Enrôlement CNI : Guikahue dénonce une discrimination

Nouvelles cartes d’identité – Les opérations d’enrôlement pour la nouvelle CNI en Côte d’Ivoire a officiellement démarré pour le grand public, peu de temps après le lancement symbolique de ladite opération par le président de la République de Côte d’Ivoire. L’ONECI, l’organisme chargé de mener les opérations d’enrôlement et de délivrance des cartes nationales d’identité, a dévoilé la liste des différents où les ivoiriens pourront se faire enregistrer pour leur demande. Si les ivoiriens n’ont déboursé aucun sou en 2009 pour cette opération, elle coutera la bagatelle de 5000 francs Cfa à ceux qui souhaitent renouveler arrivée à date d’expiration. Secrétaire exécutif en chef du parti PDCI, Maurice Kacou Guikahue a invité une nouvelle fois le gouvernement à rendre gratuite cette opération, signalant au passage des cas d’enrôlement où les requérants ne devraient débourser aucun centime.

Pour Maurice Kacou Guikahué, la gratuité de la CNI en Côte d’Ivoire est bel et bien une opération possible. Dans l’opposition depuis son départ du parti unifié, Alain Lobognon, député de la circonscription de Fresco, avait déposé un amendement à l’Assemblée Nationale dans lequel il invitait le gouvernement à supporter dans son budget le cout de l’opération de délivrance des cartes nationales d’identité. Mais l’amendement déposé par l’élu ivoirien a été rejeté par le Parlement ivoirien majoritairement contrôlé par le parti unifié RHDP. A l’instar de nombreuses formations politiques, le PDCI RDA s’était opposé au paiement des frais de timbre fixés à 5000 frs Cfa. Alors que cette opération vient d’entrer dans s phase pratique, le numéro du parti d’Henri Konan Bédié, revient sur la nécessité de rendre gratuite cette opération aux ivoiriens, comme cela a été le cas en 2009 sous l’ère de l’ex-président Laurent Gbagbo.

Pour Maurice Kacou Guikahué, nul besoin pour les ivoiriens de débourser de l’argent pour avoir la nouvelle carte d’identité en Côte d’Ivoire, surtout après le communiqué d’un baron du RHDP qui aurait appelé les populations de sa région à se faire inscrire en masse sur des listes en vue de bénéficier gratuitement de la nouvelle CNI. Revenant sur ce sujet qui divise encore parti au pouvoir et opposition, le secrétaire exécutif en chef du PDCI RDA, s’est attelé à démontrer comment l’opération d’enrôlement pourrait être gratuite : «Je vais vous démontrer pourquoi les cartes d’identité doivent être gratuites. Et je félicite l’opposition d’avoir compris cela. Il y a un communiqué signé en bonne et due forme d’un député de la région du Poro qui, par hasard, est la région d’origine du Premier ministre. Ce communiqué demande aux populations de se mobiliser parce que le Conseil régional a décidé de payer les timbres pour tous les gens afin qu’ils aient leur carte d’identité, pour ne plus qu’il y ait des sans-papiers. Ce communiqué est signé par le député de Dikodougou  Cela veut dire quoi? Le Conseil régional fonctionne avec quoi? Il fonctionne avec les deniers de l’Etat qui sont nos impôts. Si le Conseil régional du Poro donne gratuitement les cartes d’identité à tous ceux qui habitent le Poro, pourquoi les habitants du Gôh n’auraient pas droit à cela aussi? que le chef de l’Etat prenne un décret pour dire que tous les timbres fiscaux, de tous les habitants de Côte d’Ivoire, sont à la charge des Conseils régionaux», lance le numéro 2 du parti de Bédié.

> Lire aussi  Kobenan Kouassi recadre Yodé et Siro après leurs critiques contre Ouattara

Un gouvernement de discrimination selon Guikahue

«Si on accepte que le Conseil régional du Poro paye les timbres pour leurs populations, on doit aussi payer pour les régions du Haut-Sassandra, de la Mé, du Sud-Comoé, du district d’Abidjan… On doit payer pour tout le monde. Le gouvernement, par ce communiqué, vient de démontrer que c’est un gouvernement d’exclusion et de discrimination. On ne peut pas donner gratuitement les cartes d’identité aux gens du Nord et ne pas en donner aux gens du Sud. Eux qui parlent d’exclusion, voici un cas précis. Après l’exclusion des tabourets, voici l’exclusion des cartes nationales d’identité.», révèle l’ancien ministre ivoirien de la santé.

Vous pouvez aussi aimer