Accueil FranceTransport Grève du 5 décembre à la RATP : quelle perspective pour les usagers

Grève du 5 décembre à la RATP : quelle perspective pour les usagers

Grève RATP du 5 décembre

Mouvements sociaux du 5 décembre – A l’appel de plusieurs syndicats, les français seront dans les rues pour protester contre la réforme des retraites que souhaite instaurer Emmanuel Macron, une réforme qui vise à mettre un terme aux régimes spéciaux. Si les travailleurs issus de différents secteurs d’activités annoncent une participation à cette grève, les salariés de la RAPT et la SNCF seront principalement au-devant de la scène dans cette lutte contre le régime universel des retraites. Et bien entendu, cela occasionnera de nombreuses perturbations sur les lignes, ce qui rendra difficile le déplacement des français.

La RAPT fait partie des syndicats qui se sont montrés favorables à une grève illimitée à compter du 5 décembre prochain en France. Pour faire plier le gouvernement sus retraites, la société envisage de reconduire le mouvement de contestation qui sera déclenché dès la semaine prochaine. Comme de cette grève illimitée décrétée par la Rapt, le prolongement de la souffrance des travailleurs qui se rendront au boulot. La société a déjà prévenu qu’elle ne tournerait guère à plein régime à partir du 5 décembre, ce qui occasionnera de fortes perturbations sur son réseau. Mais des mesures ont été prises pour permettre à certains travailleurs de pouvoir circuler malgré le mouvement social d’envergure qui se profile à l’horizon. Faute d’avoir accès aux RER et bus, la société propose une série d’alternatives à ses usagers, parmi lesquels le Vélib ou encore le covoiturage.

La grève du 5 décembre en France sera inédite selon les principaux syndicats de travailleurs. Agents de l’administration publique comme salariés du privé seront dans les rues pour défier Macron sur sa nouvelle réforme des retraites. Si cette initiative de contestation sociale était au départ l’affaire de la SNCF et de la RAPT, d’autres secteurs d’activités ont décidé de rejoindre le cortège, sans oublier les gilets jaunes qui ont décidé de soutenir aussi la grève du 5 décembre en France. Les usagers de la RAPT sont sans doute les plus angoissés à l’idée de cette journée de contestation sociale annoncée. La raison, aucun bus ni RER ne devrait circuler jeudi prochain, une situation qui risque de durer encore plusieurs jours, d’autant plus que les salariés de la société ont décidé d’inscrire le mouvement de contestation dans la durée. A l’instar de la Rapt, la Sncf a aussi invité ses usagers à privilégier d’autres moyens de déplacement pour éviter de trop subir les conséquences de cette grève illimitée décrétée annoncée. Et du côté de la SCNF, on anticipe déjà les choses en annonçant une procédure de dédommagement transilien des usagers qui seront pénalisés lors de ce vaste mouvement de contestation : «Pour les voyages TGV en France et Intercités du 5 au 9 décembre, nos clients pourront échanger leur billet de train ou faire une demande de remboursement sans frais ni surcoût, y compris pour des tarifs non échangeables- non remboursables, avant départ», a rapporté la société ferroviaire dans une note. De son côté, que propose la RATP à ses usagers comme moyens de déplacements pendant ces journées de mobilisation contre la réforme des retraites ? Des mesures seront prises pour aider les usagers à circuler, mais il est très peu probable que vous accédiez à un train ou bus de la société durant cette période trouble.

> Lire aussi  Grève RATP : voir le calendrier des dates posées par les grévistes

Ce que propose la RATP

«zéro métro, zéro RER et très peu de bus», indiquait il y’a quelques jours Laurent Djebali, un responsable de l’Unsa-Rapt. Pour parer aux difficultés de déplacement durant ces mouvements sociaux avant noël, la société a sollicité plusieurs structures pour des services de mobilité. Les usagers auront le choix entre le covoiturage, les déplacements à vélo ou sur des trottinettes… Malgré la mise en place de certaines dispositions pour assurer la mobilité de ses usagers, la RATP précise toutefois que «Ces alternatives ne seront qu’un pansement sur une jambe de bois», martèle Jean-Marc Judith au quotidien Le Parisien. La société encourage aussi le télétravail pour ceux qui ne pourraient pas se déplacer.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.