Mesures sociales : Jean Bonin s’interroge sur la transparence de Gon Coulibaly

Mesures sociales – Pour aider les ménages vulnérables à renforcer leur résilience durant cette crise sanitaire que le pays traverse, une série de mesures sociales a vu le jour en Côte d’Ivoire. Le plan de riposte de 1700 milliards dévoilé par le premier ministre Amadou Gon Coulibaly le mois dernier prévoit un transfert d’argent par Mobile Money de 25 000 frs sur trois mois à plus de 177 000 ménages. Si cette mesure sociale a été favorablement accueillie par les ivoiriens, Jean Bonin s’interroge sur la transparence du premier ministre.

Jean Bonin n’est à l’évidence pas l’unique personnalité ivoirienne à s’interroger sur la transparence du premier ministre Amadou Gon Coulibaly dans l’affaire des 25 000 francs qui seront remis aux ménages pour faire face à la crise sanitaire. C’est le jeudi 23 avril que l’opération en question a été lancée par le gouvernement, une opération qui devrait donc s’étendre sur une durée de trois mois. En somme chaque ménage par ce projet recevra la somme de 75 000 francs entre avril et juin. Pour le juriste ivoirien, le premier ministre, par ailleurs candidat à la prochaine élection présidentielle pour le compte du RHDP, joue probablement sa candidature à ce scrutin tant attendu. Pour cette raison, le juriste ivoirien a appelé le chef du gouvernement à une plus grande transparence sur cette mesure d’aide sociale apportée à plus de 177 000 ménages en Côte d’Ivoire. Au sein de l’opposition ivoirienne, Doumbia Major a également émis quelques réserves sur cette opération de transferts de fonds aux foyers vulnérables dans cette période de crise sanitaire en Côte d’Ivoire.

«Lors du conseil des ministres du mercredi 22 avril dernier il a été annoncé un déblocage de fonds au titre du Fonds Spécial de Solidarité et de Soutien d’Urgence Humanitaire (Fonds Spécial de Solidarité COVID-19).  Le porte-parole du gouvernement nous informe par ailleurs de ce que ce Fonds est destiné à financer les actions de solidarité à l’égard des personnes rendues vulnérables par les effets de la pandémie et leurs familles, particulièrement les personnes âgées et les personnes en situation de handicap.  Ainsi, dans sa première phase, l’opération est censée concerner 177 198 ménages qui devront recevoir 25 000 FCFA par mois via des transferts monétaires…L’identification des bénéficiaires s’est faite sur la base des données existantes dans certaines structures. Après la première phase, l’opération sera étendue à l’ensemble du territoire national à partir du mois de mai 2020.  Plus j’écoute le porte-parole du gouvernement et plus je suis inquiet. Inquiet de l’absence de transparence qui entoure l’élaboration de la base référentielle de données qui a permis d’identifier les bénéficiaires de ce fonds.», révèle Jean Bonin ce vendredi,. Le pro-Affi au sein du front populaire ivoirien souhaite une transparence totale sur le mode de sélection des 177 000 foyers concernés par ce programme d’aide sociales aux familles vulnérables. Nombres d’ivoiriens ont été surpris d’apprendre que les bénéficiaires de cette mesure sociale avaient été déjà identifiés. Pour le juriste ivoirien, le premier ministre Amadou Gon Coulibaly joue sa candidature sur cette affaire de transfert d’argent aux ménages modestes dans cette crise sanitaire.

Une identification encore confuse

«M. AGC est un ancien du BNETD. Il sait mieux que quiconque comment est élaboré une base de données. Dès lors, pourquoi cet omerta qui jette un total discrédit sur cette opération humanitaire qui devrait être saluée par toute la population ivoirienne ?  Soit le PM AGC est de bonne foi et alors il devrait sérieusement s’inquiéter ou s’assurer que tous ceux qui travaillent avec lui sur ce délicat dossier le sont autant que lui, soit il est ce qui se murmure dans les chaumières, à savoir un farouche adepte du « rattrapage ethnique » et alors il manœuvrerait afin que l’aide publique aux plus démunis ne profitent qu’aux militants du RHDP.  L’un dans l’autre, c’est sa crédibilité et sa candidature qu’il joue dans cette affaire de dons aux plus démunis.», explique Jean Bonin.

Vous pouvez aussi aimer