Accueil France Réforme des retraites : Mélenchon fait des propositions

Réforme des retraites : Mélenchon fait des propositions

reforme-retraites-melenchon

Grève en France – Pour contester contre la réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron, les principaux syndicats en France ont initié un mouvement de contestation sociale depuis le jeudi 5 décembre. Cette grève qui dure maintenant depuis trois semaines, a été particulièrement suivie dans le domaine du transport, occasionnant de fortes perturbations au sein du trafic.

Jean-Luc Mélenchon a formulé des propositions ce jeudi pour sortir de l’impasse politique dans laquelle la France est plongée depuis trois semaines. Opposés à une réforme des retraites annoncée par le gouvernement, plusieurs syndicats de travailleurs ont appelé à manifester contre ce projet d’universalisation des régimes de retraite en France. Depuis le 5 décembre, la circulation est perturbée en France par une grève interprofessionnelle décrétée contre cette mesure gouvernementale. Comme l’avait indiqué le président Macron, le gouvernement irait au bout de cette réforme qui devrait mettre un terme aux régimes spéciaux de retraite. En dépit de certaines concessions faites par le gouvernement, des milliers de salariés continuent de protester contre ce projet de Macron dans les rues. Pour sortir de l’impasse politique, Jean-Luc Mélenchon, premier responsable de la France Insoumise, a égrené une série de solutions. Le candidat malheureux de la présidentielle française de 2017 propose plus exactement deux solutions pour mettre un terme à cette grève contre la réforme des retraites, une grève qui dure depuis trois semaines désormais.

La grève contre la réforme des retraites initiée depuis le jeudi 5 décembre reste l’un des mouvements sociaux les plus importants en France sous la Ve République. Pour Jean-Luc Mélenchon, le gouvernement a misé sur la stratégie de l’affaiblissement du mouvement avec le temps, une stratégie qui n’a malheureusement pas porté ses fruits : «La grève contre la réforme des retraites a déjà dépassé par sa durée celle de novembre-décembre 1995. La stratégie du pourrissement que le régime macronien a ostensiblement organisé face au mouvement contre la réforme des retraites produit une extension de l’action dans de nombreux domaines», indique le candidat malheureux de la présidentielle de 2017 en France. Si le gouvernement n’a pas encore renoncé à son projet de réforme des retraites, certaines concessions ont cependant été effectuées : «Bien que les revendications des routiers dépassent le seul cadre des retraites, ils ont obtenu gain de cause sur ce point. Élisabeth Borne, ministre des transports, a confirmé mi-décembre le maintien du congé de fin d’activité (CFA).  Ce dispositif permet de partir jusqu’à cinq ans plus tôt (57 ans donc) pour les chauffeurs de poids lourds de plus de 3,5 tonnes ayant au moins 26 ans de conduite (20 ans pour le transport de fonds) et à condition que l’entreprise embauche un nouveau salarié en CDI et à temps plein.», rapporte le quotidien La Croix. Mais ces concessions n’ont pas pour autant mis fin aux manifestations contre la réforme des retraites : «Le choc est terrible. Les paies de janvier vont être super maigres. Mais c’est une charge qu’on peut partager. C’est pourquoi existent les caisses de grève qui redistribuent la collecte sur les grévistes syndiqués ou non. Pour ma part j’ai commencé à cotiser à celle des cheminots de Paris Sud. Et je compte continuer sur d’autres car j’ai les moyens financiers de le faire. Je ne suis pas le seul dans ce cas. En tous cas je sais que de nombreux insoumis en font autant et bien sûr, parmi les députés nationaux et européens.», poursuit Mélenchon.

> Lire aussi  Disparition de Thomas Rauschkolb : la piste Lelandais bientôt réactivée

Mélenchon veut plus de soutiens aux grévistes

«Le choc est terrible. Les paies de janvier vont être super maigres. Mais c’est une charge qu’on peut partager. C’est pourquoi existent les caisses de grève qui redistribuent la collecte sur les grévistes syndiqués ou non. Pour ma part j’ai commencé à cotiser à celle des cheminots de Paris Sud. Et je compte continuer sur d’autres car j’ai les moyens financiers de le faire. Je ne suis pas le seul dans ce cas. En tous cas je sais que de nombreux insoumis en font autant et bien sûr, parmi les députés nationaux et européens.», lance le président de la France Insoumise.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.