Réaction d’Assoa Adou à la modification des conditions de liberté de Laurent Gbagbo

Cour Pénale Internationale – La chambre d’appel de la CPI a décidé d’une modification des conditions de détention provisoire de l’ancien chef d’Etat ivoirien et son protégé Charles Blé Goudé. Si de nombreuses restrictions ont été levées, l’ancien dirigeant ivoirien ne sera pas pour autant libre de ses mouvements totalement, comme le pensent certains de ses partisans. En conférence de presse, le secrétaire général de l’aile dissidente du front populaire ivoirien a réagi à cette nouvelle décision annoncée par les juges de la chambre d’appel de la Cour Pénale Internationale.

La réaction d’Assoa Adou à la modification des conditions de détention de Laurent Gbagbo était très attendue. C’est au cours d’une conférence de presse animée ce vendredi que le secrétaire général de l’aile dissidente du front populaire ivoirien a livré ses impressions suite à l’assouplissement des mesures restrictives imposées à l’ancien dirigeant et son protégé, Charles Blé Goudé. A l’occasion de cette conférence de presse, le secrétaire général de l’aile radicale du Fpi a invité le président ivoirien et son parti à s’inscrire dans la dynamique de réconciliation annoncée par le Pdci et le front populaire ivoirien. Rappelons que les deux formations politiques ont récemment signé un accord cadre pour consolider le processus de paix et de réconciliation, un accord qui selon certains, serait le début d’une alliance politique contre le régime actuel à l’occasion de la prochaine élection présidentielle en Côte d’Ivoire.

«Hier jeudi 28 mai 2020 en fin d’après midi, la chambre d’appel de la CPI a modifié les conditions de mise en liberté du président Laurent GBAGBO et du ministre Charles Blé GOUDE. Elle a décidé de révoquer notamment les conditions suivantes : Ne pas se déplacer en dehors des limites de la municipalité dans laquelle ils résident dans l’Etat d’accueil, à moins d’y avoir été expressément autorisés au préalable par la CPI ; Remettre au Greffe toute les pièces d’identité dont ils disposent, en particulier leur passeport ; Se présenter chaque semaine auprès des autorités de l’Etat d’accueil ou auprès du Greffe ; Se conformer à toute autre condition raisonnable imposée par l’Etat dans lequel ils seront libérés. En d’autres termes, le président Laurent GBAGBO et le ministre Charles Blé GOUDE sont désormais libres de tout mouvement y compris leur retour sur la terre de leurs ancêtres.  Le Front Populaire Ivoirien salue cette décision importante qui marque un tournant dans la lutte pour la réconciliation nationale dans laquelle le Parti s’est toujours engagé mais particulièrement depuis janvier 2019, sur instruction ferme du président Laurent Gbagbo», révèle le secrétaire général de l’aile dissidente du front populaire ivoirien. Aujourd’hui, nombre de partisans de l’ancien dirigeant ivoirien évoquent un retour de ce dernier en Côte d’Ivoire dans les mois à venir, pour prendre part à la prochaine élection présidentielle. Après avoir salué la décision de modification des conditions de remise en liberté de l’ancien chef d’Etat ivoirien, Assoa Adou a appelé le président Ouattara à s’inscrire résolument dans la dynamique de réconciliation nationale initiée par le FPI et le PDCI.

> Lire aussi  Kobenan Kouassi recadre Yodé et Siro après leurs critiques contre Ouattara

Appel à la cohésion avant la présidentielle

«Le Front Populaire Ivoirien réitère, avec à sa tête le président Laurent GBAGBO, son engagement en faveur d’une paix durable en Côte d’Ivoire avec tous les acteurs de la vie sociopolitique, notamment avec le PDCI RDA avec qui il vient de signer un accord de collaboration pour la réconciliation nationale et le retour définitif de la cohésion sociale en Côte d’Ivoire.  Le Front Populaire Ivoirien lance enfin un appel solennel au président Alassane OUATTARA, au Gouvernement et au RHDP-Unifié afin qu’ils saisissent cette opportunité historique pour créer les conditions d’un vrai dialogue républicain en vue de la paix et de la cohésion nationale.  Pour le Front Populaire Ivoirien, l’heure de la vraie réconciliation a sonné. La Cote d’Ivoire a besoin de paix pour son développement.», rapporte Assoa Adou, le secrétaire général de l’aile radicale du front populaire ivoirien.

Vous pouvez aussi aimer