Arafat DJ réclame son « bonne année » à Bamba Amy Sarah

par Kan Frédéric
0 Commentaire

[PARODIE] Maintenant les adultes s’y sont mis et demandent leur « Bonne année » aussi. Ils sont fatigués des vœux qui ne se réalisent jamais. Au moins l’argent on le voit et on en fait quelque chose. Cependant tout le monde ne demande pas l’argent comme « Bonne année ».
Arafat DJ est rentré dans la danse, lui qui demande son « Bonne année » à la chanteuse Bamba Amy Sarah. Celle-ci est embarrassée par la nature du « Bonne année ». Ce n’est plus en espèce, mais en nature. Que les temps ont changé, remarque-t-elle. Malheureusement elle est mariée à présent et ne peut plus se permettre de faire un tel « Bonne année ». Malgré cela Arafat persiste on dirait un enfant qui dit à son papa :

« Papa tu fais combine. Je t’ai vu tu as donné l’argent à tous les enfants du quartier. Donc moi aussi je veux mon « Bonne année » en bri. »

La belle et le bad boy, c’est comme…

Bamba Zarah DJ Arafat

Quand tu bricoles Espagnol et que tout ce que la fille entend c’est « Te quiero ». C’est le meilleur des quiproquos.

Arafat DJ serait allé trouver Bamba Amy Sarah, au lendemain du nouvel an, pour lui réclamer son « Bonne année ». Il a débarqué avec toute la Yorogang de la destruction, et à la fenêtre de la Belle, il a crié : « Bamba Amy sort ici, je veux mon Un Coup » (Je veux mon moment intime avec toi). Il n’est pas là pour chanter une sérénade toute pourrie. Pour ne pas réveiller son mari qui dormait, elle est descendue de l’immeuble, dare-dare.

> Je regarde  Aristide Bance : « Je recherche Adjoua jeteuse de foulards, qui l’a vue ?»

 

Pris la main dans le sac

Le Mari de Zarah Bamba DJ Arafat

Moi le jour je vois le nouveau copain de mon ex, mon sang fait un tour. La haine que je ressens atteint les 150°C.

Le mari l’homme Saga, qui dormait, a entendu tout ce raffut. Arafat DJ criait trop on dirait quelqu’un qui venait d’une virée nocturne. Il criait comme un enfant :

« Amy mon Un Coup, mon Un Coup, mon Coup… ». Celle-ci a beau lui dire de se taire, rien n’y fit.

 

Deux coqs dans la basse-cour

Marié Zarah DJ Arafat

Il m’arrive souvent de prendre mes responsabilités d’homme. Même gros bras peut pas venir froisser ma femme et puis je vais me taire.

C’est maintenant les vraies choses vont commencer. Ça a pété pour le mari donc il est sorti de ses gongs. Malgré les insultes des partisans de la Yôrôgang, lui son cœur coupe pas. Il sort les crocs pour montrer qui est le propriétaire des lieux.

 

La loi du plus fort est toujours la meilleure
Bamba Amy Zarah DJ Arafat

Comme Alpha Blondy a dit à Arafat de ne plus s’attaquer aux autres artistes, Arafat a eu occasion pour rendre utile ses heures sur les réseaux sociaux. Sa destruction a enfin une nouvelle cible qui s’ajoute à Sheney, l’homme du Ghetto. Désemparée, Bamba Amy Sarah est allée supplier Arafat DJ d’épargner son mari, l’homme Saga, de sa divine fureur. Le gars va « sciencer » (être clément) en vertu de leur passé.

« Montre comment tu dragues là, montre comment dragues eh »

DJ Arafat Bamba Amy Zarah

Je n’ai jamais aimé les cheewing gum à cause de ça. Ils te collent toujours au doigt et disparaissent quand ils veulent.

Tout le monde a sa manière de draguer. Certains viennent avec des fleurs, certains font les V.I et d’autres les Swagg. On ne peut pas condamner le Berus Sama parce qu’il ne sait pas « kouman » (parler) comme un poète. Chacun son « bara » (travail) djo ! En tout cas Amy est dans pain comme Josey Priscille.

> Je regarde  DJ Arafat : « Laissez-moi, laissez-moi, je veux pas partir »

 

Vous pouvez aussi aimer

>