Appel de Bensouda : le PDCI soutient Laurent Gbagbo

COUR PENALE INTERNATIONALE – Le Procureur de la CPI a décidé de faire appel de la décision d’acquittement de Laurent et Charles Blé Goudé, rendue le 15 janvier dernier par la majorité des juges de la première instance. Cette décision compromet le retour de l’ancien dirigeant en Côte d’Ivoire, et probablement l’alliance entre le FPI et le Pdci dirigé par Henri Konan Bédié. A deux jours de la décision d’appel de Fatou Bensouda, le front populaire ivoirien, tendance Gbagbo et le Pdci, avaient conjointement animé un meeting au palais des sports de la commune de Treichville. Dans ce nouveau bras de fer judiciaire qui opposera la défense à l’accusation, il semblerait que le parti de Bédié ait déjà choisi son camp.

Le soutien du PDCI au FPI se précise de jour en jour. Après avoir salué la décision d’acquittement rendue par les juges de la chambre de première instance, le parti d’Henri Konan Bédié a témoigné à nouveau son soutien à l’ancienne majorité présidentielle en Côte d’Ivoire. Après l’exposé des motifs rendu en juillet, le Procureur de la Cour Pénale Internationale a décidé de faire appel de la décision d’acquittement prononcée en janvier par deux des trois magistrats de la CPI, dans l’affaire Gbagbo. La réponse de la procureure a été connue dans la journée du lundi 16 septembre, date à laquelle elle a annoncé qu’elle ferait appel de la décision de la majorité. Pour les partisans de l’ancien régime, cet appel sonne comme un acharnement, alors que l’ancien dirigeant avait été déjà acquitté il y’a quelques mois, au terme de trois ans de procédure judiciaire.

Henri Konan Bédié avait été l’un des premiers responsables politiques ivoiriens à saluer la décision de remise en liberté immédiate de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, en janvier dernier. Le patron du PDCI avait d’ailleurs souhaité un retour rapide de l’ancien dirigeant ivoirien en Côte d’Ivoire. Ces derniers mois, les deux formations politiques adverses ont multiplié les rapprochements, tenant par ailleurs un meeting conjoint dans une même arène le 14 septembre dernier. A l’instar des mouvements de soutien à l’ancien dirigeant, le Pdci s’est également exprimé sur la décision d’appel de Fatou Bensouda, contre le verdict rendu le 15 janvier dernier : «C’est avec une grande déception que le comité de veille apprend ce jour, l’interjection de l’appel de la procureure de la CPI, contre toute attente, en maintenant de manière injuste, des personnalités pourtant acquittées de toutes charges pour lesquelles ils ont été jetés en prison.  On se demande pour quelle motivation elle a pris cette décision dépourvue de bon sens.  Cependant le comité de veille pense qu’il y’a de l’espoir pour nos deux illustres détenus et pour causes les mêmes juges ne vont se dédire.  Est-ce la peur de la démonstration du Giga meeting du Samedi 14, qui a précipité cette décision incongrue ?  Mais ce qui sûr toute l’opposition et la majorité des Ivoiriens soutiennent le Président GBAGBO et le Ministre Charles Blé Goudé dans cette épreuve.», explique le comité de veille du parti de Bédié dans son communiqué relatif à la décision d’appel de Fatou Bensouda contre l’acquittement de Laurent Gbagbo. La question est de savoir si cette décision d’appel, qui visiblement retardera le retour de l’ancien dirigeant au pays, n’aura pas de conséquences négatives sur le processus de réconciliation entamé entre les deux formations politiques.

La réconciliation PDCI – FPI encore possible ?

«Aussi que le pouvoir en place sache que aucun chantage ne peut changer le cours du processus de la réconciliation qui a démarré depuis le 14 Septembre au grand bonheur des Ivoiriens.  Le comité de veille condamne sans réserve cette décision inique qui met en mal la cohésion sociale.  Le comité de veille apporte son soutien indéfectible à nos de hautes autorités, qui n’ont plus de raisons de rester dans les liens sans fondement.», lance le comité de veille du Pdci. Le retour de Laurent Gbagbo avant la prochaine présidentielle en Côte d’Ivoire ne sera probablement pas possible, à moins que la chambre d’appel ne se prononce en l’espace de quelques mois sur l’appel de Bensouda.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.