Accueil POLITIQUE Lida Kouassi met en mission les exilés politiques

Lida Kouassi met en mission les exilés politiques

Retour d’exil – plus d’une centaine de militants proches de l’ancien régime ont regagné la Côte d’Ivoire la semaine dernière. Une cérémonie de bienvenue a été organisée en l’honneur des exilés ivoiriens qui pour leur grande majorité, s’étaient refugiés au Ghana voisin. Après la cérémonie festive, les militants de retour de l’exil ont été reçus dans la journée du dimanche par l’ancien ministre Lida Kouassi, l’un des plus proches lieutenants de Laurent Gbagbo. Après avoir salué le courage de ces derniers pour les années passées en exil, l’ancien ministre de Laurent Gbagbo a chargé les militants d’une nouvelle mission, en rapport avec la présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire.

Malgré un retour hypothétique de Laurent Gbagbo avant la présidentielle de 2020, ses partisans multiplient toujours les actions sur le terrain. Assoa Adou, secrétaire général du front populaire ivoirien tendance Gbagbo, est actuellement en tournée dans plusieurs villes de l’intérieur du pays. Plus d’une centaine d’exilés politiques ont regagné la capitale économique ivoirienne la semaine dernière. Après une cérémonie d’accueil au domicile de feu Aboudramane Sangaré, les exilés politiques ont été reçus par Lida Kouassi, qui fut lui aussi pendant une année, en exil loin de son pays. Les partisans de retour d’exil constituent un renfort de taille pour l’aile dissidente du front populaire ivoirien qui souhaite occuper l’espace politique devant Pascal Affi N’Guessan, le président du FPI juridiquement reconnu.

A moins de 14 mois de la présidentielle de 2020, les exilés politiques du FPI ont décidé de regagner la Côte d’Ivoire. Après l’arrivée d’une première vague en janvier, plus d’une centaine de militants FPI sont rentrés d’exil la semaine dernière. Après une cérémonie d’accueil au domicile d’Aboudramane Sangaré, les exilés ont par la suite été reçus par l’un des fidèles lieutenants de Laurent Gbagbo, l’ancien ministre Lida Kouassi Moïse. Comme il fallait s’y attendre la présidentielle de 2020 s’est invitée dans les échanges entre l’ancien ministre et les exilés politiques récemment rentrés au pays. Pour Lida Kouassi Moïse, les camarades de retour doivent rapidement les soutenir sur le terrain pour poursuivre le travail en cours : «Moi j’ai fait 1 an en exil ça a été une épreuve difficile pour moi. Je me demande comment vous avez pu tenir 8 années en exil. Vous avez du mérite. Nous avons voulu faire cette cérémonie pour vous montrer combien de fois notre joie est grande de vous voir parmi nous. Et nous vous demandons de reprendre votre juste place pour mener le combat avec nous. On a rien à vous donner mais on va partager un petit repas avec vous. En revanche les mois à venir, nous allons aller avec vous à Lakota pour que nos parents enlèvent eux même la souillure de l’exil sur vous. Soyez les bienvenus». Théoriquement, ce retour d’exil pourrait fragiliser Pascal Affi N’Guessan, le président du FPI contesté par les proches de Laurent Gbagbo. Après un échec à la présidentielle d’octobre 2015, le FPI sera de retour encore en 2020, mais le candidat du parti risque d’être fragilisé par l’absence de soutien de l’aile dissidente.

> Lire aussi  Doumbia Major s’oppose à une candidature de Bédié

Les exilés à la disposition de Laurent Gbagbo

«L’exil n’est pas facile. Nous avons résisté beaucoup de nos jeunes frère sont morts et enterrés au Ghana faute de moyens financiers…Les élections arrivent , Gbagbo aussi sera libéré à tout prix alors on s’est dit qu’il faut aller en CI pour aider les camarades qui font déjà un travail formidable. Nous avons saisi le président Gbagbo qui a approuvé l’idée. On était environ 400 personnes mais beaucoup d’autres dont Damana Pickass s’apprêtent à rentrer en CI. Les exilés veulent rentrer mais ce n’est pas du tout facile car les problèmes sécuritaires du début se sont transformés en problèmes sociaux. Des gens partis célibataires ont aujourd’hui deux enfants. D’autres n’ont plus de boulots et certains des problèmes de maison. Votre accueil nous a dépouillé de l’odeur de l’exil. Nous vous remercions.», a confié le porte-parole des militants rentrés d’exil, Me Dacouri Roger. Pour l’heure, l’aile dissidente n’envisage pas un plan B en 2020 sans Laurent Gbagbo.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.