discussion du prix de vente de ce véhicule, les deux parties tombent d’accord sur le prix d’un million (1,000,000 FCFA). Le 07 avril, elle se rend en compagnie de son amie O. dans cette brigade et remet à HNB et ce en présence de ZED le prix du véhicule (1,000,000 FCFA).», rapporte le tribunal militaire sur sa page officielle. Mais les deux gendarmes manqueront d’honorer leur engagement concernant la remise des pièces du véhicule à l’opératrice économique. Aucune carte grise ni de pièce afférente au véhicule acheté ne sera délivré à la dame qui, après maintes réflexions, réalise enfin qu’elle s’est fait avoir par les deux gendarmes en question.

> Lire aussi  Affaire Alexia Daval: Chronologie d'un petit meurtre en famille ?

Ange Kessi saisi pour l’affaire

«Après milles réflexions, l’idée qu’elle se refusait d’admettre était à prendre au sérieux :elle venait de se faire avoir par ces deux gendarmes. Ainsi, elle décide dans le même mois d’avril de leur retourner le véhicule et récupérer la totalité de son argent. Mais depuis, que de rendez-vous manqués. Essoufflée, elle porte l’affaire au Tribunal Militaire d’Abidjan et le Commissaire du Gouvernement est saisit. Dans les jours qui suivent, le Contre-amiral Ange KESSI entend donner une suite très vigoureuse à la requête de dame OKC.», nous rapporte le tribunal militaire. Pour l’heure, on sait très peu de chose sur les deux gendarmes mis en cause, si ce n’est qu’ils sont en service à Abidjan.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.