Affaire Deversailles : la mémé donne sa version des faits

Balaie mystique – En Afrique, plus particulièrement en Côte d’Ivoire, certains préfèrent avoir recours aux pratiques traditionnelles pour rechercher un voleur, ou dans le cas échéant, inviter ce dernier à faire des aveux. C’est à cela que nous avons assisté il y’a quelques jours en direct sur les réseaux sociaux. Dans la commune de Port-bouët, une mémé réputée pour faire parler les voleurs, a été sollicitée dans une affaire de vol dont le montant serait de 50 milles.  

L’affaire Deversailles alimente depuis quelques jours les réseaux sociaux en Côte d’Ivoire. Dans une vidéo devenue presque virale sur les réseaux sociaux, on y voit une vieille d’un certain âge, passer un balai autour du coup d’un présumé suspect. Ce dernier était accusé d’avoir volé la somme de 50 000 frs. Le mis en cause, un DJ jusque-là inconnu du grand public, a nié en bloc être l’auteur de ce vol. un élan de solidarité est né autour du présumé coupable sur la toile. Ce dernier a d’ailleurs reçu plusieurs soutiens financiers, dont la somme de 100 000 frs de la part de la chanteuse ivoirienne Vitale. Autant le présumé suspect nie son implication dans cette histoire, autant la mémé connue pour cette pratique, défend la véracité de son art. dans un entretien exclusif réalisé par Eric Rochet, diffusé sur la page de Souley de Paris, la mémé a répondu à ses détracteurs qui l’accusent d’avoir injustement accusé DJ Deversailles de vol.

Après les explications de DJ Deversailles, place désormais aux explications de la mémé ayant eu recours au balai mystique pour démasquer le supposé coupable du vol de la somme de 50 000. Eric Rochet s’est rendu dans la commune de Port-bouët où réside la mémé en question, histoire d’avoir de plus amples informations sur la véracité de cet art qui consiste à faire avouer un voleur à lui passant un balai autour du cou, une pratique mystique à laquelle ne croient pas de nombreux internautes ivoiriens : «Cela n’engage que les personnes qui croient que je fais du faux  Je fais juste mon travail, et vous êtes libres de croire ou pas ! Je ne force personne, cela n’engage que les gens qui viennent me voir.  (…) Avant de commencer le travail, j’invoque le nom de DIEU . Je ne fais ni de sacrifice de poulet , ni de sacrifice de mouton , je ne fais pas de fétiche . C’est un Don que j’ai reçu . Parmis mes enfants, certains sont chrétiens, d’autres sont musulmans. Je ne force pas ! S’il y’a des désireux parmi mes enfants, d’apprendre ce que je fais , je peux leur transmettre cela . Mais je ne force aucun de mes enfants à le faire parce que j’ai reçu de Ma mère . (…) Je n’ai rien contre DEVERSAILLES , c’est mon fils . Donc si cela est une opportunité pour lui d’avoir une certaine gloire , une élévation dans sa carrière, je bénis alors le nom de DIEU pour sa vie . Parce que je le considère aussi comme mon enfant , je ne peux pas manifester de la colère envers lui . Peut-être que DIEU avait prévu que tout cela passe par moi , je bénis le nom de DIEU qui a permis cela . Je n’ai rien contre DEVERSAILLES.», a fait savoir la mémé dans son entretien.

La réaction à chaud de Mike Alabi

«A quand le retour des primeurs de l’excellence? A quand le retour de l’envie de réussir grâce au fruit de son travail ?  Un frère, un collègue, une connaissance , un semblable fait le con, il devient célèbre en fait plus tu es con plus tu es adulé. Mon Dieu ta grâce.  Tu traverses une période trouble, difficile, honteuse, on en fait un buzz ou un moyen de te démoraliser davantage ! Me concernant je ne serai pas de ceux qui se moqueront ou te feront passer pour un pantin.», rapporte l’artiste ivoirien.

Vous pouvez aussi aimer