FPI : Tiémoko Assalé dénonce l’immaturité du parti de Gbagbo

Front populaire ivoirien – Alors que la réconciliation du parti est mise en avant depuis quelques semaines, les révélations de l’ancien ministre Lida Kouassi Moïse sur Pascal Affi N’Guessan, alimentent la polémique au sein du FPI. Engagé dans une dynamique de réconciliation avec Laurent Gbagbo cette année, le président du front populaire ivoirien est présenté Lida Kouassi comme l’un des principaux responsables des difficultés que le camp Gbagbo a traversées pendant l’éclatement de la crise. Pour l’ancien ministre ivoirien, plusieurs décisions importantes ont été prises par Affi N’Guessan sans l’accord du président ivoirien. Ces révélations de Lida Kouassi Moïse, ont été vivement dénoncés par Tiémoko Assalé Antoine.

Les propos de Tiémoko Assalé au sujet du FPI risquent encore de susciter la colère de la dissidence du parti de Gbagbo. Présenté depuis des années comme étant celui qui a trahi Laurent Gbagbo, Pascal Affi N’Guessan s’est finalement entretenu avec l’ancien président ivoirien à Bruxelles, et cela à deux reprises. A l’issue des discussions les deux camps qui se font la guerre depuis des années ont convenu d’enterrer la hache de guerre pour privilégier l’unification du front populaire ivoirien. C’est pour cette raison que les propos tenus par Lida Kouassi Moïse qui dénonce l’irresponsabilité d’Affi, ont été condamnés par le maire Tiémoko Assalé Antoine. Réagissant à la nouvelle crise interne qui secoue le front populaire ivoirien, le maire de la commune de Tiassalé a dénoncé l’immaturité politique du parti de Laurent Gbagbo. Le journaliste ivoirien est allé encore plus loin en s’interrogeant sur la capacité du front populaire ivoirien à diriger la Côte d’Ivoire, une sortie médiatique qui risque encore d’attiser la colère des GOR, les partisans du FPI se réclamant de la Mouvance Gbagbo Ou Rien.

«Affi a fait preuve d’irresponsabilité dès le début de la rébellion : il était informé de l’attaque rebelle et lui, le Premier ministre qui devait assurer la suppléance du Président de la république absent, en faisant front avec ses ministres, il est allé se cacher seul pour se mettre tranquillement à l’abri, la nuit du 18 au 19 septembre, à Yamoussoukro…A Marcoussis, Affi a encore fait preuve d’irresponsabilité en signant de manière solitaire avec la rébellion en France, sans aviser le Président Gbagbo, cet accord qui fut un médicament amer administré par Chirac, Mazeau et De Villepin à notre régime; il a approuvé ce médicament qui était difficile à avaler pour tous les ivoiriens, alors même que Mamadou Coulibaly lui avait montré la voie à suivre», révélait il y’a quelques jours Lida Kouassi Moïse, l’ancien ministre de Laurent Gbagbo. Ces révélations interviennent alors que le parti est engagé dans une dynamique de réconciliation depuis le début de l’année. A en croire une partie de l’opinion, le moment serait mal choisi pour ces révélations qui pourraient mettre en péril le processus d’unification du front populaire ivoirien. Pour le journaliste Tiémoko Assalé, le front populaire ivoirien fait tout simplement preuve d’une grande immaturité politique avec ces scandales visant à priori à dénigrer Pascal Affi N’Guessan, l’un des potentiels candidats du FPI à la prochaine présidentielle en Côte d’Ivoire.

> Lire aussi  Présidentielle 2020 : KKB n’exclut pas une candidature indépendante

Un parti immature

«Le spectacle auquel se livre l’ex ministre de la défense, le nommé Lida Kouassi, dans un moment aussi crucial pour le pays et pour le parti dont il se réclame, sans que personne au sommet de ce parti ne l’interpelle, est particulièrement minable. Ce, d’autant plus que rien, absolument rien ne justifie cela et que, les Ivoiriens, attendent mieux de leur classe politique… je le dis avec fermeté, le Fpi, divisé ou pas, au regard de l’immaturité avec laquelle il a géré ce pays, au regard du spectacle hallucinant auquel se livre ses cadres, n’est pas à la hauteur d’un pays comme la Côte d’Ivoire. Ils ne sont pas prêts et ils n’ont jamais été prêts à diriger ce pays. C’est un beau gâchis.», a fait savoir ce lundi le journaliste ivoirien, précisant au passage qu’il s’attend déjà à des représailles des militants du FPI.

Vous pouvez aussi aimer