Accueil POLITIQUE Akossi Bendjo évoque les échecs de Ouattara

Akossi Bendjo évoque les échecs de Ouattara

Entretient avec Bendjo – Maire de la commune du Plateau avant les élections locales d’octobre 2018, le cadre Pdci Rda a été démis de ses fonctions avant la tenue du scrutin municipal, suite à des soupçons de détournement de fonds et de corruption. Malgré l’absence de ce ténor aux élections municipales, le parti de Bédié réussira tout de même à conserver la mairie du plateau, après la victoire de son candidat Ehouo Jacques, le neveu de l’ancien maire du quartier des affaires. Exilé en France, l’ancien PCA de la Sir continue toujours de servir son parti et entend contribuer à la victoire de sa formation politique en 2020. Dans une interview exclusive accordée au quotidien l’Inter, le vice-président du Pdci est revenu sur la présidentielle de 2020 qui se profile à l’horizon, notamment l’échec du gouvernement actuel sur plusieurs chantiers dont celui de la réforme de la CEI.

Destitué de ses fonctions de maire, Noël Akossi Bendjo continue toujours de servir le PDCI, sa famille politique. Depuis la France qu’il a rejoint comme terre d’exil, l’ancien maire de la commune du Plateau a accordé un entretien au quotidien l’Inter. Si plusieurs sujets ont été passés en revue dans cette interview, l’ex-PCA de la Sir s’est longuement attardé sur la présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire, élection qui aura lieu dans un an. Sans annoncer qu’il sera candidat pour le compte du Pdci, le maire destitué affirme qu’il ne sera pas passif dans cette grande quête du pouvoir que prépare son parti. La principale inquiétude de l’ancien maire reste sur la réforme de la commission électorale, un processus déjà bouclé par le gouvernement, avec la désignation des 15 membres de la commission centrale puis du président de la Cei.

Pour la présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire, le PDCI compte battre campagne sur les échecs du gouvernement depuis l’accession de Ouattara Alassane à la présidence de la République. Si le président ivoirien se tangue d’avoir un bilan inattaquable, l’opposition ivoirienne n’est pas du tout de cet avis comme on peut déjà s’en douter. Depuis la France où il se trouve depuis plus d’un an, Noël Akossi Bendjo a évoqué plusieurs dossiers sur lesquels le régime actuel a lamentablement échoué : «Nous avons constaté une dérive depuis deux ans avec la volonté manifeste d’un clan d’accaparer tous les pouvoirs. Je ne suis pas seul à le dire. L’Union européenne l’a écrit dans un rapport. Parce-que nous avons soutenu Alassane Ouattara sur une promesse de réconciliation, d’apaisement et de développement, nous avons le devoir de faire l’inventaire de ses deux mandats. Le bilan est extrêmement décevant : dérive autoritaire du régime, centralisation des pouvoirs, attributions des marchés publics à un clan, corruption qui gangrène la confiance, et maintenant fuite en avant aussi, avec ce gouvernement pléthorique. Et pendant ce temps, un peuple ivoirien qui ne voit jamais venir les fruits d’une croissance inexploitée, des chiffres qui font mal avec un indice de développement humain très très bas : une espérance de vie de 53 ans, 47% de la population en dessous du seuil de pauvreté, des jeunes qui se rêvent un avenir meilleur en exil et s’engouffrent sur ces embarcations mortifères vers des pays qui ne les désirent pas», explique le vice-président du Pdci Rda. Outre le volet social, Noël Akossi Bendjo estime que le pouvoir actuel a aussi échoué sur la question de la réforme de la commission électorale indépendante. Si Bakayoko Youssouf a été destitué comme souhaité par l’opposition, l’impartialité de la nouvelle CEI fait encore polémique.

> Lire aussi  Plateforme de Bédié : le MVCI signe le manifeste

Non-respect des recommandations de la CADHP

«La commission électorale ne remplit pas ses obligations d’indépendance et d’impartialité, et ne garantit pas des élections pluralistes et incontestables. Sa composition est une pure provocation. La Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples a été très claire dans ses exigences et nous l’avons saisie à nouveau. Le pouvoir tente de ruser.», a soutenu Akossi Bendjo dans son interview. Et tout comme Bédié, l’ancien maire du Plateau n’écarte aucune hypothèse en 2020.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.