Alliance FPI – PDCI : Amani N’Guessan Michel salue la vision de Bédié

Coalition de l’opposition – Après sa sortie du RHDP, le président du PDCI RDA multiplie les consultations avec l’opposition ivoirienne en vue de tisser une alliance avant la présidentielle de 2020. Cette coalition non idéologique devrait réunir l’ensemble des forces de l’opposition. Pour l’instant le FPI, ancienne majorité présidentielle, n’a pas encore officiellement adhérer au projet de réunification initié par Henri Konan Bédié, même si les deux partis se rapprochent de plus en plus depuis quelques mois. Ancien ministre de l’éducation nationale, Amani N’Guessan s’est exprimé sur l’alliance entre les deux anciens adversaires politiques.

Adversaires hier, le FPI et le PDCI pourraient se donner la main pour tenter de barrer la route au troisième mandat de l’actuel parti au pouvoir. A l’origine de cette coalition qui se profile à l’horizon, un homme, l’ancien président Henri Konan Bédié. Il avait été l’un des premiers opposants politiques à saluer l’acquittement de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé par la CPI au mois de janvier. Mieux, le président du Pdci s’est rendu en personne en Belgique pour rencontrer l’ancien président de la République qui séjourne actuellement à Bruxelles, le temps que la Cour Pénale Internationale ne statue sur sa libération définitive. Pour une opposition beaucoup plus forte en 2020, le président du Pdci a lancé la plateforme CDRP, une vision politique qu’Amani N’Guessan Michel, l’un des barons de l’ancien régime, a tenu à saluer.

Les circonstances actuelles en Côte d’Ivoire, à savoir la présidentielle de 2020, ont poussé le PDCI et le FPI à envisager une alliance contre le pouvoir actuel. Si la réconciliation nationale est évoquée comme sujet principal de ce rapprochement, il ne faut pas perdre de vue que les deux partis entendent tout mettre en œuvre pour barrer la route au RHDP qui souhaite solliciter un troisième mandat auprès des ivoiriens l’année prochaine. En exil comme de nombreux barons de l’ancien régime, Amani N’Guessan Michel s’est exprimé sur l’alliance entre les deux anciens adversaires politiques : «Je suis heureux face au rapprochement PDCI-FPI. Parlons même d’alliance PDCI-FPI. Le président Bédié a dit qu’en politique, il n’y a rien d’impossible. Il joint l’acte à la parole. C’est cela être responsable. Au-delà de l’acte posé, il faut examiner la pensée qui le sous-tend et comprendre qu’en politique, l’évolution de la pensée fait partie du tout possible. C’est avec beaucoup d’espoir pour un avenir meilleur pour la Côte d’Ivoire que je constate l’évolution de la mentalité politique chez le président Bédié et au PDCI. Cette évolution dans la pensée politique nationale vient sauver la démocratie et garantir l’alternance politique en Côte d’Ivoire. Le président Bédié apparaît aujourd’hui comme le sauveur de la démocratie. Par ailleurs, il évite à la Côte d’Ivoire une guerre fratricide.», a fait savoir l’ancien ministre de Laurent Gbagbo. Officiellement le FPI n’a pas encore donné son feu vert pour son adhésion à cette alliance. Mais à la lumière des récents évènements qui ont rapproché les deux partis, tout semble indiquer que les deux anciens adversaires politiques se donneront la main pour tenter de barrer la route au parti unifié l’année prochaine.

Une alliance saluée par Amani N’Guessan

«Je bénis cette alliance. Il faut noter que tout comme dans la réconciliation, il y a l’alliance fusion et l’alliance absorption. En politique, j’ajouterai une troisième alliance, c’est l’alliance pour le salut public. Dans la Côte d’Ivoire d’aujourd’hui, il y a nécessité d’une alliance pour le salut public. Les présidents Bédié et Gbagbo ont compris que le pays est en danger. Par conséquent, nos problèmes de nature politique ne peuvent être au-dessus de l’intérêt national qui est en jeu. Tout le reste peut être géré par le jeu démocratique. Ainsi, de génération en génération, le président Bédié aura fait preuve de sa capacité d’adaptation à l’évolution de la pensée politique alors que des plus jeunes que lui en sont incapables», a rapporté l’ancien ministre de l’éducation nationale en Côte d’Ivoire.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.