Affaire Serge Koffi-Etienne N’Ponon : la plateforme de Bédié soutient EDS

Interpellation de Serge Koffi – Agé de 36 ans, le cybercativiste ivoirien a été interpellé par les forces de police début mai dans la commune de Yopougon. Le Procureur de la République a livré quelques détails sur les circonstances de l’interpellation du cyberactiviste proche de l’ancien président Laurent Gbagbo. Dans son communiqué, le Procureur Adou Richard a précisé qu’un présumé complice de Serge Koffi, répondant au nom d’Etienne N’Ponon, avait été aussi mis aux arrêts. Dans son communiqué relatif à ces deux arrestations, la plateforme de Bédié a appelé à la libération des détenus.

L’affaire Serge Koffi prend de plus en plus une dimension politique en Côte d’Ivoire. L’interpellation du cyberactiviste ivoirien début mai a suscité diverses réactions sur la scène politique ivoirienne. une délégation de l’aile radicale du front populaire ivoirien s’est rendue au domicile du mis en cause pour apporter assistance à son épouse. Dans le cadre de l’enquête qui suit toujours son cours, le Procureur de la République a annoncé l’interpellation d’un responsable du groupement politique EDS, mouvement qui milite pour la cause de l’ancien président Laurent Gbagbo. Selon le Procureur de la République, Serge Koffi le drone a affirmé au cours de son audition qu’il relayait sur sa page des informations reçues de certaines sources extérieures. Etienne N’Ponon, secrétaire général du mouvement EDS, serait l’un des présumés complices du cyberactiviste ivoirien. Le responsable politique du mouvement Eds a lui aussi été mis aux arrêts il y’a quelques jours dans le cadre de l’enquête en cours. Dans un communiqué officiel, la plateforme de l’opposition mise en place par Henri Konan Bédié, a élevé une vive protestation contre ces deux interpellations.

«La Coalition pour la Démocratie, la Réconciliation et la Paix (CDRP) a appris, avec indignation, l’arrestation puis le placement sous mandat de dépôt le 18 mai 2020 de Monsieur Etienne Daïpo M’PONON, Secrétaire Général et Secrétaire du Comité Opérationnel de la plateforme Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS), pour les chefs d’accusation suivants : « atteinte à la défense nationale, troubles à l’ordre public, diffamation, outrage, diffusion de fausses nouvelles…L’arrestation de M. Etienne Daïpo M’Ponon et les circonstances dans lesquelles celle-ci a été opérée confirme, malheureusement, la volonté du pouvoir RDR-RHDP de fausser les règles du jeu démocratique en muselant l’opposition à travers l’instauration d’un climat de terreur et des entraves à la liberté d’expression afin de museler l’opposition. Aussi, la CDRP exprime-t-elle son soutien à EDS et son engagement à lutter à ses côtés, pour obtenir la libération de son Secrétaire Général, injustement incarcéré. La CDRP exprime sa compassion à la famille biologique de M. Etienne Daïpo M’Ponon», explique la CDRP dans son communiqué relatif à l’affaire Serge Koffi. Très suivi sur la toile, le cyberactiviste ivoirien avait appelé la jeunesse de Yopougon a s’opposer à la construction d’un centre de dépistage de la maladie à coronavirus sur le terrain de la Bae. Des émeutes ont éclaté entre forces de l’ordre et manifestants, des manifestations qui ont été dispersés par les forces de l’ordre. Etienne N’Ponon est quant à lui présenté comme un présumé complice de Serge Koffi le drone.

L’appel de la CDRP

«La CDRP rappelle à l’opinion nationale et internationale qu’elle a toujours prôné le dialogue comme moyen de résolution des différends et qu’elle s’est toujours engagée dans cette voie avec l’ensemble de ses partenaires dans l’examen de nombreux dossiers socio-politiques et économiques. La CDRP, malheureusement, constate avec regret, que le pouvoir RDR-RHDP entretient un comportement belliqueux et méprisant, à l’égard des recommandations et autres interpellations faites par l’opposition significative, dans le seul et unique objectif de braquer la prochaine élection présidentielle…Enfin la CDRP demande à l’ensemble des Partis politiques de l’opposition, aux organisations de la société civile et au peuple de Côte D’ivoire épris de justice, de soutenir cette déclaration en vue de la libération, sans délai, de M. Etienne Daïpo M’PONON.», explique la plateforme d’Henri Konan Bédié dans son communiqué.

Vous pouvez aussi aimer