Accueil POLITIQUE Un pro-Soro dément sa nomination au conseil économique et social

Un pro-Soro dément sa nomination au conseil économique et social

Un pro-Soro dément sa nomination au conseil économique et social

Conseil économique et social – le dernier conseil des ministres a été sanctionné par de nouvelles nominations au sein du CES. Le porte-parole du gouvernement ivoirien a, au cours de point presse, cité le décret présidentiel relatif à ces nouvelles nominations au sein de l’institution. Parmi les personnes nommées, le chanteur ivoirien Traoré Salif que le monde de la musique connaît sous le nom d’Asalfo. Le lead vocal du groupe Magic System fait officiellement son entrée au sein de conseil, tandis que la directrice de communication du PDCI RDA, Zénébou Zongo quitte l’institution.

De nouvelles personnalités viennent de faire leur entrée au sein du conseil économique et social. A l’issue du conseil des ministres du 30 octobre dernier, un décret présidentiel a dévoilé la liste des nouvelles personnalités qui siègeront au sein de l’institution. Directrice de communication du PDCI et considérée comme l’une des proches d’Henri Konan Bédié, Djenebou Zongo quitte officiellement le CES, si l’on se fie au nouveau décret relatif aux nominations dans l’institution. Par la même occasion, on note l’entrée du chanteur ivoirien Asalfo dans cette institution présidée par Charles Diby Koffi, un autre cadre du PDCI qui a décidé de rejoindre le parti unifié de Ouattara Alassane. Une nomination a cependant prête à confusion dans le décret présidentiel, puisque l’une des personnalités nommées avait un homonyme identique à celui d’un fervent défenseur de la cause de Guillaume Soro. Ce proche de l’ancien Pan n’a pas mis du temps à faire une mise au point pour mettre fin à cette polémique.

Le conseil économique et social en Côte d’Ivoire a accueilli de nouveaux membres depuis quelques jours. L’information a été rendue officielle par un décret présidentiel qui a sanctionné le dernier conseil des ministres du mois d’octobre. Parmi les nouvelles têtes du conseil économique et social, le chanteur ivoirien Traoré Salif alias Asalfo. Sur le plan culturel, l’artiste à travers son groupe Magic System, a largement contribué ces dernières années à la promotion de la culture ivoirienne aux quatre coins du monde. Dans le même temps on note le départ d’une proche d’Henri Konan Bédié, la directrice de communication du PDCI RDA. Djenebou Zongo ne figure pas sur la liste des nominations au sein du conseil économique et social, une mise à l’écart qui fait couler beaucoup d’encre, dans un contexte où le pouvoir actuel est accusé d’une chasse aux sorcières contre toute personne qui refuserait d’intégrer le RHDP. Des informations font état également de la nomination d’un proche de Guillaume Soro au sein du CES. Le proche concerné n’a pas tardé à éclaircir les choses : «Chers tous, Je voudrais dire à tous ceux qui m’ont appelé et qui m’ont envoyé des messages de félicitations par sms ou sur messenger pour me féliciter pour ma nomination au Conseil Économique et Social,que le Traoré Mamadou en question qui apparaît sur la liste des nouveaux membres de cette institution, ce n’est pas moi. Moi mon nom sur tous mes papiers c’est Mamadou Traoré… En conclusion je ne suis pas ce Traoré Mamadou, imam qui vient d’être nommé Conseiller économique et social», a rapporté Traoré Mamadou, le vice-président du conseil d’administration de la Mugefci. Le pro-Soro a d’ailleurs saisi l’occasion pour clarifier définitivement sa position concernant un éventuel retour au sein de la famille du RHDP.

> Lire aussi  Touré Mamadou tacle violemment Soro

Pas question de retourner au RHDP

«Et puis ils vont passer par où pour me nommer à ce poste ? Moi un inconditionnel de Guillaume Soro ? Ils ne sont pas fous. Et même s’ils me nommaient eux même savent que je n’aurais pas accepté leur offre. Mais je voudrais féliciter mon homonyme qui est le père d’un brillant jeune frère.», a révélé le pro-Soro. Ancien directeur de l’INFS, Traoré Mamadou est aujourd’hui l’un des fervents soutiens de Guillaume Soro qui ambitionne de briguer la magistrature suprême en 2020. Sollicité par ses partisans, l’ancien chef du parlement ivoirien a finalement décidé de se lancer dans la course au fauteuil présidentiel.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.