PDCI RDA : un membre du bureau politique refuse la démission de Guikahué

Démission de Guikahué – Secrétaire exécutif en chef du parti d’Henri Konan Bédié, l’ancien ministre de la santé est depuis quelques jours sous le feu des projecteurs. Le député de la circonscription de Yamoussoukro a récemment dénoncé dans une lettre ouverte la gestion du groupe parlementaire de l’opposition par l’ex-ministre de la santé. Dans sa lettre ouverte, Patrice Kouamé a exigé la démission de Maurice Kacou Gukahue, pointant du doigt l’incapacité de ce dernier à conduire le groupe parlementaire PDCI.

Le député PDCI Patrice Kouamé se retrouve de plus en plus isolé dans son combat pour la démission de Maurice Kacou Guikahué. Secrétaire exécutif en chef du parti de Bédié, l’ancien ministre de la santé compte parmi les plus fervents soutiens de Bédié dans sa lutte pour le retour du Pdci aux affaires en 2020. Mais depuis quelques jours, sa présence à la tête du groupe parlementaire suscite une vive polémique. Dans une lettre ouverte, le député de Yamoussoukro a exigé la démission de l’ancien ministre de la santé, plaidant pour une personnalité mieux qualifiée pour cette assumer cette fonction stratégique dans la reconquête du pouvoir d’Etat. Après cette sortie du député Kouamé Patrice, de nombreuses personnalités au sein du parti sont montés au créneau pour apporter leur soutien à l’ancien ministre de la santé. Deux membres du bureau politique ont recadré l’élu de la circonscription de Yamoussoukro.

«Personnellement, mon éducation et les traditions de notre parti le PDCI-RDA ne me permettent pas d’interpeller sur la place publique un aîné. Mais, sauf votre respect, (i) quand cet aîné s’est autorisé à s’adresser de façon désinvolte au père au cours d’une réunion de famille ; (ii) et qu’ensuite il a haussé le ton publiquement, au quartier, devant l’aîné de la famille ; (iii) Pour après essayer de lui « porter main » toujours en public, je ne peux rester silencieux face à ces agissements répétés.  En effet, c’est avec beaucoup de déception que j’ai lu votre lettre ouverte en date du 1er avril adressée au Professeur Maurice Kacou GUIKAHUE, Député, Président du Groupe parlementaire du PDCI-RDA à l’Assemblée nationale. Ma peine a été d’autant plus grande à la lecture de votre réponse au courrier éminemment sage qu’il vous avait adressé dans l’intervalle en guise de réponse.», lance Aka Ange-Isaac à Patrice Kouamé. Membre du bureau politique du PDCI, l’élu ivoirien s’oppose à la démission de Maurice Kacou Guikahué exigée par le député de Yamoussoukro. Pour Ange-Isaac, le député Pdci fait « fausse route, à moins que ce soit à dessein et savamment orchestré par le grand stratège que vous prétendez subrepticement être… En effet, en qualité d’avocat, votre business model est de défendre des causes, souvent perdues et de recevoir vos honoraires d’agent de justice.».

Des propos qui pourraient affaiblir Guikahué

«Porter une telle accusation publiquement est de nature à affaiblir la direction du Parti et à donner un coup de main à nos adversaires qui désespéraient de ne plus en trouver.  En plus d’être Président du Groupe parlementaire PDCI-RDA, le Professeur GUIKAHUE est le Secrétaire Exécutif du Parti, et à ce titre, un des principaux artisans aux côtés du Président Henri KONAN BEDIE, de la sauvegarde de la cohésion fraternelle et de l’unité au sein du PDCI-RDA que le pouvoir en place a juré de faire disparaitre. Entreprendre de le déstabiliser, c’est faire le jeu d’un RDR-RHDP en totale perte de vitesse, car conscient de sa majorité factice qui n’attend que d’être mise à nue à l’occasion des futures élections présidentielles…Je reste persuadé que votre éloquence intellectuelle n’est pas au service du commerce le plus vil en cette période d’achat de conscience et de couardise. Cher Honorable, concentrez donc vos énergies contre le RDR-RHDP, c’est là que vous êtes attendu. Le PDCI-RDA votre parti et ses militants vous en sauront gré. Pour l’instant, mettons balle à terre, et conjuguons nos efforts pour vaincre la pandémie à coronavirus qui nous menace tous.», rapporte le membre du bureau politique.

Vous pouvez aussi aimer