Accueil POLITIQUE Guillaume Soro dit avoir échappé à une arrestation en Espagne

Guillaume Soro dit avoir échappé à une arrestation en Espagne

Interpellation de l’ancien chef du parlement – Hors du pays depuis plusieurs semaines, Guillaume Soro a de nouveau défrayé la chronique il y’a quelques jours en déclarant avoir été victime d’une tentative d’arrestation depuis l’Espagne. Selon les informations transmises par l’ancien chef du parlement, la police espagnole aurait débarqué à sa chambre d’hôtel tard dans la nuit, sur instruction des services d’Interpol. Il contactera d’après ses dires ses avocats pour les tenir informés de ce qui se prépare contre. Et après concertations, les policiers ont ensuite quitté les lieux. Ces nouvelles révélations de l’ancien chef du parlement ivoirien interviennent dans un contexte de rupture politique avec l’actuel régime.

Après avoir dénoncé un acharnement contre ses partisans dans l’administration ivoirienne, Guillaume Soro déclare avoir échappé à une tentative d’arrestation en Espagne où il se trouvait pour rencontrer certains de ses partisans. Selon les informations transmises par l’ancien chef du parlement ivoirien, cette tentative d’interpellation aurait eu lieu dans la nuit du dimanche au lundi dans un hôtel où il logeait. S’il n’a pas accusé le régime actuel d’être responsable de cette tentative, l’ancien chef du parlement indexe directement les nouvelles autorités ivoiriennes, d’autant plus qu’il a révélé que son passeport diplomatique avait été annulé aux Etats-Unis sous prétexte que son pays l’avait présenté comme un terroriste sur le sol américain, des informations sur lesquelles le régime actuel se garde pour l’instants de commentaires.

Guillaume Soro est-il victime d’un acharnement des nouvelles autorités ivoiriennes ? Pour ses partisans, le régime actuel a décidé de tout mettre en œuvre pour empêcher une candidature de Guillaume Soro à la prochaine présidentielle en Côte d’Ivoire. S’il n’a pas encore confirmer son intention d’être candidat en 2020, l’ex-Pan prend de plus en plus ses distances avec son ancienne famille politique, depuis sa démission de la présidence de l’Assemblée Nationale ivoirienne en février 2019. Après l’épisode du Visa annulé sur le sol américain, Guillaume Soro vient avec de nouvelles révélations, cette fois au sujet d’une tentative d’arrestation à laquelle il aurait échappé en Espagne : «Je suis au regret de vous dire que neuf (9) ans après, la réconciliation nationale a échoué…Après l’annonce de mon voyage aux usa, le consul général des usa à Abidjan a appelé mon protocole pour informer que mon visa de type diplomatique avait été annulé. J’ai pris un avocat américain qui m’a informé que que c’est l’État de côte d’Ivoire qui demandé son annulation. J’ai décidé d’établir depuis le 02 Août, un visa Normal lorsque mon avocat m’informe que les autorités américaines auraient reçu l’information que je suis terroriste… Dans la nuit du dimanche au lundi dernier, la police espagnole a débarqué dans ma chambre m’affirmant que je suis en état d’arrestation sur instruction d’Interpol. J’ai saisi mes avocats et j’ai refusé de les accompagner. Après s’être concertés, ils se sont retirés et j’ai écrit à l’ambassadeur d’Espagne en Côte d’Ivoire», a révélé l’ancien président du parlement ivoirien. Pour l’heure, l’Etat ivoirien se garde de commentaires sur cette nouvelle affaire dans laquelle elle serait indirectement indexée. Mais les partisans de l’ex-Pan ne s’en cachent pas, le pouvoir actuel met tout en œuvre pour empêcher leur leader d’accéder à la magistrature suprême.

> Lire aussi  Jean-Louis Billon : «aucun compromis ne fera disparaitre le PDCI»

Reaction de Doumbia Major

«Si Interpol te cherche, il va pas perdre son temps pour aller te chercher en Espagne alors qu’il peut mettre la main sur toi en France où tu vis et où son siège se trouve.  Un mandat émis par Interpol s’applique dans tous les pays coopérants, à commencer par la France.  Il faut arrêter ce brassage victimaire de vent qui vise à amuser la galerie, pour se donner de la contenance… Zapatero n’a pas été premier ministre issue d’une négociation militaire ou d’une rébellion et il ne s’est pas imposé à tout un peuple en disant que si lui Zapatero n’est pas premier ministre il n’y aura pas de paix dans son pays», a fait savoir le président du CPR, après les révélations de Guillaume Soro sur sa tentative d’arrestation.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.