in

Que fais Fatou Bensouda, la procureure de la CPI au Mali ?

La Cour Pénale Internationale a fait de la lutte contre les violations des droits de l’homme en Afrique l’une de ses priorités.

Elle a comme jeté son dévolu sur les dirigeants de ce continent coupable de crimes de guerre et de crimes contre l’Humanité. C’est ainsi qu’elle juge en ce moment l’ex président ivoirien Laurent Gbagbo et de son fidèle lieutenant Blé Goudé.

La traque aux criminels ou disons aux présumés criminels est sans pitié et sans repos. Alors qu’un scandale éclabousse ses membres, la CPI ouvre un autre dossier en Afrique, celui du Mali.
Fatou Bensouda, la procureure de la Cour Pénale Internationale séjourne en ce moment au Mali. Sa présence dans ce pays fait suite à la volonté de la cour de situer les responsabilités sur la crise militaro-politique qui secoue le pays depuis 2012. Au cours de cette visite de 48 heures, la procureure rencontrera les autorités politiques, les responsables judiciaires et les organisations de la société civile.

La crise malienne et ses conséquences

Début janvier 2012, des colonnes de combattants envahissent le Mali par le nord. Il s’agit des forces terroristes MUJAO (Mouvement pour l’Unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest), Ançar Dine et AQMI (Al Qaida au Maghreb Islamique) et leurs alliés indépendantistes comme le MNLA (Mouvement National de Libération de l’Azawad) ou le HCUA (Haut Conseil pour l’Unité de l’Azawad). Les groupes terroristes en particulier procèdent à des exécutions sommaires et des destructions de mausolée dans les zones qu’ils contrôlent. Déjà en 2016, un combattant Touareg du nom d’Ahmad Al Faqi Al Mahdi avait été jugé par la CPI et condamné à 9 ans de prison pour destruction neuf mausolées à Tombouctou. La police islamique plus précisément s’est rendue coupable d’amputation et d’exécutions sommaires. Chassés en 2013 par l’armée française et tchadienne, les terroristes sont aujourd’hui éparpillés dans la sous-région notamment à la frontière algérienne.

Les motivations de la procureure

La procureure de la CPI Fatou Bensouda est au Mali depuis mardi 17 octobre. Sa présence s’inscrit dans le cadre d’une visite de 48 heures au cours de laquelle elle rencontrera les autorités politiques, judiciaires et humanitaires présentes sur le sol malien. Cette visite qui était initialement prévue depuis août dernier ne semble pas faire l’unanimité parmi les protagonistes de la crise. Les autorités maliennes ont été également épinglées par un rapport de Human right Watch. Celui-ci note de graves violations des droits de l’homme dans des régions comme Mopti, sous contrôle du gouvernement malien. La commission des droits de l’homme de la MINUSMA a aussi accusé l’armée du Mali et ses milices de crimes contre certaines tribus comme les Peul. Les procédures porteront donc à la fois sur les mouvements rebelles ainsi que sur l’Etat malien lui-même.

Une offensive sur fonds de polémique

Cette visite de Fatou Bensouda s’inscrit dans le contexte des scandales qui entachent la crédibilité de la cour. En effet, des révélations fracassantes ont été faites par Médiapart au sujet de la corruption qui gangrène la Cour Pénale Internationale. Une histoire de pot de vins qui fait beaucoup de bruit au sein de la coalition anti-CPI. Ces révélations ne peuvent que conforter le ministère des droits de l’homme et des reformes de l’Etat qui jette un discrédit sur les rapports des ONG internationales.
La présence de Fatou Bensouda au Mali sonne comme l’ouverture d’un nouveau dossier sur la table de la CPI. Les dirigeants maliens ainsi que les responsables des groupes djihadistes sont désormais dans la ligne de mire de la juridiction internationale. Les brouilles ont déjà commencé entre les autorités maliennes et Fatou Bensouda avec la sortie du ministre des droits de l’homme et des reformes de l’Etat. Pourtant il faudra bien situer les responsabilités de part et d’autre et appliquer la justice dans son intégralité. Malheureusement l’on ne pourrait pas dire que c’est ce que la CPI fait jusqu’ici dans tous les pays où elle est intervenue.

1 Point ou Zéro ?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Manifestation des douaniers de Côte d’Ivoire, les gendarmes répliquent

Scandale Bénin : qui a mis des produits chimiques dans les pains ?