Accueil Faits Divers Elève tuée à Dimbokro : deux policiers aux arrêts

Elève tuée à Dimbokro : deux policiers aux arrêts

Meurtre de Kokora Perside – âgée de 14 ans, la jeune élève a perdu la vie le 11 décembre dernier au cours d’une manifestation dans la ville de Dimbokro pour des congés de noël anticipés. Ce n’est pas sans raison si les soupçons se sont tournés vers la police. La jeune élève a trouvé la mort après avoir reçu une balle selon plusieurs témoins, après un coup de feu tiré par des agents des forces de l’ordre.

La mort de Kokora Perside, la jeune élève tuée dans la ville de Dimbokro lors d’une manifestation, ne restera pas impunie. Quelques jours après le drame qui a secoué de nombreux parents d’élèves en Côte d’Ivoire, le commissaire du gouvernement s’est en personne rendu sur les lieux. Pour les nécessités de l’enquête, la dépouille de la jeune élève a été transférée à Abidjan pour une autopsie. L’expertise médicale effectué a bel et bien confirmé que la jeune fille avait trouvé la mort après avoir reçu une balle tirée par la police. Soucieux d’élucider cette affaire, le contre-amiral Ange Kessi a mis la main sur deux policiers dont l’un serait à l’origine du tir mortel qui a ôté la vie à Kokora Perside. Les parents de la victime pourront enfin faire leur deuil puisque le corps de la jeune élève sera remis aux parents pour les obsèques prévues le 2 janvier 2020.

La mort de Kokora Perside, une jeune élève tuée par balle lors d’une manifestation dans la ville de Dimbokro, avait fait réagir de nombreuses personnalités politiques. Depuis la Haye, Charles Blé Goudé avait fait part de son indignation, appelant la justice à sévir contre les auteurs de cette tragédie : «Perside Kokora 15 ans, Elève au Lycée Moderne de Dimbokro est morte, tuée par balles réelles. Avant elle, plusieurs autres élèves ont été froidement assassinés. Ce dont je parle ne relève pas de faits divers, il s’agit de nos enfants. Perside Kokora pouvait être ma fille, ta fille, ton fils… c’est pourquoi, tu dois donner de la voix pour que les enquêtes diligentées puissent situer clairement les responsabilités et désigner les auteurs des meurtres de nos enfants, de nos élèves. Les auteurs de ces crimes doivent subir la rigueur de la loi.  Non et Non à l’assassinat de nos enfants, non à l’assassinat de notre jeunesse.», expliquait le président du Cojep. L’enquête ouverte par le Procureur militaire mi-décembre a fini par porter ses fruits. Pour l’heure, on ne sait pas exactement qui est le meurtrier de la jeune élève, ce qui ne saurait tarder d’ailleurs. Toutefois, deux policiers ont été mis aux arrêts dans le cadre de l’enquête sur ce meurtre : «Le mercredi 11 décembre 2019, des élèves à Dimbokro manifestaient pour anticiper les congés de Noël. Un drame s’est produit. La jeune KOKORA Tanoh Kanga Perside, 14 ans, de la seconde C, qui sortait de sa salle de classe pour fuir les gaz lacrymogènes et se réfugier, a été fauchée par une balle…Après avoir requis l’autopsie du corps et entendu une centaine de témoins en majorité des élèves, l’enquête a abouti à l’arrestation de deux policiers, les sergents M.O Jean et K.S Kouakou en service à la section de la police criminelle du commissariat de Dimbokro. Ces deux policiers qui opéraient en civil ce jour-là ont été les seuls à avoir tiré. Selon l’autopsie, une seule balle a atteint mortellement l’élève, ce qui suppose qu’un seul policier parmi les deux a tiré.», lisons-nous dans une note du tribunal militaire.

> Lire aussi  Affaire Maëlys : un nouveau témoignage enfonce Lelandais

Le meurtrier encourt 20 ans de prison

«Le juge d’instruction militaire qui prendra le relai des enquêteurs disposant davantage de moyens juridiques sera en mesure de déterminer avec précision lequel des deux policiers a effectivement tiré la balle meurtrière. Le policier, s’il est reconnu coupable, encourt 20 ans de prison. Quant au corps de la victime, le Commissaire du Gouvernement a requis à Ivosep qu’il soit remis à sa famille pour inhumation le vendredi 02 janvier 2020.», rapporte le tribunal militaire dans un communiqué.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.