Accueil POLITIQUE Guillaume Soro sur le point de rejoindre la plateforme de Bédié

Guillaume Soro sur le point de rejoindre la plateforme de Bédié

Plateforme de l’opposition ivoirienne – Transfuge du RDR, Guillaume Soro suit depuis quelques mois sa propre destinée politique en Côte d’Ivoire, depuis sa démission en février dernier de la présidence de l’Assemblée Nationale ivoirienne. A un an de la présidentielle en Côte d’Ivoire, l’ancien chef du parlement ivoirien a confirmé sa candidature à l’élection prévue en octobre 2020. Mais pour avoir une chance de battre le RHDP de Ouattara Alassane, l’ancien chef du parlement ivoirien sera contraint de tisser une alliance avec l’opposition ivoirienne.

Candidat déclaré à la prochaine élection présidentielle en Côte d’Ivoire, Guillaume Soro poursuit sa tournée de mobilisation en Europe, après avoir sillonné plusieurs villes et villages de l’intérieur du pays. A la tête du GPS, l’ancien chef du parlement ivoirien peut compter sur le soutien de plusieurs forces politiques et mouvements qui lui sont proches, en l’occurrence le RAC dirigé par Kanigui Soro. Le président du RACI avait d’ailleurs été l’une des premières personnalités proches de l’ex-Pan à le solliciter pour une candidature à la prochaine présidentielle ivoirienne. Mais comme en 2010 et en 2015, le jeu des alliances sera l’une des clés de ce scrutin tant attendu par l’opposition ivoirienne. C’est la raison pour laquelle le patron du PDCI a mis en place une plateforme avec pour objectif de fédérer tous les opposants au régime actuel. Et selon les informations qui nous reviennent, Guillaume Soro ne devrait pas tarder à rejoindre le CDRP mis en place par Bédié, au mépris d’une mise en garde que lui avait adressée Ouattara Alassane il y’a neuf mois.

La plateforme de l’opposition mise en place par Bédié accueille ce lundi un nouveau membre, et non des moindres. Le RACI, mouvement proche de Guillaume Soro, a décidé d’intégrer la CDRP, la nouvelle coalition créée par le patron du PDCI pour combattre le RHDP en 2020, lors de la prochaine présidentielle : «Le Président du Rassemblement pour la Côte d’Ivoire (RACI), le député Kanigui Mamadou Soro informe les militants du Parti ainsi que l’opinion publique qu’il procédera ce lundi 04 novembre 2019 à la signature de la charte de la plateforme politique baptisée Coalition pour la Démocratie, la Réconciliation et la Paix (CDRP).  La cérémonie de signature, qui aura lieu à la maison du PDCI-RDA sise à Abidjan-Cocody à 12h30 précises intervient conformément à la décision souveraine du 2ème Bureau Politique du RACI réuni le samedi 02 novembre 2019 à Abidjan.», lisons-nous dans le communiqué du parti pro-Soro. Officiellement, le Raci sera donc la première formation politique proche de l’ex-Pan à rejoindre la coalition de l’opposition fondée par l’ancien président ivoirien. Cette adhésion du parti de Kanigui Soro ouvrira sans doute la boîte de pandore aux autres mouvements de soutien à l’ancien président de l’Assemblée Nationale, en l’occurrence le MVCI. Mais la finalité de toutes ces adhésions reste clairement celle de Guillaume Soro dans cette plateforme. Les regards sont tournés vers l’ancien chef du parlement ivoirien, puisqu’il avait été mis en garde il y’a quelques mois par le président ivoirien au cours d’une interview accordée en février à RFI : «J’entends parler d’une plateforme stratégique, mais on verra. Mais je ne sais pas qui est dans cette plateforme… Je pense que ce n’est pas dans l’intérêt de Guillaume Soro de le faire. Et je lui ai dit… En tout cas elle n’est pas cohérente. Un Houphouétiste est quelqu’un qui est pour le dialogue, qui est pour la tolérance, qui fait de la politique économique libérale, sociale. Et là, une plateforme avec des partis de gauche et des partis marxistes, je ne sais pas à quoi cela correspond».

Soro contraint à rejoindre la CDRP de Bédié

En 2010 et en 2015, la présidentielle ivoirienne s’est jouée à travers le jeu des alliances politiques. En 2010, Ouattara Alassane a réussi à remporter la présidentielle après s’être assuré le soutien de Bédié et autres forces politiques de l’opposition, notamment le MFA, l’UDPCI, le PIT, l’UPCI. Candidat déclaré à la présidentielle d’octobre 2020, Soro aura forcément besoin d’allier pour espérer remporter l’élection.

> Lire aussi  Monument des morts à Duékoué : «nous n’en voulons pas»

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.