Présidentielle 2020 : Charles Blé Goudé renonce

par Kohan Kioshiko
0 Commentaire

SCRUTIN PRESIDENTIELLE EN COTE D’IVOIRE – investi comme président du Cojep il y’a quelques semaines, Charles Blé Goudé s’est exprimé ce lundi sur ses futures ambitions politiques dans son pays. Dans l’une de ses premières interviews accordée après sa remise en liberté conditionnelle, le président du Cojep annonçait qu’il ambitionnait de prétendre à la magistrature suprême dans son pays. Mais les ivoiriens devront patienter avant de voir une première candidature de l’ancien leader des jeunes patriotes. Interrogé ce lundi par nos confrères de RFI, le président du Cojep a indiqué qu’il ne serait pas candidat à la prochaine présidentielle ivoirien prévue pour octobre 2020.

L’hypothèse d’une candidature de Charles Blé Goudé en Côte d’Ivoire avait suscité de nombreuses réactions sur le plan politique. Actuellement à la Haye dans l’attente de la fin de son procès, l’ancien leader des jeunes patriotes a récemment été investi comme président de son mouvement politique Cojep, lors d’un congrès qui s’est tenu dans la capitale économique ivoirienne, en l’absence du fondateur du mouvement. S’il se positionne progressivement sur la scène politique de son pays, l’ancien ministre de la jeunesse sous l’ère Gbagbo n’ambitionne pas pour autant de se mesurer aux grands partis politiques de son pays sitôt. Interrogé sur l’hypothèse d’une candidature l’année prochaine aux élections présidentielle, le président du Cojep a répondu par la négative. Pour lui, la priorité du moment reste la réconciliation de tous les ivoiriens et aussi le renforcement des institutions politiques du pays.

Oui, Charles Blé Goudé vise la présidence de la République en Côte d’Ivoire, mais pas pour maintenant. La candidature du président du Cojep aura probablement lieu lors du scrutin présidentiel de 2025 en Côte d’Ivoire. Récemment investi à la tête de son parti, l’ancien leader des jeunes patriotes signe progressivement son retour sur la scène politique ivoirienne. Dans l’une des premières interviews accordées après sa libération sous conditions, il déroulait ses futures ambitions politiques pour son pays : «…je veux participer au débat politique en Côte d’Ivoire en tant qu’acteur principal parce que sur les 25 millions d’ivoiriens si j’ai été celui qui est venu à la Haye aux côtés de Laurent Gbagbo Rechercher Gbagbo cela veut dire que je suis un acteur principal. J’ai un projet sur l’avenir de ma nation et pendant que je n’y suis pas je ferai de la politique en tant qu’acteur principal. J’ai des ambitions pour un jour diriger mon pays avec une équipe qui comprendra ou qui aura compris qu’il faut faire la politique autrement en Côte d’Ivoire. Nous avons une offre politique pour la Côte d’Ivoire». Ce lundi, Charles Blé Goudé a mis un terme aux spéculation concernant sa possible candidature à la présidentielle de 2020 : «Pour nous, il s’agit de doter la Côte d’Ivoire d’institutions fortes et impersonnelles, ramener la cohésion sociale entre les populations (…) Et, en ce moment-ci, pour moi, aucun projet politique, quel qu’il soit, ne pourrait être au-dessus de cette ambition d’emmener les Ivoiriens à se parler de nouveau, de faire le tour de la Côte d’Ivoire et dire aux Ivoiriens. Nous sommes toujours en train de geler les résidus de la crise qui a secoué notre pays.», a confié ce 2 septembre le président du Cojep à nos confrères de RFI. A défaut d’être candidat, Blé Goudé va-t-il appeler ses partisans à voter pour un candidat de l’opposition ? Seule certitude, le président du Cojep exclut tout soutien à une coalition qui chercherait à combattre un individu : « Je ne participerai jamais à une alliance pour combattre un individu, mais pour proposer des idées, pour changer la Côte d’Ivoire».

> Lire aussi  Réforme CEI : le projet de loi voté à l’Assemblée bientôt examiné au Senat

Blé Goudé ouvert à une rencontre avec Ouattara 

«Autour d’une table, le gros malade qui est la Côte d’Ivoire a besoin de toutes ses filles et tous ses fils. Je suis prêt à rencontrer d’autres leaders politiques avec qui je ne partage pas forcément la même opinion sur la Côte d’Ivoire. J’ai parlé au Pdci-Rda, je suis prêt à parler même avec mes adversaires. Je veux parler du pouvoir en place. Je veux parler d’Alassane Ouattara, de Guillaume Soro, d’Hamed Bakayoko».

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.