Mali: pays des grands royaumes africains

par Joseph Amenan
0 Commentaire

Le Mali est une République d’Afrique de l’ouest frontalière de la Mauritanie et de l’Algérie au nord, du Niger à l’est, du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire au sud, de la Guinée au sud-ouest et du Sénégal à l’ouest.

Cette ancienne colonie française du Soudan Français est devenue indépendante le 22 septembre 1960 après l’éclatement de la Fédération, regroupant le Sénégal et la République Soudanaise (actuel Mali). Le territoire actuel du Mali a vu naitre, mais aussi mourir de grands empires de l’histoire médiévale de l’Afrique.

Le Mali est l’un des pays d’Afrique de l’ouest les moins avancés avec une économie essentiellement rurale et un territoire enclavé. Il fait partie de l’espace UEMOA, Union Economique et Monétaire Ouest Africaine. Ci-dessous nous nous attèlerons à étudier le Mali dans ses éléments essentiels.

Aux origines de la création du Mali

L’histoire du Mali est surement l’une des plus riches et les plus complètes d’Afrique noire. Tout d’abord la République du Mali tient son nom de l’ancien Empire du Mali fondé Soundiata Keita au XIIIe siècle et qui a connu son apogée au XIVe siècle. Cependant les premières traces de peuplement humain remontent au Ve millénaire avant J.-C. On trouve en effet des vestiges néolithiques du Sahara vert dans l’Adrar des Ifoghas. Les premières formes de vie urbaine apparaissent vers 250 avant notre ère à Djenné-Djenno. Trois grands empires ont marqué le territoire malien : L’Empire du Ghana érigé par les Sarakolés (IV-XIe siècle), l’Empire du Mali (XIe siècle) et l’Empire Songhaï de Sonni Ali Ber et Askia Mohammed. L’on notera plusieurs autres royaumes que sont le royaume bambara (XIIIe), le royaume Peul du Macina et l’Empire des Toucouleurs. La pénétration française au Mali fut la plus difficile avec des résistances farouches telles que celle du royaume Khassonké en 1878 ou celle de Samory Touré qui parvient même à faire battre en retraite l’armée française le 28 février 1881. Finalement en 1895, le territoire alors dénommé Haut-Sénégal-Niger, est fait colonie française. En 1920 le pays prend le nom de Soudan français et sert de pays charnier dans la lutte contre la colonisation à travers notamment le Rassemblement Démocratique Africain avec Modibo Keita. Après l’échec de la Fédération du Mali, la République du Mali accède à l’indépendance le 22 septembre 1960.

> Je regarde  Nigeria : le géant au pied d’argile de l’Afrique

Géographie du pays

Le Mali, avec ses 1.241.238 km², est le plus vaste Etat d’Afrique de l’ouest après le Niger. Il est enclavé à l’intérieur de l’Afrique de l’ouest entre le tropique du cancer et l’équateur. Il est traversé par deux grands fleuves à savoir le Sénégal et le Niger. La plus grande partie de la population habite dans les zones rurales avec une densité très variable avec 90 habitants par Km² dans le delta central du Niger et moins de 5 habitants au Km² dans la région saharienne du nord. Le relief au Mali est peu accidenté. Les plaines alluviales, très vastes, sont toutefois dominées par quelques plateaux calcaires de grès localisés dans les plateaux mandingue et Dogon. Le point culminant du Mali est le Mont Hombori qui culmine à 1155 m. Enfin le pays possède trois zones climatiques qui sont les suivantes : Le Sahara méridional qui couvre deux tiers du nord du pays entièrement désertique, la région sahélienne au centre relativement sèche avec des steppes et des savanes, et la région soudanaise couverte par une savane de plus en plus verdoyante et qui enregistre jusqu’à 1400 mm de pluie par an. Le Mali se divise en huit régions et un district. Ces subdivisions portent le nom de leurs villes principales : Kayes, Bamako, Sikasso, Kayes, Koulikoro, Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao et Kidal.

L’économie du Mali

Le Mali est un pays en majorité rurale. En effet 80% des Maliens travaillent dans l’agriculture et la pêche. L’activité industrielle est concentrée autour des cultures agricoles dont le coton, l’arachide, le maïs, le mil, le blé et le fonio. Hormis ces cultures, le Mali est un gros exportateur de bétail dans la sous-région notamment en Côte d’Ivoire. Le cheptel malien s’élève à 7,8 millions de têtes pour les bovins et 22 millions de têtes pour les caprins. Un autre secteur non moins négligeable de l’économie malienne est le tourisme qui se développe bien malgré la situation sécuritaire avec des sites historiques classés au patrimoine mondial de l’UNESCO comme le Pays Dogon, Tombouctou, Djenné ou le Tombeau d’Askia Mohammed à Gao.

> Je regarde  Voici la liste des pays les plus dangereux en Afrique

Culture et loisirs

Le Français est la langue officielle du Mali, mais la plus utilisée est le Bambara qui est parlé à plus de 50% par la population. Cette dernière ainsi que douze autres dont le Peul, le Dogon, le Songhaï, le Tamasheq sont reconnues par l’Etat comme des langues nationales. L’islam est de loin la religion la plus pratiquée au Mali avec 90% de fidèles. Les 10% autres pourcents sont partagés entre les religions catholique, protestante et animiste. Au niveau des loisirs tels que le sport ou la musique, le Mali a connu certaines gloires qui font ou ont fait la fierté de l’Afrique toute entière. Nous pouvons citer les footballeurs Salif Keita et Seydou Keita, les chanteurs Salif Keita, Amadou et Mariam, Sidiki Diabaté, le producteur de musique Dawala qui fonda le label Wati B.

Vous pouvez aussi aimer

>