Le PDCI fait son entrée dans la nouvelle CEI

Commission électorale indépendante – A l’issue du conseil des ministres qui s’est tenu dans la journée du mercredi, le président ivoirien a signé une ordonnance relative à la modification de la commission électorale indépendante en Côte d’Ivoire. Après avoir boycotté les discussions sur la réforme de la CEI, le PDCI RDA signe son grand retour au sein de la commission électorale qui passe désormais à 16 membres en lieu et place des quinze membres initialement désignés.

Le PDCI RDA siège de nouveau au sein de la commission électorale indépendante, une institution que le parti de Bédié avait décidé de quitter, suite au refus du pouvoir actuel de procéder à une vaste réforme de la commission électorale indépendante. Selon une ordonnance prise par le président ivoirien, un nouveau sera attribué au parti politique disposant du plan grand nombre d’élus au parlement et à l’Assemblée Nationale. Ce poste annoncé par le président revient tout naturellement au PDCI RDA d’Henri Konan Bédié, un parti qui avait au préalable refusé de siéger au sein de la commission électorale indépendante, arguant que le gouvernement n’avait pas suivi les recommandations de la Cour Africaine des droits de l’hommes et du peuple. Proche de Guillaume Soro, Mamadou Traoré n’a pas manqué de réagir à cette nouvelle réforme de la CEI qui attribue un nouveau siège au parti d’Henri Konan Bédié. Pour le Pro-Soro, le Pdci aurait dû attendre avant d’accepter cette proposition du gouvernement.

«Après examen des différentes doléances formulées par l’opposition et la société civile ainsi que la rencontre du Président du Front Populaire Ivoirien (FPI) avec le Vice-Président de la République et soucieux de contribuer davantage à l’inclusivité des élections, le Président de la République a signé une ordonnance modifiant la loi sur la Commission Electorale Indépendante (CEI), en vue de permettre l’attribution d’un siège dans cette Commission au parti de l’opposition dont la représentation au Parlement est la plus significative.», a déclaré le porte-parole du gouvernement à l’issue du conseil des ministres qui s’est tenu dans la journée du mercredi. Le PDCI réintègre la commission électorale indépendante, étant le parti d’opposition majoritaire à l’Assemblée et au parlement ivoirien. Le Pdci avait décliné l’année dernière l’invitation du gouvernement à siéger dans la nouvelle commission électorale dirigée par Kuibiert Coulibaly, le représentant du conseil supérieur de la magistrature. Le Pro-Soro Mamadou Traoré n’a pas manqué de réagir à cette entrée du PDCI au sein de la nouvelle CEI. A en croire ce dernier, le Pdci s’est un peu précipité dans cette prise de décision à l’endroit de la nouvelle CEI : «J’apprends, et j’attends la confirmation, que le PDCI fera bientôt son entrée à la CEI. Si cela est vrai, je me demande à quoi répond cette volonté du PDCI après avoir refusé d’intégrer cette institution tant qu’elle ne répondait pas aux conditions de transparence et de probité requises pour la tenue d’élections ouvertes, transparentes et crédibles.  Quelles sont les garanties données par le pouvoir au PDCI? J’avoue que la politique de la chaise vide n’est pas une bonne stratégie en politique. Mais celle de la compromission est-elle une bonne stratégie ? Le PDCI ne devrait-il pas attendre les conclusions de la cour africaine des droits de l’homme qui seront livrées bientôt avant de s’engager à occuper un poste au sein de la CEI? Le PDCI est-il convaincu que sa présence au sein de cette CEI déséquilibrée au profit du pouvoir pourrait empêcher ce dernier à faire son passage en force ? Je pense que le PDCI aurait dû patienter et attendre les conclusions de la cour africaine des droits de l’homme avant de s’engager.», lance le partisan de Guillaume Soro.

Une adhésion qui affaiblit le PDCI

«J’espère que le PDCI est conscient que sa présence au sein de cette CEI actuelle contribuera à affaiblir l’opposition ! J’espère également qu’il sait que nos oppositions africaines ont toujours perdu la bataille face au pouvoir à cause de leurs éternelles divisions !», lance Mamadou Traoré.

Vous pouvez aussi aimer