Accueil France Remise en liberté : Patrick Balkany fixé le 13 novembre

Remise en liberté : Patrick Balkany fixé le 13 novembre

Remise en liberté : Patrick Balkany fixé le 13 novembre

Procès Patrick Balkany – Alors que l’ouverture de son procès est prévue pour le mois de décembre, le maire de Levallois-Perret a soumis ce mardi une nouvelle demande de remise en liberté. Mais le tribunal se prononcera sur cette seconde requête de l’élu français, accusé de fraude fiscale, le mercredi 13 novembre 2019. Si la demande est acceptée par le tribunal, l’élu devra verser la somme de 500 000 euros avant de recouvrer la liberté, une somme d’argent qui ne serait pas à la portée du maire.

Ce mardi cinq novembre était une journée décisive pour Patrick Balkany, accusé de fraude fiscale et de blanchiment de fraude fiscale. Il y’a environ deux mois, le maire de Levallois-Perret était sous mandat de dépôt pour fraude fiscale portant sur plusieurs millions d’euros. Dans l’attente de son procès prévu courant décembre, l’élu français avait soumis une première demande de remise en liberté que la Cour d’Appel de Paris avait validée, moyennant une caution de 500 000 euros que devait verser le maire de la commune de Levallois. Mais réunir pareille somme serait pour l’instant impossible selon Patrick Balkany. La seconde demande de libération, mise en délibéré au 13 novembre prochain, est également assortie d’une caution d’un demi-million d’euros. Face à l’incapacité de l’ancien maire de pouvoir payer sa caution pour son éventuelle libération, des habitants de sa commune ont eu l’idée de lancer une cagnotte en ligne. Objectif, collecter de l’argent pour soutenir leur maire dans ce bras de fer judiciaire, plus exactement solder la caution de 500 000 euros exigés par la Cour d’Appel de Paris dans une semaine.

Incarcéré depuis le 13 septembre dernier, Patrick Balkany pourrait recouvrer la liberté dès la semaine prochaine. Ce mardi, la défense du maire a soumis une nouvelle demande de libération avant la tenue du procès prévu pour courant décembre. Comme il fallait s’y attendre, le Parquet général s’est opposé à cette nouvelle requête introduite par Me Eric Dupond-Moretti, le conseil du maire de Levallois : «Il y a un risque possible, plausible, prévisible, et M. Balkany n’en est pas exempt. Le risque de fuite est un motif toujours fondé.», a constaté ce mardi le parquet général. Mais les arguments avancés par le Parquet ont été balayé d’un revers de la main par l’avocat de Patrick Balkany : «Il va se mettre en cavale comme Dupont de Ligonnès, c’est ça ? C’est vrai que personne n’a vu son visage, il va tranquillement aller à Orly et se carapater au Maroc… Vous n’y croyez pas vous-même, mais vous avez besoin de ça pour justifier un maintien en détention. Franchement, c’est à se taper la tête contre les murs. Vous êtes dans une logique administrative que vous poussez jusqu’au bout.», a rappelé Me Dupond-Moretti. La décision de la Cour d’appel concernant cette remise en liberté de Patrick Balkany, avant la tenue de son procès en décembre, a été renvoyée au 13 novembre prochain. Si la Cour d’appel se prononce en faveur d’une libération de l’ancien maire, ce dernier devra cependant s’acquitter d’une caution de 500 000 euros avant de regagner sa liberté, une caution qu’il serait visiblement dans l’incapacité de payer à l’heure actuelle : «On n’a plus un rond. Je crains que, malgré la brillante plaidoirie de mon avocat, je sois obligé de rester au trou, car je ne vois pas comment réunir cet argent.», a déclaré le maire de Levallois.

> Lire aussi  Mosquée de Bayonne: L’auteur de l’attaque identifié

Elan de solidarité pour Patrick Balkany

Sensiblement touchés par la situation du maire, trois habitants ont eu l’idée de lancer une cagnotte Leetchi pour tenter de réunir les 500 000 euros exigés par la Cour d’appel avant de relacher Patrick Balkany : «Connaissant notre situation, des habitants de Levallois avaient spontanément lancé des cagnottes Leetchi dans tous les sens. Je leur ai donc demandé d’arrêter car j’ai eu peur qu’on ne sache pas où allaient les fonds, qu’ils se fassent gruger par des gens qu’on en connaît pas», a rapporté l’épouse du maire incarcéré depuis près de deux mois.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.