Disparition de Thomas Rauschkolb : la piste Lelandais bientôt réactivée

Affaire Thomas Rauschkolb – Parmi les quarante dossiers qui ont retenu l’attente des enquêteurs de la cellule Ariane, figure celui du jeune Thomas retrouvé mort au bord d’une rivière il y’a de cela quatre ans. L’affaire avait malheureusement été classée sans suite, faute d’indices et de pistes à suivre. Mais suite au témoignage d’une ancienne compagne de Nordahl Lelandais, une plainte a été déposée par les parents de la victime pour meurtre. La plainte déposée contre X vise en réalité un individu, l’ancien militaire de 35 ans. Inculpé dans la mort de la petite Maëlys et celle du caporal Arthur Noyer, l’ex- maitre-chien de l’armée pourrait être mis en examen dans une troisième affaire de meurtre, une disparition qui précède chronologiquement les deux dossiers dans lesquels il est déjà mis en examen.

Le mystère qui plane sur la mort de Thomas Rauschkolb sera-t-il bientôt résolu ? Seule certitude du moment, ce meurtre non élucidé qui remonte à décembre 2015 pourrait bientôt retenir l’attention des enquêteurs. Une plainte a été déposée par l’avocat de la famille contre X pour meurtre. Si le dossier a été conclu faute de preuve, la famille du défunt a toujours refusé de croire la thèse de la mort accidentelle. Les parents du disparu ne devraient plus tarder à savoir dans quelles circonstances leur fils a été tué. La plainte déposée contre X est en réalité orientée vers Nordahl Lelandais. Avec le témoignage édifiant de l’une des anciennes compagnes de l’ancien militaire chassé de l’armée, les parents de Thomas sont en partie persuadés que le meurtrier de Maëlys pourrait bien être impliqué dans la mort de leur fils.

Mis en examen pour deux meurtres, Nordahl Lelandais n’est pas à l’abri de nouvelles poursuites judiciaires. La cellule Ariane mise en place pour réexaminer des affaires de disparitions non resolues a retenu le dossier Thomas Rauschkolb sur sa liste. Le jeune homme avait été retrouvé mort au bord d’une rivière le 28 décembre 2015. Sans de véritables pistes à suivre, l’affaire avait été classée par la justice. Mais elle pourrait très bien être rouverte bientôt, suite au témoignage édifiant de l’une des anciennes compagnes de Nordahl Lelandais. Interrogé par Le Parisien sur la possibilité que l’ex-militaire soit impliqué dans d’autres meurtres, l’ancienne petite amie a répondu par l’affirmative, allant jusqu’à se prononcer sur un dossier en particulier : «Pour moi, il y en a d’autres. Il faudrait notamment creuser le dossier du jeune Thomas Rauschkolb retrouvé mort le 28 décembre 2015. À cette époque, je venais de quitter Lelandais une première fois et il était dans le même état de colère, de frustration que lorsqu’il a tué le caporal Noyer dans la nuit du 11 au 12 avril 2017 à Chambéry. La veille, le 10 avril 2017, il m’avait fait peur avec une tronçonneuse». Pour l’ex-compagne, l’une des raisons d’explorer la piste Lelandais dans la disparition de Thomas Rauschkolb, c’est tout naturellement la discrétion de Nordahl concernant la discothèque de fréquentait la victime : «Je suis étonnée qu’il n’ait jamais évoqué avec moi le Studio 54, la discothèque où se trouvait Thomas Rauschkolb. Alors que Lelandais me parlait de tous les endroits où il allait faire la fête».

Une exhumation du corps de Thomas ?

Pour Me Boulloud, avocat des parents de la victime, il est primordial d’explorer la piste Lelandais à la lumière de ce nouveau témoignage édifiant de l’ancienne petite amie de Nordahl : «il s’agit d’un témoignage capital à prendre très au sérieux. Il peut prouver que Nordahl Lelandais est incapable de se contrôler lorsqu’il est dans cet état de frustration, de colère. Il faut donc à tout prix explorer cette piste». Si l’enquête est rouverte, le corps de Thomas pourrait être exhumé pour de nouvelles autopsies : «Exhumer le corps de mon fils, sortir Thomas de son long repos, cela va être très dur pour nous, ses parents. Mais s’il faut en passer par là, on le fera. Peut-être que la réponse à nos questions est dans son cercueil.», lance Francis Rauschkolb, le père de la victime.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.