Cybercriminalité : un internaute arrêté pour diffamation d’une personnalité politique

Lutte contre la diffamation – La plateforme de lutte contre la cybercriminalité ne ménage aucun effort dans la lutte contre la diffamation et l’incitation à la haine sur les réseaux sociaux. Après l’interpellation du cyberactiviste Serge Koffi Le Drone, la Plcc vient d’annoncer l’interpellation d’un internaute qui passait son temps à diffamer le vainqueur d’une élection sur les réseaux sociaux.

Nouveau coup de filet de la Plcc après l’interpellation du drone Serge Koffi, un cyberactiviste proche de l’ancienne mouvance présidentielle. Il y’a quelques jours la police confirmait dans un communiqué officiel l’arrestation d’un cyberactiviste bien connu sur la toile, sans toutefois manquer d’interpeller les internautes ivoiriens sur la nécessité de faire un bon usage des réseaux sociaux. Un internaute ivoirien apprendra malheureusement à ses dépens que les injures sur la toile sont sanctionnés avec la plus grande rigueur dans la nouvelle loi sur la cybercriminalité en Côte d’Ivoire. Un maire brillamment élu lors des élections locales faisait l’objet de dénigrements sur les réseaux sociaux, et cela de manière constante. Un internaute, ayant à l’évidence difficilement accepté la défaite de son candidat aux élections, s’est lancé dans une opération de dénigrement du maire légalement élu. Lassé par les nombreuses campagnes de dénigrement, le maire saisira les instances compétences. Après enquête la Plcc finira par mettre la main sur l’individu à l’origine de cette campagne dont l’unique but était de ternir son image sur la toile.

La plateforme de lutte contre la cybercriminalité ne ménage aucun effort pour mettre hors d’état de nuire les individus se rendant coupable de diffamation sur les réseaux sociaux. Si Facebook et WhatsApp sont des canaux de communication constamment utilisés par les ivoiriens, il faut malheureusement constater que certains font toujours un mauvais usage des outils de communication. Il y’a environ une dizaine de jours, la Plcc annonçait l’interpellation d’un cyberactiviste pro-Gbagbo. Le dénommé Serge Koffi Le drone a été interpellé suite à des propos incitant à la révolte dans la commune de Yopougon au mois d’avril. Alirs que l’Etat s’apprêtait à construire des centres de dépistage pour les personnes atteintes du Covid-19, le cyberactiviste appelait les jeunes de Yopougon a envahir ledit site pour s’opposer à la construction de ses centres de dépistage. Peu de temps après l’interpellation de Serge Koffi, la Plcc annonce l’interpellation d’un internaute reconnu coupable de diffamation sur la toile : «Si certaines personnes considèrent les réseaux sociaux comme une plateforme utile pour lancer une activité, promouvoir un mouvement ou faire bouger les lignes entre autres, d’autres s’en servent pour commettre des infractions et nuire à autrui. Encore une fois les réseaux sociaux ont été témoin de diffamation.  TBH est un leader de jeunesse, il fait constamment la promotion de son parti politique sur internet dans le but de drainer plus d’adhérents. Les élections municiplaes approchent, et TBH compte être utile à l’élection de son candidat dans la commune dans laquelle il milite. De part et d’autre chaque parti montre ce qu’il considère comme des faiblesses du candidat en face à travers différentes sorties sur Internet. Les élections se déroulent et les confusions créées lors de la proclamation des résultats imposent leurs reprise. Tout le monde a encore ses chances jusqu’aux resultats définitifs. Ceux-ci déclarent le candidat opposé à celui de TBH vainqueur. Le nouveau maire prend fonction et alors qu’il doit se concentrer sur l’administration de sa commune, il est confronté à une campagne de dénigrement sur Facebook.», explique la plateforme de lutte contre la cybercriminalité.

Jugé pour diffamation

«Les investigations menées par le Laboratoire de Criminalistique Numérique (LCN) permettent d’interpeller l’individu derrière le pofil TBH. Ce dernier est conduit dans les locaux de la PLCC pour une audition au cours de laquelle il declare être l’auteur des publications accusatrices et mensongères sur le maire. Il ajoute qu’il l’a fait pour répondre à un profil avatar qui opposait les deux candidats aux récentes élections municipales.  TBH a finalement été conduit devant le Parquet où il pourrait être poursuivi pour diffamation et injures sur Internet.», explique la Plcc.

Vous pouvez aussi aimer