Accueil POLITIQUE Troisième mandat : Tiémoko Assalé interpelle Ouattara

Troisième mandat : Tiémoko Assalé interpelle Ouattara

Candidature de Ouattara Alassane – A l’approche de la prochaine présidentielle en Côte d’Ivoire, les débats s’enflent autour de la possible candidature de Ouattara Alassane en 2020. Interrogé à maintes reprises sur le sujet, le président ivoirien répond que la nouvelle constitution l’autorise à briguer deux nouveaux mandats en Côte d’Ivoire. Mais l’opposition n’est pas de cet avis, arguant à son tour que le réforme constitutionnel n’impacte en rien les dispositions actuelles de l’article relatif à l’éligibilité du président. Pour Tiémoko Assalé, seul président ivoirien a la possibilité de mettre un terme à cette polémique.

Alassane Ouattara sera-t-il le candidat du RHDP en 2020 ? Cette question mérite d’être posée, d’autant plus que le président ivoirien actuel n’écarte pas la possibilité un nouveau mandat en Côte d’Ivoire. Sur les antennes de plusieurs chaines internationales, notamment France 24, Alassane Ouattara a confirmé que la nouvelle constitution, votée en 2016, lui permettait de faire un troisième et un quatrième mandat en Côte d’Ivoire. Dans une interview accordée en début d’année à RFI, le chef d’Etat ivoirien s’est justifié en indiquant que la nouvelle constitution a touché au judiciaire. Selon lui, les avis juridiques qu’il a consultés l’autorisent à briguer encore le fauteuil présidentiel. Tandis que la polémique fait rage sur la question, le maire de commune de Tiassalé a pour sa part interpellé le président de la République, estimant qu’il est le seul à pouvoir mettre un terme aux débats sur cette nouvelle candidature, mais comment ? Le maire de Tiassalé nous donne la réponse dans une longue réflexion partagée sur ce troisième mandat.

A moins d’un an de la prochaine présidentielle, des millions d’ivoiriens se demandent si le président Ouattara Alassane sera candidat en 2020. Si la question ne doit même pas se poser pour l’opposition ivoirienne, le camp présidentiel estime qu’une nouvelle candidature du président actuel serait parfaitement conforme à la Constitution ivoirienne adoptée il y’a trois ans par voie référendaire. C’est d’ailleurs le président ivoirien lui-même qui a confirmé cette possibilité pour lui de se représenter à nouveau : «Je peux me représenter si je le souhaite. C’est une nouvelle Constitution qui a touché non seulement à l’exécutif, avec un poste de vice-président, qui a touché au législatif avec la création d’un Sénat, qui a touché au judiciaire, avec la création de nombreuses cours plutôt que des chambres. C’est une toute nouvelle Constitution. Et tous les avis juridiques que j’ai consultés me confirment que si je veux être candidat en 2020, je peux l’être. Et ce serait conforme à la Constitution.», confiait Ouattara Alassane il y’a quelques mois dans un entretien accordé à RFI. Pour le journaliste ivoirien Tiémoko Assalé, l’unique personne capable de mettre fin à cette polémique n’est autre que le président lui-même : «La réalité est que le seul homme qui peut empêcher le président Ouattara de se présenter en 2020, c’est le président Ouattara lui-même. Par sa décision personnelle de ne pas y aller. Quant à ceux qui rêvent à une insurrection populaire dans un pays où le treillis ne fait plus le militaire, où les milliers de victimes des crises précédentes n’ont encore rien reçu en termes de dédommagement et où les derniers milliers de morts sont morts pour rien, on ne peut que leur souhaiter bon vent. Par conséquent, je trouve parfaitement inutile ce débat mais je n’empêche personne de s’y installer chaque jour, chacun est libre de s’exprimer et de penser, comme il l’entend».

Réponse du président en 2020

«vous savez en réalité je donnerai ma réponse en 2020. Il y a beaucoup d’hypothèses que vous imaginez, mais il y a une recomposition politique qui se déroule en Côte d’Ivoire. En tant que démocrate, j’estime que c’est une excellente chose. Et je souhaite d’ailleurs qu’il y ait une clarification, que ceux d’entre nous qui sommes des libéraux sociaux, soyons d’un côté et les autres qui sont d’une autre tendance soient de l’autre côté. Et que les Ivoiriens aient un choix très clair de faire les choses en fonction des attentes de nos concitoyens.», révélait Ouattara Alassane.

> Lire aussi  Réforme CEI : participation imminente du FPI

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.